Une équipe algérienne décroche la 1re place    L'armée d'occupation israélienne attaque une ville palestinienne    Nous n'adhérerons à aucun processus de paix au vu de la poursuite du terrorisme marocain et du silence onusien    Plusieurs interventions dans le Centre et l'Est du pays ces dernières 24h    Les nouvelles technologies contribueront à sa généralisation    «Réception de la majorité des structures sportives vers la fin du mois»    Les ressources du secteur industriel "permettent de se passer d'une grande partie des revenus des hydrocarbures"    La conférence unificatrice des factions palestiniennes en Algérie, une affirmation du caractère sacré de la cause palestinienne    Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Man City : Déjà un accord entre Ferran Torres et le Barça ?    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    Légère baisse de la production d'agrumes    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Les Benhamadi condamnés    En souvenir d'Omdurman    Le dossier sera traité jeudi prochain    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    Le Covid contamine les écoles    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Retrouvailles inédites à Doha !    Belmadi 4e, Mancini sacré !    Du gluten dans votre shampooing    Le RND remporte la présidence de l'APW    Le détail qui échappe à Charfi    Tout dépendra encore des recours    A Tierra met le cap sur Annaba    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Le bras de fer continue !    Les points à retenir du Conseil des ministres    Aziza Oussedik en paisible retraite    L'interaction Tamazight et l'informatique    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pouvoir d'achat divisé par deux en 10 ans
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 10 - 2021

L'effroyable dégradation du pouvoir d'achat des Algériens, divisé par deux en moins d'une décennie, est certainement la première menace sur la paix sociale dans le pays. Plaçant le gouvernement sur la corde raide, la vraie question est celle de savoir comment « contrôler » l'effet délétère de la crise sociale, et son impact sur la stabilité du pays. Et même si le gouvernement de Benabderrahmane a décidé de prendre les devants en procédant au relèvement du point indiciaire dans la fonction publique et la baisse de l'IRG, pour permettre une augmentation des salaires et une amélioration du pouvoir d'achat des citoyens, la bataille pour un pouvoir d'achat décent est loin d'être gagnée.
D'abord à cause du glissement du dinar dû à une productivité faible, les effets collatéraux de la crise sanitaire, mais aussi et surtout le résultat de pratiques spéculatives criminelles. Les pouvoirs publics ont décidé de criminaliser toutes les formes de monopole et les atteintes au pouvoir d'achat des citoyens, pour circonscrire la flambée des prix des produits de base. La moyenne des prix de biens de consommation et des services a plus que doublé en une décennie (entre 2010 et 2021) tandis que les salaires sont restés figés. Alors qu'en sera-t-il de ces nouvelles décisions, inspirées par le président Tebboune et prises sous le sceau de l'urgence ? Les spécialistes se montrent sceptiques. La révision structurelle de l'IRG, même si elle bénéficiera aux bas salaires, sur le plan des budgets familiaux, cette mesure n'aura qu'un impact relatif, et ne pourrait donc pas combler la baisse vertigineuse du pouvoir d'achat des Algériens, selon ces experts. Selon ces derniers, une famille algérienne, de 5 personnes, a besoin de 70.000 DA pour vivre sans dettes, alors que le Salaire national minimum garanti (SNMG) stagne depuis plusieurs années. Le PIB par habitant en Algérie tourne autour de 4.000 dollars, parmi les plus faibles de la région MENA (Moyen-Orient-Afrique du Nord).
Une autre question se pose dans les milieux syndicaux, celle de savoir si une vie décente se résume à seulement manger, se soigner et payer ses factures ou inclure les loisirs ou autres occupations comme les épargnes.
Au rythme où vont les choses, la classe moyenne risque de disparaître pour finir sous le seuil de pauvreté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.