Le Real remercie Varane pour son professionnalisme    Le montant évoqué pour son transfert fait peur à Haaland    "C'EST UN PUTSCH DE PALAIS"    Critiques de l'étranger, soutien de la classe politique    Le Président limoge le ministre de la Défense    GOUDJIL ET BOUGHALI TIRENT À BOULETS ROUGES SUR LE MAROC    L'espoir d'une libération pour Rabah Karèche    Les perspectives de la coopération commerciale algéro-américaine passées en revue    Tunisie : la 2e République à l'agonie et l'armée valeur refuge    28 morts et plus de 12 580 sinistrés suite aux fortes précipitations    L'Irak enregistre plus de 12 000 cas en 24h, record depuis le début de la pandémie    Simple oubli ?    L'Algérie face à ses risques majeurs : que faire ?    Histoire du jour    2 morts et 4 blessés à Aïn-Séfra    Le droit d'avoir des droits, comme l'Homme    Cinq nouveaux sites culturels inscrits au Patrimoine mondial    Actuculte    Ligue des champions féminine : Affak Relizane à un succès de la phase finale    Nemouchi troisième boxeur qualifié aux huitièmes    Université Oran 2 : Plus de 4500 nouveaux étudiants    La réforme du système fiscal mondial a l'ère du numérique    A quelles nouveautés s'attendre ?    Un barbecue abandonné à l'origine du sinistre: Le pire évité de justesse au mont du Murdjadjou    Jijel: Trois ans de prison pour avoir animé un mariage durant le confinement    Le président de la Société algérienne d'infectiologie: «Les mesures de confinement ne sont pas assez strictes»    Tribunal de Sidi M'hamed: Le procès de l'ancien wali de Tipasa reporté    Athlétisme: Taoufik Makhloufi n'ira pas à Tokyo    Football - Ligue 1: Journée favorable au CRB    Haniched remplace Dékimèche    Kaïs Saïed suspend le parlement et limoge le premier ministre    Sale temps pour les islamistes    Goudjil et Boughali ripostent    Du pain sur la planche pour les députés    L'Onra est née    Le virus redouble de férocité    Le professeur Mansouri emporté par la Covid    2021 : l'année de tous les dangers    Tebboune réitère son "niet"    Washington appuie l'approche d'Alger    Moi, Tonya à l'affiche    Sean Penn refuse de tourner sa nouvelle série    Vu à Mohammadia (Alger)    Le bilan des activités de l'exercice 2020 au peigne fin    Les élus fustigent l'attitude du représentant du FLN    Poésie sur tous les fronts aux éditions Apic    M'hamed Ammar Khodja signe son retour avec deux albums    Cheikh H'ssissen, Un grand maître du chaâbi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tribulations d'un raboteur d'urnes !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 14 - 06 - 2021

Finalement, deux sur trois électeurs algériens ont boudé les urnes, un record historique ! Mais le Président Tebboune avait déjà tranché en déclarant au sortir d'un bureau de vote : « le taux de participation ne m'intéresse pas ». Mais quel sort et quelle crédibilité pour une nouvelle APN, élue sans les deux tiers des citoyens-électeurs ? C'est que l'Algérien semble avoir divorcé d'avec la chose politique, sans possibilité de réconciliation aucune ; du moins pas avant longtemps... Comme cela se fait sous d'autres cieux, annuler les résultats de ce scrutin législatif, marqué par une abstention record, et re-convoquer les Algériens aux urnes est-il un scénario possible et imaginable chez nous ?
Alors là, la question est de savoir par quel moyen «possible et imaginable» peut-on faire avancer le schmilblick dans un pays où «, porter » un mandat (sur son bon dos !) est plus un métier qui rapporte gros qu'une vocation à servir son semblable ? De quoi boucher un coin à un raboteur d'urnes ! Mais au-delà des discours logorrhéiques et tout le déluge de postillons qui va avec, le raboteur d'urnes mène un combat, perdu d'avance, contre les «francs tricheurs», les trompeurs en col usé, les abuseurs de confiance, les racleurs de fonds de poche, les kleptomanes à la main d'or, les accrocs des pourboires en dessous de table et de toute l'engeance, qui, au travers des interstices de l'arrière-pays, consultent les marabouts bénévoles pour se soigner des méchantes addictions aux sous happés dans la main des autres. Né avec une louche à la main et sept pieds plats, le raboteur d'urnes, avant la sortie dans la rue du peuple des votants, a une priorité absolue : s'abriter des coups de burin des vilaines tentations. Des ruades imparables des gens cachés derrière des bureaux invisibles. Des planches à savonner, glissées sous son pied hésitant, par des candidateurs aigris et envieux. De son salaire maigrelet qui ne va jamais plus loin que le premier caprice de son dernier-né. Des apartés top secrets autour de son métier à raboter. Alors pour fuir loin, très loin de tout ce monde qui pourrit par la tête, le raboteur d'urnes garde à l'esprit cette vérité «tuante» que de l'oseille mal acquise, à défaut de l'expédier au paradis, ne dispense pas les autres de finir cramés, suspendus aux esses de la géhenne. Et le raboteur d'urnes continua à faire son boulot jusqu'au jour où il décida, seul contre tous, de mener la croisade contre tous les carnassiers aux crocs ensanglantés. Mais à 50 berges et 11 jours exactement, le raboteur d'urnes se rendit compte qu'il valait mieux pour lui se remplir la poche gauche pour ne pas se sentir obligé de rafler la mise de la main baladeuse droite. Il troqua alors sa cécité provoquée contre un baluchon de sous fripés. Pris la patte dans le piège à loups élevés dans les arrière-boutiques, le raboteur d'urnes, dans un geste de prestidigitateur à la main en plastique, tenta de faire disparaître l'objet du délit sous l'œil languissant du candidateur-gorille, venu lui entonner l'hallali de sa liberté. Dans le logographe du jugement, l'avant-dernier, l'on fera réciter au raboteur d'urnes la pochetée, ses droits garantis par la loi : ceux de ne jamais se faire flasher les babines mouillées, même s'il n'est pas illicite de boire à coups de rasades dans les grosses bassines de la « chkara ». Dans les manchettes des journaux aux plumes cyanurées, l'on écrira que le raboteur d'urnes passa sa vie à purger sa peine en méditant sur la forme bizarre de ces boîtes à fente trop carrées pour contenir des idées trop rondes... !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.