Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    L'intrigante histoire du consulat américain    Issine ? Connais pas !    Le Président Ghali réaffirme sa disponibilité au dialogue    Paqueta croit aux chances du Chabab    Chassé-croisé entre Chelsea et Liverpool, City qui rit et United qui pleure    Conclave d'évaluation chez Benbouzid    Plus de 79 000 produits pyrotechniques saisis en 2021    Cherchem    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Ils maîtrisent la portée des menaces !    BF : la descente aux enfers    Retour des supporters dans les stades : Le grand cafouillage !    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: 22.000 cures de traitement du cancer du sein depuis 2020    Incertitudes sur le projet Peugeot    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    L'informel menace l'Etat    Une loi pour protéger les institutions    Déboires d'un père de 9 enfants    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    Les douanes sont-elles des passoires?    Les néo-harkis reviennent cette semaine    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Un après-midi cauchemardesque    La main tendue de Lamamra    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    Vers de nouvelles hausses en 2022    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Des listes passées à la moulinette    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Patrimoine historique des luttes anticoloniales de l'Afrique: Une débâcle programmée    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



UNE ORGANISATION MONDIALE VIRTUELLE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 09 - 2021

Cahin-caha, la gardienne de la paix du monde rassemble depuis lundi chefs d'Etat et représentants de ses pays membres. La pandémie a infléchi ses parures pour que la masse des interventions en vidéoconférence des participants lui garde l'inconsistance habituelle dont elle n'arrive toujours pas à se détacher. Le défilé des discours se ressembleront toujours et maintiendront le formalisme des griefs et des recommandations pour démontrer que le virtuel de la défunte Société des Nations et l'actuelle organisation onusienne est persistant. La nouvelle, à l'image de son prédécesseur n'arrive toujours pas à faire honneur à ses percepts, bloquée à répétition par les intérêts des puissants.
Nullement dupes, les pays petits ou dits émergents y vont pour faire bonne figure, les plus dégourdis s'adossent sur les opportunités qu'offrent les couloirs et les petits salons pour monnayer, faute de mieux, leur utilité et leurs raisons.
Des gangrènes mondiales, on en parlera évidemment. Certains avec fougue, d'autres avec prudence et avec allusions. Des peuples dont les territoires sont toujours spoliés s'abreuvent d'injustice et de discrimination. D'autres se nourrissent de maux et de tares démultipliés quand ils ne s'assassinent pas mutuellement pour étaler ce que l'espèce humaine a de vil et de désopilant.
Le tiers de la population mondiale meurt de faim. L'errance de millions de femmes et d'enfants perdus, ventres creux, têtes et pieds nus n'autorise que la compassion des verbes et la feinte désolation. Mieux, ils deviennent atouts politiques propices au monnayage et sujets à caution. Le désespoir, la famine et même la mort des autres sont des guirlandes à marchander.
Une fois va devenir coutume pour que les supposés grands de ce monde ne cachent plus leurs tiraillements sur le commerce planétaire de l'armement, devenu finalement un des seuls centres d'intérêt. On ne parle plus que de zones d'influence et de champs accaparés à assurer.
Censée unir et départager, l'ONU s'est vue inverser son rôle pour désunir et partager et le monde entier feint souvent de ne pas savoir pourquoi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.