Contrôle commercial: Plus de 145.000 affaires devant la justice en 2021    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle (DAIP): Plus de 2.500 bénéficiaires titularisés dans leurs postes d'emploi    Diplomatie olympique    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    Suite à un «raz-de-marée» de contaminations dans les universités: Suspension des cours en présentiel jusqu'au 29 janvier    Affaire de l'escroquerie d'étudiants algériens: 11 mis en cause placés en détention    Covid-19 : une urgence nationale    «Dhakhira» Implosée    L'UA adopte le «plan Tebboune»    Pas avant le ramadhan    L'ANP trône sur le Maghreb    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Les Verts se projettent sur le Qatar    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Le nouveau challenge de Nasri    N'est pas influenceur qui veut!    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Bouslimani affiche ses intentions    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Mohamed Chafaa n'est plus    Algérie : Le Roy explique le fiasco    Oran: décès du moudjahid et chef d'entreprise Cherif Athmane    Diplomate sahraoui: l'occupant marocain essuie un nouveau revers    Crise malienne: l'Union africaine salue et soutient l'initiative du Président Tebboune    19 joueurs de l'EN ont quitté Douala pour rejoindre leurs clubs    Abderrezak Sebgag: "L'élimination de la sélection algérienne ne diminue en rien de sa valeur"    Maroc : craintes d'une aggravation de l'endettement des ménages    Libye: début de réunification de la banque centrale    Le décret exécutif fixant les missions de la CRTF publié dans le Journal officiel    Le wali d'Alger prend des mesures préventives contre la propagation du Coronavirus    Covid-19 : l'affluence sur le dépistage pourrait briser la chaîne de transmission du virus    L'Hôpital militaire universitaire d'Oran unique à l'échelle nationale et arabe à pratiquer la chirurgie mini invasive    Le Mali veut réviser ses accords de défense avec la France    Khalida Toumi, une femme à bout...    503 dossiers de candidature déposés    Le procès en appel de Hamel reporté au 9 février    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Plus de 80 auteurs maintenus au concours littéraire Mohammed-Dib dans sa 8e édition    La pièce Habibi : une synergie à trois voix pour dénoncer les violences de genre    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    Il y a soixante huit ans naissait la Révolution algérienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quand la chute du dinar fausse les calculs
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 01 - 12 - 2021

La dépendance de l'Algérie des importations pour couvrir ses besoins en consommation a de graves conséquences sur l'avenir. Le pays importe en devises alors qu'il paie ses employés en dinars. Les poussées vertigineuses de l'inflation mettent l'économie face à des défis majeurs, auxquels aucune augmentation salariale n'est en mesure de produire de l'effet sur le niveau de vie des citoyens. D'après une enquête menée, courant 2019, par l'Office National des Statistiques (ONS), auprès de plus de 700 entreprises algériennes, l'évolution globale des salaires entre 2018 et 2019 a connu une hausse de 2%. Une évolution « relativement plus importante » dans le secteur privé avec 2,28%, étant constatée contre +1,8% pour le secteur public. Globalement et par qualification, cette évolution est de l'ordre de +1,28% pour les cadres, +1,46% pour les agents de maîtrise et de près de +3% pour le personnel d'exécution, apprend-on de cette enquête.
Quant au secteur public, la hausse de salaire en 2019 par rapport à 2018 est de 1,17% pour les cadres, 1,62% pour les agents de maîtrise et 2,67 pour les agents d'exécution. En revanche, dans le secteur privé, la hausse étant de 1,41% pour les cadres, 1,26% pour les agents de maîtrise et enfin 3,07% pour les agents d'exécution. Mais ces augmentations salariales ont-elles vraiment un impact sur le niveau de vie en Algérie? Force est de constater que non, hélas! Pour cause, la chute permanente de la valeur du dinar a, non seulement, brisé l'élan de ces petites augmentations, mais aussi détruit la véritable valeur marchande des salaires perçus. Ces derniers sont régulièrement tirés vers le bas, suivant la courbe baissière de la valeur du dinar.
D'ailleurs, depuis 2019, le dinar a perdu plus de 17 % de sa valeur face au dollar américain. Entre 2020 et 2021, le même dinar en a perdu presque 8 %. Ces taux de change ont une incidence directe, très négative sur les évolutions salariales. Cela dit, il sera inutile d'augmenter le salaire d'un travailleur, si ce dernier est payé avec une monnaie faible, régulièrement en chute.
En gros, entre 2019 et 2021, la véritable valeur d'un salaire de 50 mille Da a baissé de 15 jusqu'à 17 %, voire 20 % en raison de la dévaluation du dinar. Cela signifie que les augmentations légères de 2 % pour les salaires n'ont produit aucun effet palpable sur l'amélioration du pouvoir d'achat des ménages. L'équation est d'autant plus compliquée pour l'exécutif que, si le salaire augmente en volume de 2 %, il perd plus de 15 % en valeur, en même temps !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.