Les ports de tous les dangers    Vols, cambriolages, agressions: La police lance une application pour signaler les crimes et délits    Tlemcen: Reprise de l'alimentation en eau dans 20 communes    Sidi Bel-Abbès: Trois clubs officiellement promus    Un protocole sanitaire sera appliqué: Feu vert pour l'ouverture de 4.000 mosquées    Tremblement de terre de 4,3 degrés à Tipaza    Le Pr Mohamed Belhocine: «Le virus affecte l'intégralité du pays »    Ce sur quoi le passé a reposé    Dormir pour nous reposer de vivre !    L'entraîneur Rachid Belhout n'est plus    521 nouveaux cas confirmés et 9 autres décès    La reprise des activités attendue    L'entraineur zeghdoud donne son accord de principe au nahd    L'Afaspa dénonce l'implantation du siège du réseau Afrique de la Francophonie à Dakhla    L'armée de l'occupant israélien bombarde le centre de la bande de Ghaza    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tout crime    12 camions chargés d'aides arrivent à Mila    Constantine: campagne de sensibilisation pour protéger les forêts    Fin de l'isolement pour Rachid Nekkaz    La prière du vendredi reste suspendue    521 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    L'ARPE chargée d'encourager la pluralité de l'information et sa diffusion    Sortie de nouvelles promotions de l'ESNT    EXPLOSION DE BEYROUTH : Le président du Conseil constitutionnel exprime sa solidarité    ORAN : Décès du secrétaire de wilaya de l'ONM, Soumer Abdelkader    Les explosions à Beyrouth ravivent la contestation au Liban    FERMEES DEPUIS LA MI-MARS : Le ministre du transport écarte la réouverture des frontières    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Le suspense perdure    Un activiste du Hirak arrêté    Les pharmaciens saisissent Tebboune    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    LES BAGNES INEDITS    La réunion périodique présidée par Tebboune    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment écoper la mer avec une cuillère à café ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 07 - 2020

C'est encore là une histoire de Larbi, un père de famille si inquiet du lendemain déchantant de son pays antichoc, qu'il a oublié, toute sa vie durant, d'aller au travail, laissant son peuple bouclier sans sa croûte quotidienne, fût-elle la plus immangeable des torgnoles.
Alors, pour rattraper son retard ... à 60 berges, Larbi voulut cacher derrière son dos trop rond son « statut » ruinant de cigale, pour mettre toute son oseille dans la main gauche de son petit peuple, réputé moins dispendieux, dans son rôle, presque « naturel », de fourmi besogneuse. Les jours passant à la vitesse d'une étoile (dé) filante, Larbi se rend à l'évidence apoplectique que le « miracle » d'une Liberté « éternelle » n'est pas de ce monde; dans un pays où manger de la viande (même venue du pays du Taj Mahal !), une fois l'an, revient à écoper une felouque qui prend les eaux avec une cuillère à café...
Avec le temps qui passe et l'âge qui... trépasse, Larbi travaille encore plus dur pour faire, rêve-t-il à l'état éveillé, accéder son petit peuple au rêve (jamais exaucé !) de la dolce vita, la vraie, made in Sidi Bouzhour. Chaque mois, le blé sonnant et trébuchant qu'il gagne à trimer comme un forçat, Larbi le dépose dans les poches à fermeture-Eclair de son petit peuple, dans son « beau rôle » de fourmi, sobre et économe. Ses rêves grossissants avec l'argent thésaurisé par son petit peuple, trésorier en toque et trop honnête pour travailler chez l'Etat, Larbi emprunte un gros magot à sa banque du coin pour le déposer, par sacs entiers, dans la bourse, cousue de fil blanc, de son petit peuple nourricier. Mais comme pour Larbi l'appétit ne vient pas en mangeant, mais en laissant ses mains baladeuses grandir plus vite que ses yeux, il pense, alors, à mettre sa main dans la caisse (ouverte aux quatre vents) de la société qui l'emploie, en chipant un bon magot qu'il cache sous l'aisselle protectrice de son peuple domestique. Et le jour que Larbi attendait toute sa vie arriva enfin, pour donner un corps sans âme à tous ses rêves inaccomplis : acheter en priorité une patrie, de préférence «richarde», juchée au sommet du bled de Cocagne, puis une peuplade aussi pliable que malléable, (ré) inventer un drapeau à planter sur le sommet du dos trop...rond de chacun, et cacher l'argent restant dans une banque... en bois... L'histoire dira ensuite que le peuple de Larbi, décédé de mort (sur) naturelle, léguera à son preux protecteur éploré un hiéroglyphe posthume qui sera placardé sur tous les murs décrépis du village: « Pour nous autres, peuple de Larbi, répudié comme une épouse infidèle, nous avons passé dix lustres entiers, à essayer de comprendre s'il fallait porter ce pays dans son cœur, le cacher dans son ventre, ou carrément le mettre en entier dans nos poches sans fonds. Avant de casser notre tirelire en mille et un morceaux, nous avons décidé, nous peuple de Larbi, de garder les yeux fermés pour toujours, et la bouche béante pour ne jamais s'arrêter de dire à l'Autre : malgré tout... et tous, Bladi nebghik... ! »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.