"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Cap de l'espoir et trouble-fêtes
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 07 - 2021

De sombres nuages reviennent envahir le ciel libyen. Vendredi dernier, les délégués du Forum de dialogue politique libyen (FDPL), réunis à Genève dans le cadre de ce dialogue inter-libyen sous l'égide de l'ONU, se sont quittés dos à dos à l'issue de quatre jours de pourparlers sur les conditions de la tenue des élections présidentielle et parlementaires prévues le 24 décembre prochain.
Les discussions ont buté sur les modalités de la tenue de ces élections, notamment le cadre constitutionnel ou la base juridique qui devrait régir ces rendez-vous. L'exigence de la nationalité exclusive des candidats à la présidence, qui élimine les prétendants qui ont la double nationalité, et qui exclut de la course présidentielle les militaires en fonction, n'a pas été du goût de ceux qui ont été de facto éjectés du processus. Khalifa Haftar en premier lieu ainsi que Seif El Islam Kadhafi, selon des affirmations publiques de membres du FDPL, veulent annuler ces conditions qui n'arrangent pas leur ambition politique. Ces derniers, toujours selon des membres du FDPL, chercheraient à se tailler une nouvelle Constitution sur mesure avant d'aller vers une élection présidentielle.
Les participants à cette réunion se sont quittés sur le désaccord en question, qui n'aurait pas de solution en vue si toutes les parties ne feraient pas passer l'intérêt de la Libye et du peuple libyen avant le leur, plutôt avant celui des pays qui les parrainent, notamment les Emirats Arabes Unis, l'Egypte, pour ceux qui ne se cachent pas de leur soutien au maréchal Haftar, ainsi que la Russie, les Etats-Unis et la France, qui veulent bien garder leur influence intact sur ce pays après décembre 2021.
Même le rôle de la mission onusienne n'a pas été épargné par les critiques de certains membres du FDPL, accusée de faire le jeu de ceux qui veulent mettre les bâtons dans les roues du dialogue. Il serait en tout cas absolument naïf de croire que des parties réunies au sein du FDPL agissent sans l'influence de pays qui les ont toujours soutenus, notamment dans des moments où le langage des armes régnait sur le pays. Déjà, à peine la réunion de la semaine écoulée terminée, Khalifa Haftar n'a pas tardé à exprimer sa colère, menaçant de reprendre les hostilités là où elles se sont arrêtées avant le dernier cessez-feu, soit revenir aux portes de Tripoli et chercher à prendre le contrôle du pays par la force.
A ce stade des complications, il ne serait pas vain d'exiger des parties influentes de cesser leurs manœuvres qui visent à influencer le destin de la Libye. Tout comme on le fait sur le plan de l'exigence unanime du départ des militaires étrangers et des milices. Il y a la présence étrangère physiquement palpable, dénoncée par une partie des Libyens qui, eux-mêmes, restent sous l'influence de pays étrangers ! La solution politique proposée par Alger reste la plus éloquente, c'est aux Libyens et à eux seuls de prendre en charge leur destin.
Dans ce fouillis, seul le chef du gouvernement de transition en Libye, Abdelhamid Dbeibah, garde le cap de l'espoir, affirmant que les élections du 24 décembre se tiendront dans le délai. Aura-t-il raison de tous ces trouble-fêtes ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.