Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    AADL: Près de 22.000 souscripteurs n'ont pas téléchargé les ordres de versement    Rencontre Gouvernement-Walis: A la recherche d'un appui local solide    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Managers de joueurs en Algérie: Un métier pour desservir le football    Feux de forêts: 8 blessés transférés à l'étranger    Selon les spécialistes: Les vaccinations contre la grippe saisonnière et le Corona ne s'opposent pas    Trois individus arrêtés pour vols    La pointure du monde    La sculpture est-elle « maudite»?    Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...    Les violences des supporters s'accumulent    Brèves Omnisports    Nouvelle enveloppe pour l'achèvement des travaux    Les raisons du processus inflationniste    À quand le vrai bonheur?    La carte de la transition    Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»    Une vingtaine de pays de l'UE proposent de reconduire Tedros    Les films hollywoodiens à l'affiche    La meilleure résidence d'accompagnement à l'écriture!    Du chant chaâbi à Dar Abdellatif    Deux passeurs arrêtés    Les milliards pleuvent...    La presse en deuil    Le FFS contre-attaque    40 Nouveaux forages fonctionnels dans 20 jours    Trois morts sur les routes    La crème de nuit !    Solidarité made in Ooredoo L'opérateur qatari a offert    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Vers une hausse des salaires    Pétrole : le juste prix ?    Une inauguration, puis rien !    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    La France déchirée?    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 07 - 2021

Comme prévu la campagne de récolte de la tomate industrielle a débuté début juillet.
Selon le président du conseil interprofessionnel de la filière, «la production de tomate industrielle dans la wilaya de Chlef devrait enregistrer une hausse notable au double plan quantitatif et qualitatif, au point que les deux unités de transformation de la wilaya ne pourront pas suffire pour la prise en charge de l'ensemble de la récolte». Il est attendu pour la présente récolte une production de près de 187.000 tonnes. Par ailleurs pour éviter que la surproduction «n'atterrisse» dans les décharges publiques comme cela s'est passée lors d'une précédente récolte, le conseil interprofessionnel de la filière tomate industrielle a pris attache avec une unité de transformation de la tomate située dans la wilaya de Relizane au cours de laquelle il a été signé un accord avec cette usine privée, en vue du relèvement des capacités de transformation de la production de la wilaya en la matière à 3.500 tonnes en 24heures. Par ailleurs il faut savoir que compte tenu d'une production abondante, les fellahs vendent aussi leur produit dans trois usines de transformation situées dans la wilaya de Blida. Apparemment, le spectre de la tomate industrielle « non vendue» fait partie du passé, et tout le monde trouve son compte.
Selon le président de l'Association des producteurs de la tomate industrielle, des mesures ont été prises afin de gérer une éventuelle crise et préserver l'intérêt des producteurs de la filière, par la création notamment d'une coopérative des producteurs de la tomate industrielle, qui aura pour mission la gestion de ce type de problèmes ainsi que la défense des droits des agriculteurs. Cette même coopérative se chargera, également, a-t-il ajouté, de fixer un programme pour la culture de la tomate de façon à ce que sa récolte ne se fasse pas dans la même période, et ce dans un souci de réduction des files d'attente devant les unités de transformation. Il s'agira également d'œuvrer à l'encadrement des contrats signés avec les unités de transformation et le développement de la filière en général.
La culture de la tomate industrielle dans la wilaya de Chef est essentiellement concentrée dans les régions d'Ouled Ben Abdelkader, Ouled Fares, El Karimia, et Oued Fodda. La superficie consacrée cette année à ce type de culture dépasse les 2200 hectares avec un rendement de 850 qx à l'hectare. Durant ces dernières années, la wilaya a atteint des seuils record de production de tomate industrielle. Par ailleurs faute de mécanisation, la récolte se fait à la main. Des ouvriers sont recrutés sur la base d'un salaire de 1500 DA/jour pour une durée de travail de cinq heures/jour (de 5 h du matin à 10 h).
Selon un cadre de la direction des services agricoles «même avec ce salaire alléchant, la main d'œuvre se fait désirer». Selon la DSA, «cette performance dans la réalisation de record du rendement qui a atteint les 850 qx/ha est due principalement à certains facteurs parmi lesquels l'accompagnement des pouvoirs publics pour ce type de culture et de la prise de conscience et du savoir faire des fellahs particulièrement en matière d'Irrigation, de soins culturaux et de lutte phytosanitaire. Tout d'abord, il faut savoir que l'irrigation doit être continue durant le cycle cultural d'où la disponibilité de l'eau. Selon la DSA, «les fellahs ont appris éviter les à-coups d'apports d'eau afin de sauvegarder la vigueur des plantes et la qualité des fruits formés (lutte contre la pourriture apicale). Les besoins en eau de la culture peuvent être couverts par des apports de 25% des besoins globaux durant la phase végétative, 50% durant le pic des cueillettes et 25% à la dernière phase des cueillettes. Le sol doit être toujours porté à sa capacité au champ. Une erreur dans la conduite de l'irrigation provoque l'éclatement des fruits et leur exposition à la nécrose apicale. Avec un équipement supplémentaire (pompe doseuse et bacs), il est facile d'introduire la fertigation dans l'exploitation.
Les apports d'eau et des éléments minéraux seront assurés avec une cadence permettant à la culture de se développer convenablement; les pertes de fertilisant par lessivage seront également portées à leur minima. Puis, les produits phytosanitaires doivent être choisis de différentes matières actives afin d'éviter le phénomène d'accoutumance aux parasites qui attaquent la tomate.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.