L'Algérie affronte le Niger le 8 octobre à Blida    Décès de Abdelaziz Bouteflika : drapeau en berne pendant trois jours    Un total de 7 morts et 341 blessés durant les dernières 24 heures    PSG : Vers le forfait de Mbappé face à Lyon    Air Algérie veut faire sa mue    Le RCD dit non    Makri annonce la participation de son parti aux élections locales    PEINE DE 16 ANS DE RECLUSION CONFIRMEE POUR WASSINI BOUAZZA    Saidal produira le "CoronaVac" dès le 29 septembre    Disparition d'un enfant de 4 ans à Béchar    Z comme z'bel !    Retour des supporters dans les gradins sur présentation du pass sanitaire    Le wali s'implique dans la recherche de nouvelles sources de financement    Mellal fait appel de l'ordre d'expulsion de la justice    Barça : L'agent de Koeman accuse Laporta : "C'est l'hypocrisie du sport"    Le charme secret de la décadence    Kaïs Saïed ordonne la réouverture des frontières avec la Libye    Le gouvernement explique sa démarche    886 000 livres scolaires disponibles    Le HCA partie prenante    Djezzy organise la compétition «eSports World Convention»    80 logements LPA de Belgaid: Livraison du projet dans les délais exigée    Vice-président du Conseil présidentiel libyen: Nécessité de consulter et coordonner avec l'Algérie    Zombie et génie en même temps    Allaoua Achouri n'est plus    L'axe Alger-New Delhi redémarre    Les putschistes face à l'échéance exigée par la Cédéao    Les Russes commencent à voter aux élections législatives    «Commençons d'abord par la sous-traitance»    Entre blocages et retards    Que cessent ces pratiques hors la loi!    L'école primaire Azoug à l'honneur    Echec aux opposants virtuels    Les explications du chef de l'Exécutif    La FAO conforte Aïmene Benabderrahmane    La justice, jamais «les justices»    Ils ont profané nos massifs montagneux    La «mention spéciale» décernée au jeune Nazim Benaidja    L'ex-rébellion appelle à mettre en oeuvre l'accord d'Alger    Dépénaliser l'acte de gestion ou désincriminer le droit de la vie des affaires ?    Ibrahim Chenihi signe pour deux ans    "Tandem Media Awards", une première édition dédiée au journalisme culturel    Un univers artistique entre l'universalisme et les traditions    Halte à la maltraitance ! Pour que cesse la violence !    Préparer la rentrée    BRÈVES...    Bureaucratie à l'excès !    Les petits charretiers d'un FLN d'arrière-garde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hommage à notre cher ami Hamou disparu
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 31 - 07 - 2021

En première ligne face à la pandémie, Le Docteur MANSOURI, Directeur Général de l'EHU d'Oran, pendant plus d'une décennie,qui prenait, depuis le début de la pandémie ses tours de garde, à l'hôpital, comme chacun de ses médecins vient d'y laisser sa vie.
Un irréductible homme de troupe qui a combattu jusqu'à son dernier souffle cette hydre qui a fini par avoir raison de lui. Tous témoignent de son humanité exemplaire.
«C'était une personne qui était facilement très aimée des autres donc la tristesse est à la mesure de l'homme qu'il était». «Humain», «généreux», «bienveillant», «rassurant». «Ce fin cuisinier, adepte de la bonne table était toujours de bonne humeur et aimait jouir des plaisirs simples de la vie».
Nul n'a travaillé aux côtés de ce compagnon-médecin sans être impressionné par son dévouement, sa simplicité, sa tolérance et sa capacité d'écoute.
Qu'il est difficile de parler de toi au passé ! Un homme de sciences, un homme partagé, résolument inscrit dans la cité pour l'animer et préparer l'avenir, mais qui s'obstinait aussi à entraîner ses proches dans sa manie bizarre de planter l'espoir. Ton sourire et ton «visage paisible» ne risquent pas d'être oubliés.
Tu aimais rendre hommage aux valeurs collectives: travail, solidarité, rigueur, mais aussi indépendance d'esprit et capacité de capitaliser et de transmettre un savoir, un savoir-faire, un savoir-être.
À l'instar de ces gens ordinaires, tu es resté dans l'ombre. Tu ne valorisais pas ce que tu accomplissais dans ta vie professionnelle, ne briguant aucune médaille, aucune palme.
Tous tes engagements professionnels et citoyens furent guidés par cette forme d'humanisme inébranlable fait de solidarité des hommes et de reconnaissance du statut d'humain dû à tout individu. Mais ce serait te trahir que de te dresser un statut de surhomme. Tu avais tes faiblesses, tes contradictions et aussi tes fragilités. Mais tu semblais toujours solide comme un roc auquel on peut se raccrocher en cas de tempête ; un rocher avec des aspérités et de multiples facettes.
Repose en paix cher ami. Tout est dit. Les mots n'y pourront rien. Nous ne te pleurerons pas. Tu seras toujours parmi nous Hamou. Tu es parti un lundi qui est le jour de la semaine que tu avais choisi pour nous rencontrer autour d'un pot et que tu qualifiais ironiquement de «lundi de l'angoisse».
Même si tu ne t'y rendras plus, nous tenterons de perpétuer cette habitude pour nous rencontrer sans toi certes mais pour honorer ta mémoire et te rendre hommage à chacune de ces rencontres hebdomadaires où tu seras en chacun de nous.
De tes «lundis de l'angoisse», nous ferons des lundis de mémoire. Des lundis que tu continueras d'animer, tu n'en as pas fini avec nous cher ami.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.