CAN 2022 (dames) Victoire historique de l'Algérie face au Soudan (14-0)    le Barça peut oublier Sterling    Affaire Djabelkhir : procès reporté jusqu'à décision de la cour constitutionnelle    Cour d'Alger : le procès en appel d'Abdelghani Hamel reporté au 17 novembre    «Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Le FFS en colère !    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Constantine contredit Medaouar    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    «La concurrence entre Sidi Salah et Doukha sera bénéfique pour l'équipe»    Grande rencontre sur la microentreprise    Branle-bas de combat chez les partis    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    Astuces pour une meilleure visibilité    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Une union truffée de non-dits    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La face «cachée» du «Bâtiment»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 09 - 2021

Le sujet que nous allons traiter aujourd'hui va paraître saugrenu à beaucoup de lecteurs mais il nous a semblé révéler un des travers de la société de consommation occidentale et du capitalisme outrancier et sans états d'âme. Le chanteur Renaud, qui est une des stars de la chanson française actuelle, est visiblement très mal au point, à telle enseigne qu'il inspire une certaine compassion à ceux qui ont eu l'occasion de le voir récemment à la télévision française. Très affaibli par les excès d'une vie d'artiste rebelle, notamment une addiction sévère à l'alcool et au tabac, il a annoncé il y a quelques jours, la mine défaite et tenant à peine debout, qu'il préparait un nouvel album de reprises d'anciens succès de la chanson, ce qui, entre nous, n'est pas un exercice de création véritable. Cela fait des années que Renaud passe directement de la cure de désintoxication au studio d'enregistrement !
Cet acharnement à poursuivre un travail artistique malgré un état de santé précaire mérite le respect, mais il y a peut-être une réalité moins glorieuse qui se cache derrière ce spectacle poignant d'une vedette de la chanson qui persiste à chanter au dessus de l'abîme. La presse parisienne a signalé à plusieurs reprises que le chanteur avait régulièrement des soucis d'ordre financier (à cause de son train de vie dépensier, nous supposons). Dès lors, son entourage professionnel pourrait bien être suspecté d'utiliser ces périodes d'insécurité matérielle et peut-être de faiblesse psychologique pour pousser jusqu'au bout une certaine logique mercantiliste, ne plus regarder notre artiste que comme une machine à fabriquer de l'argent et tenter de le presser comme un citron en faisant fi de toute considération de préservation de sa dignité humaine.
Un chanteur, un écrivain, un peintre ne peut pas vivre uniquement d'amour et d'eau fraîche, encore moins les sociétés de production, les éditeurs, les galeristes, toute cette intendance, y compris industrielle, qui permet au créateur d'exister publiquement.
Malheureusement, parfois, des dérives ont lieu qui posent le problème de la place de l'éthique dans le circuit qui gère, en aval, la naissance d'une œuvre d'art. Dans les années 1970, l'écrivain algérien Mohammed Dib avait confié à un ami que son éditeur parisien, en l'occurrence les Editions du Seuil, lui avait demandé de changer de prénom car le sien «n'était pas très vendeur».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.