Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Alliance présidentielle tacite ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 10 - 07 - 2021

C'est parti pour une tranquille neuvième législature ? Les députés, réunis lors des travaux de la première plénière de cette 9ème législature de l'Assemblée populaire nationale (APN), ont élu à un taux très confortant le nouveau président de l'APN M.Ibrahim Boughali, de la liste des indépendants «Wihda wa Tadaoul» (Unité et Alternance) de la circonscription électorale de Ghardaïa. Ce dernier a récolté 295 voix contre 87 pour Ahmed Sadouk du Mouvement de la société pour la paix (MSP), sur les 382 voix exprimées.
Toute une symbolique des équilibres et des alliances au sein de l'APN. Dire 295 voix décrochées par le candidat des indépendants c'est lire que les députés des partis FLN, El Moustakbal, El Bina El Watani et les indépendants, qui totalisent ensemble 327 sièges et autant de voix, ont voté à quelques exceptions près, donc, en faveur du candidat Ibrahim Boughali, alors que le candidat du groupe MSP, Ahmed Sadouk, a obtenu 87 voix, soit celles des députés de son groupe (65 sièges) et de quelques autres voix éparses.
Dans une déclaration faite après l'annonce des résultats du vote, M. Boughali a relevé que cette législature «édifie vraiment et sincèrement l'Algérie nouvelle souhaitée par le peuple algérien et pour laquelle le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, s'est engagé», en assurant qu'il veillera à coordonner entre les différents groupes parlementaires et le gouvernement pour la concrétisation du programme du président de la République. Le ton est donné pour une législature tranquille et sereine. Ce vote pour élire le président de l'APN serait édifiant dans la suite des actions des députés lors de leur mandat. Il n'y aurait qu'une faible résistance pour l'approbation de l'action du gouvernement ou le programme du président de la République.
Le groupe parlementaire du MSP seul contre tous ? Ce groupe et quelques autres députés, au nombre de 22, qu'il a pu rallier à sa cause lors du vote en question, mais pas forcément tout ce groupe de députés où figurent des «indisciplinés» des partis de la majorité, en d'autres circonstances, constitueront le noyau de l'opposition au sein d'une APN acquise majoritairement au programme du président de la République. Est-ce qu'on est face aux contours d'une majorité présidentielle ou d'une alliance présidentielle qui s'est dessinée à l'APN ? Il ne peut y avoir de majorité présidentielle tant que le président n'a aucun parti politique, mais une alliance présidentielle qui forme une majorité à l'APN, semblable à ce qui existait du temps de l'ex-président Bouteflika, reste plausible. Seulement, on reste pour le moment au stade d'une alliance présidentielle tacite, qui n'a pas encore publiquement affirmé son attachement à un tel bloc. Y a-t-il de la gêne à annoncer d'une manière transparente la formation d'une alliance présidentielle à l'APN, avec une adhésion clairement assumée des partis et des indépendants qui y feraient partie ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.