Relance industrielle: un pas vers le redressement des processus erronés    Abbas se dit optimiste de l'organisation du prochain Sommet arabe à Alger    Mobiliser tous les organismes de l'Etat pour accompagner les opérateurs-exportateurs    JM Oran-2022 : Des instructions pour créer une instance de suivi des préparatifs    Algérie-Egypte : Un autre match, une autre histoire    Real : Casemiro compte sur Jovic pour faire oublier l'absence de Benzema    Elections de la LFP : Medouar évasif sur un deuxième mandat    Les nouvelles technologies contribueront à la généralisation de l'utilisation de la langue arabe    La Touiza, entre héritage et pratique    «Je me suis mordue la langue» de Nina Khada primé    Goudjil reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Le Premier ministre reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Affaire Condor : 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi et acquittement en faveur des cadres Mobilis    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    Présentation de chauffe-eau-solaires locaux mardi à Bousmail    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Le CNDPI publie une revue spéciale élections locales    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    L'APW dans l'escarcelle du FLN    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Lancement de la vaccination à domicile    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Les graves accusations de Baâdji    Le défi de la qualité    Le dernier vol du colibri !    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    Augmentation pénalisante des prix    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Le FFS fait son bilan    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Le voleur des 32 kg de cuivre arrêté en flagrant délit    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    La vie d'errance de Si Mohand ou Mhand    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Liban n'est plus la Suisse
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 10 - 2021

Le démon s'est réveillé au Liban. Se limiter à croire que ce réveil n'a pour cause que la petite histoire de l'enquête enterrée par un petit juge sur l'explosion du port de Beyrouth est une halte naïve au vu de la situation d'un pays en déperdition. Depuis un certain temps de nombreux lampions aveuglants montrent que l'ancienne Suisse orientale est dans un naufrage assuré. Tous les indicateurs démontrent le tracé d'une probable négation de ce qui semblait accorder au Liban un bicéphalisme religieux exemplaire capable d'instaurer la permanence de la paix.
Le Liban a tout l'air d'être un autre maillon faible dans l'ensemble de la région du Moyen-Orient qui ne dispose plus de l'équilibre des forces ayant maintenu jusqu'ici le statu quo propice à la prudence et à la retenue guerrières. La Syrie a éclaté et son rôle de garde-fou contesté a tout perdu au change. L'Irak n'a plus le torse bombé. L'Arabie Saoudite et ses cousins du Golfe ont changé la nature de leur tempérance ou en réorientant leurs fougues belliqueuses. Il ne reste plus que l'Iran, devenu cible à la portée du condensé des véhémences et le dos offert à la fatidique bastonnade.
La crise économique mondiale et la pandémie planétaire ont fini par mettre à terre une population libanaise. La diaspora, principale ressource financière des banques hier encore prolifiques, est aux abonnés absents et 80% des enfants du pays du cèdre ne s'alimentent plus que par la mendicité.
Les tirs de kalachnikovs et de roquettes-RPG des milices chrétiennes contre les sympathisants du Hezbollah et du mouvement Amel ne sont pas anodins et n'ont pas l'allure de simples escarmouches ni le profil d'un élan de colère spontané. Ils ont la même odeur que celle qui, en 1975, a envahi le Liban provoquant une guerre civile qui a failli le faire disparaître.
Les Libanais ont replongé dans un bis repetita qui obéit à une large reconfiguration régionale et il n'est pas écarté qu'ils y perdront toutes leurs racines.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.