LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Un chanteur condamné à un an de prison avec sursis    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Baâdji passe à l'acte, ses détracteurs n'en démordent pas    L'avant-projet de loi définissant les modalités d'élection des membres du CSM remis à Tabi    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    Cherche oxygène désespérément    Le coup de grâce du Covid-19    L'aval de Mohammed VI    La révolution électrique en marche    Opération spéciale été    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    Les festivités reportées au mois de décembre prochain    Amar Bourouba, le défenseur qui n'a pas eu peur de Pelé    Vaccination du personnel éducatif avant la rentrée sociale    La protection pénale de la richesse forestière en débat    Les cliniques privées non impliquées à Sétif    «Nous ne sommes pas à l'abri d'une 4e vague»    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Le programme du mois d'août    MC Oran : La Real Sociedad s'intéresse à Belloumi    Le président prie Feghouli de trouver un club    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Sétif : Le professeur Abdelmadjid Kessaï s'est éteint    El Tarf - Covid-19 : des opérations de contrôle et de sensibilisation    Ambassade des Etats-Unis à Alger: Une «bourse de développement du leadership»    Les fruits amers des accusations interposées    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Son prix explose dans les marchés: Lorsque le citron joue à la grosse légume    L'été de tous les cauchemars    Les mégaprojets miniers revisités par 5 ministres    Un blessé et d'importants dégâts matériels    La date bientôt fixée    Trois dossiers brûlants au menu    L'Algérie produira de l'oxygène chinois    Des malades de plus en plus jeunes    Le gouvernement espagnol doit intervenir pour mettre fin aux violences marocaines    Yahi attend la réponse de Sayoud    Franck Dumas nouvel entraîneur    La pandémie a été «la goutte d'eau qui a fait déborder le vase»    La chute d'une grue fait un blessé    34 millions de dollars de recettes pour Disney    34 Nouveaux sites inscrits    Un projet novateur et révolutionnaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Que cherche à prouver Haftar ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 06 - 2021

La menace Haftar est-elle à prendre au sérieux par l'Algérie ? Les forces loyales au maréchal Khalifa Haftar ont affirmé avoir fermé la frontière entre la Libye et l'Algérie et la déclarant zone militaire dans laquelle les opérations sont interdites à un moment où l'on se préparait, côté algérien, en collaboration avec le gouvernement d'unité nationale et le nouveau Conseil Présidentiel libyen, à rouvrir le poste frontière terrestre «Debdeb-Ghadamès», qui est l'un des points de passage vitaux entre les deux pays. La cheffe de la diplomatie libyenne avait également souligné, lors d'une visite à Alger à la fin du mois de mai dernier, que l'Algérie « avait également promis d'ouvrir incessamment un autre poste frontalier pour faciliter les voies de coopération entre les deux pays », sans fournir plus de détails. Il s'agit de voies commerciales qu'on s'apprêtait à rendre opérationnelles, et qui se retrouvent inopérantes à l'ombre de ce déploiement militaire dans la zone frontalière, très éloignée de l'Est libyen dirigé par le maréchal Haftar, et où ce dernier ne dispose que de quelques milices à cette frontière stratégique pour contrôler les nombreux trafics dans la région, selon des observateurs. Ce n'est pas, donc, ce déploiement militaire des milices en question, au nom de la lutte contre le terrorisme mais compromettant pour les activités commerciales entre les deux pays, qui pourrait déranger outre mesure l'armée algérienne, déployée en force en face. Que vise réellement le maréchal Haftar ?
Exécute-t-il un agenda qui rend service à des pays étrangers, dérangés par une coopération économique qui se dessine dans plusieurs domaines entre l'Algérie et la Libye ou veut-il se positionner à la veille d'une conférence ‘'bis'' de Berlin sur la crise libyenne, annoncée pour aujourd'hui, qui discutera des prochaines étapes politiques et sécuritaires de la stabilisation de la Libye ?
L'influence du maréchal Haftar dans le devenir de la Libye est très amoindrie par les revers politique et militaire subis ces derniers mois, il est même devenu personnage embarrassant pour de nombreux pays qui lui assuraient leur soutien après la découverte de charniers près de la capitale libyenne, mais il ne se lasse pas de nourrir encore et toujours l'espoir de peser sur la scène politique de la nouvelle Libye. Dans son isolement, il aurait choisi de provoquer l'Algérie à travers ce déploiement militaire près des frontières algériennes. La relation entre Alger et le maréchal Khalifa Haftar n'a jamais été au beau fixe. Déjà, en 2018, il avait lancé des menaces, et aujourd'hui il est passé à un cran supérieur de la provocation, autant contre l'autorité du nouveau Conseil Présidentiel libyen que le pays voisin, en affirmant avoir fermé les frontières alors qu'il n'est pas habilité à le faire. Que va faire l'Algérie ? Qu'il soit manipulé par des pays étrangers hostiles à la participation de l'Algérie dans l'effort de reconstruction de la Libye, ou animé par un souci de repositionnement sur la scène libyenne, le maréchal risque de perdre ses dernières forces en s'engageant dans ces manœuvres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.