Le Conseil de la nation participe à la 33e Conférence extraordinaire de l'UIPA    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison ferme requis contre l'ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal    Riche participation algérienne à la manifestation "Portes ouvertes des ambassades" à Washington    Nécessité de renforcer les services de réanimation en moyens matériels et humains pour une meilleure prise en charge des malades    Le Conseil de la nation prend part à une conférence sur les droits et conditions des personnes âgées dans la région arabe    Le Président Tebboune reçoit le ministre saoudien des Affaires étrangères    Le moudjahid Abbas M'hamed, un parcours remarquable au service du pays    Arkab appelle à la mise en place d'une stratégie de valorisation des mines de marbre en Algérie    Chanegriha supervise un exercice tactique au niveau de la 5ème Région militaire    Algérie-République tchèque: Signature d'un procès-verbal de coopération dans le domaine minier    Le Barça s'intéresse à Koulibaly    Leeds : Kalvin Phillips dans le viseur de Manchester City    Ligue Europa: l'Eintracht Francfort l'emporte aux tirs au but face aux Glasgow Rangers    Tlemcen: Le salon de l'étudiant de retour    Football - Ligue 1: Les poursuivants à l'affût    Tiaret : le mouvement sportif en deuil: Hadj Moumene Ahmed n'est plus    L'imposture totalitaire à l'aune de la duplicité dialectique: Lorsque les médias occidentaux jettent une lumière crue sur des vérités trop longtemps dissimulées    La nouvelle guerre de l'information ou «La vérité si je mens»    Plaques de signalisation routière, chaises métalliques...: Une bande spécialisée dans le vol démantelée à Bir El Djir    Université: La formation d'ingénieurs privilégiée    Céréales : les stocks stratégiques suffisants    Les bases de la transition énergétique    Saison estivale: 550.000 m3/jour pour l'alimentation en eau potable    La femme et le réajustement des ordres établis    L'ivrogne, ce que dit le cœur et ce que dit la bouche    L'archéologie islamique en question    Brèves Omnisports    La double confrontation face à la Palestine fixée    Le message fort du président Tebboune    La dernière trouvaille du Makhzen    Manifestation à Londres contre l'extradition de Julian Assange    La Médiation internationale se mobilise    «Il couronnera le triomphe électoral du parti»    Des faussaires de billets de banque arrêtés    Pêche en eau trouble    Une femme à la tête d'un gang de voleurs    Pourquoi les prix ont baissé    La Sonelgaz se met de la partie    Les entreprises privées du Btph suffoquent    Une amitié de 60 ans sans aucune ride    Mbappé quasiment d'accord    Amara Rachid: de l'école au maquis    Les nouveaux membres installés    Amar Metref ou la voix d'un humble    Armée sahraouie : nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain dans le secteur de Mahbes    M. Lamamra s'entretient avec son homologue saoudien    Justice: 10 ans de prison requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    Recadrage en règle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un pays antichoc
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 01 - 2022

Oui on a perdu et puis après ! C'est que le pays est comme le bon vieux roseau, bougrement résistant, capable de plier sans jamais se casser un traître osselet. Un peu comme si on voulait laisser le passé dans l'oubli et l'avenir à la providence, la marche du pays s'apparente à cet homme qui, arrivé au milieu du tunnel, avance vers le faisceau de lumière le plus proche de son centre de gravité. L'on savait aussi que le peuple, vachement « poreux » et héroïque jusqu'à se faire hara-kiri, a depuis longtemps reçu le sérum le prémunissant contre la douleur des coups, plus bas que la ceinture, et autres coups de Jarnac, portés dans son dos, transformé en une véritable passoire. C'est l'histoire de ce nomade à la dignité portée en bandoulière et l'adversité affichée comme le revers d'une médaille…de mérite.
A se souvenir de l'histoire de cet homme qui, pour traverser l'océan désertique du sud vers le nord, fit porter sur sa chamelle sa tente mobile, sa chèvre à traire, son chien de campagne, avant de placer au sommet de la bosse du pauvre animal toute sa smala. Quelques encablures plus loin, la chamelle se fatigua et expulsa un liquide bizarre de ses narines, saignées aux quatre veines. Inquiet pour sa pauvre bête, le nomade déchargea d'abord la chèvre à traire, puis le chien de garde. Poursuivant sa route vers le monde « habité », le nomade se rendit compte, quelques mètres plus loin, que sa chamelle est encore en très mauvais état. Dégageant un liquide rougeâtre de ses oreilles, le nomade lui administra un breuvage miraculeux avant de la décharger du poids accablant de sa femme et de ses huit enfants. Arrivé à mi-chemin entre son destin confisqué et son rêve castré, le nomade se résigna à l'idée que la bête n'arrivera jamais à bon port avec le poids insupportable qu'elle porte sur son dos arqué. Il laissa sur le carreau sa chèvre à traire, son chien battu, sa tente mobile, sa femme éplorée et ses huit enfants en bas âge. La bête poursuivit toute seule la route jusqu'au point kilométrique numéro 60 où on l'emmena dans un abattoir fraîchement repeint avec une couleur sans tain. Avec sa viande fraîche, l'on organisa un giga-couscous avec un méchoui grandeur nature, un festin épique auquel on invita le nomade qui sauta de joie à l'idée que sa pauvre bête se sacrifia pour donner à manger à un peuple preux, mais au ventre creux. A la mémoire de la chamelle sacrifiée, l'on fera tatouer sur le front dégarni du nomade, avec du henné multicolore, une citation peu intelligible à la race des humains : « pour protéger un pays contre tous les chocs, rien de mieux qu'un vaillant peuple pour se dresser en bouclier ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.