Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Sommet arabe: le Président Tebboune compte proposer une date alliant la symbolique nationale historique et la dimension arabe    USTO-MB: 113 postes de formation en doctorat ouverts en 2021-2022    Fiscalité : prolongation du délai d'accomplissement des obligations au 27 janvier courant    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    Les précisions de la direction générale des impôts    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    "Je demande pardon au peuple algérien"    Le projet de loi en débat au gouvernement    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    "Les retombées des suspensions des cours apparaîtront à l'université"    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    CAN-2021: la sélection algérienne regagne Alger    Un colonel dans la ligne de mire    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans plusieurs régions    Actuculte    Le monde en «aâdjar» !    Numidia...    Covid-19 : une urgence nationale    Appels insistants à la vaccination: Pic de contaminations attendu dans les prochaines semaines    Diplomatie olympique    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    «Dhakhira» Implosée    Les Algériens ont donné de la voix    Le nouveau challenge de Nasri    L'ANP trône sur le Maghreb    Daesh attaque une grande prison en Syrie    Deux manifestations interdites à Ouagadougou    N'est pas influenceur qui veut!    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Une saga familiale à Sétif    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Au bled de cocagne !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 07 - 12 - 2021

Non, je ne parlerai pas politique et de ceux qui nous bassinent avec leur « art » d'empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde. Non, je parlerai de H'mida, un père de famille si inquiet du lendemain déchantant de son pays antichoc, qu'il a oublié, toute sa vie durant, d'aller au travail, laissant son peuple bouclier sans sa croûte quotidienne, fut-elle la plus immangeable des torgnoles. Alors, pour rattraper son retard à 60 berges, H'mida, dans son « statut » ruinant de cigale, oublia de nourrir son peuple, dans son rôle naturel de fourmi besogneuse. Les jours passant à la vitesse d'une étoile (dé) filante, H'mida se rend à l'évidence apoplectique que le « miracle » d'une Liberté «éternelle » n'est pas de ce monde; dans un pays où manger de la viande (même venue du pays du Taj Mahal !), une fois l'an, revient à écoper une felouque qui prend les eaux avec une cuillère à café. Avec le temps qui passe et l'âge qui... trépasse, H'mida travaille encore plus dur pour faire, rêve-t-il à l'état éveillé, accéder son petit peuple au rêve (jamais exaucé !) de la dolce vita, la vraie, made in Sidi Bouzhour. Chaque mois, le blé sonnant et trébuchant qu'il gagne à trimer comme un forçat, H'mida le dépose dans les poches à fermeture-Eclair de son petit peuple, dans son « beau rôle » de fourmi, sobre et économe. Ses rêves grossissants avec l'argent thésaurisé par son petit peuple, trésorier en toque et trop honnête pour travailler chez l'Etat, H'mida emprunte un gros magot à sa banque du coin pour le déposer, par sacs entiers, dans la bourse, cousue de fil blanc, de son petit peuple nourricier. Mais comme pour H'mida, l'appétit ne vient pas en mangeant, mais en laissant ses mains baladeuses grandir plus vite que ses yeux, il pense, alors, à mettre sa main dans la caisse (ouverte aux quatre vents) de la société qui l'emploie, en chipant un bon magot qu'il cache sous l'aisselle protectrice de son peuple domestique. Et le jour que H'mida attendit toute sa vie arriva enfin, pour donner un corps sans âme à tous ses rêves inaccomplis: acheter en priorité une patrie, de préférence «richarde», juchée au sommet du bled de Cocagne, puis une peuplade aussi pliable que malléable, (ré) inventer un drapeau à planter sur le sommet du dos trop...rond de chacun, et cacher l'argent restant dans une banque... en bois.
L'histoire dira ensuite que le peuple de H'mida, décédé de mort (sur) naturelle, léguera à son preux protecteur éploré un hiéroglyphe posthume qui sera placardé sur tous les murs décrépis du village: «Pour nous autres, peuple de H'mida, répudié comme une épouse infidèle, nous avons passé vingt lustres entiers, à essayer de comprendre s'il fallait porter ce pays dans son cœur, le cacher dans son ventre, ou carrément le mettre en entier dans nos poches sans fonds. Avant de casser notre tirelire en mille et un morceaux, nous avons décidé, nous peuple de H'mida, de garder les yeux fermés pour toujours, et la bouche béante pour ne jamais s'arrêter de dire à l'Autre : malgré tout et tous, Bladi nebghik ! ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.