Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Projet de loi sur les investissements: «Un signal extrêmement positif», selon le Medef
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 05 - 2022

Le Mouvement des entreprises de France (Medef) marque son retour par une visite d'une journée à Alger, et par sa rencontre, hier, avec les membres de la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC), autour d'une conférence d'affaire algéro-française, tenue à l'hôtel El Aurassi.
Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a réaffirmé lors d'une conférence de presse tenue conjointement avec son homologue, le président de la CAPC, Samy Agli, la volonté des chefs d'entreprises françaises d'investir en Algérie. Il est revenu tout de même sur la nécessité d'assainir le climat des affaires en affirmant que «les entreprises françaises et en général les entreprises internationales ont besoin d'un cadre réglementaire clair ou plutôt une certaine stabilité réglementaire». Et de souligner : «Rien de pire que l'incertitude pour développer nos investissements et nos affaires». Il relativise en précisant que «même chez nous en France, nous avons besoin en tant que chef d'entreprise d'une stabilité législative, fiscale et juridique». «Il ne faut pas que les règles changent en fonction de l'arbitre», dit-il en précisant que l'économie de marché a besoin de règles, d'un arbitre, d'un gouvernement, «ce n'est pas la jungle». Pour le président du Medef, «l'arrivée de la nouvelle loi sur les investissements est un signal extrêmement positif pour le climat des affaires en Algérie». Et de préciser que «l'Algérie est un énorme marché pour la France vu les potentialités qui sont probablement sous-estimées ou méconnues ».
M. Roux de Bézieux a ouvert une parenthèse pour affirmer qu'on est aujourd'hui dans une mondialisation assez différente de ce qu'on a connue depuis les années 2000. Et de préciser que «les pays qui sont proches de l'Europe sont appelés à coopérer de manière beaucoup plus approfondie par rapport à ce qui a été fait auparavant». «La coopération économique entre l'Algérie et la France doit se renforcer, dans les deux sens », dit-il. Samy Agli, président de la CAPC, a affirmé pour sa part que la CAPC, bien évidemment avec la coordination nationale du patronat va œuvrer avec leurs homologues du Medef pour la « redynamisation du Conseil d'affaire algéro-français ». En précisant que « cette redynamisation arrivera mais il faut bien faire les choses pour que ce Conseil soit représentatif des secteurs, des régions, des activités mais surtout la volonté et la faisabilité des choses ». M. Agli a mis l'accent sur la coproduction qui doit devenir une chose centrale dans les échanges et dans les débats entre les organisations patronales algéro-françaises. Le président du Medef a même avancé, dans ce sens, l'idée de recevoir les chefs d'entreprises algériens à Paris prochainement, où il sera peut-être question de redynamiser ce Conseil d'affaires. Pour ce qui est des rapports économiques entre l'Algérie et la France, le président du Medef dira qu'ils sont «insuffisants par rapport à la taille du marché algérien et français, avec une langue des affaires en commun et la proximité du marché, ils devraient être plus importants». «On sait que c'est parfois compliqué, on sait qu'il y a une histoire, il y a une certaine incompréhension, mais notre rôle à nous, c'est de continuer à accélérer les échanges », dit-il, soulignant que toutes les grandes entreprises françaises sont déjà présentes en Algérie. «Ma découverte a été plus dans l'autre sens, et ce, par le nombre des entrepreneurs algériens qui sont venus s'implanter en France», ajoute-t-il, ce qui démontre que «quel que soit le climat des affaires dans les deux pays, la communauté des affaires, les entrepreneurs privés continuent à œuvrer pour faire montrer les flux». Samy Agli affirme qu'il y a réellement des choses qui sont en train de changer en Algérie.
Il a cité la loi de l'investissement, qui véhicule un message important. Et de citer qu'avant, les autorités avaient lancé des messages importants, entre autres, l'abrogation de la règle 51/49, l'annulation de la préemption automatique pour tout investissement ou sortie d'entreprise étrangère. « Il faut regarder l'Algérie comme un partenaire et non pas juste un marché ».
Industrie automobile
Le ministre de l'Industrie, Ahmed Zeghdar, a récemment précisé qu'avec la publication de la nouvelle loi sur les investissements, il y aura de grandes entreprises dans le domaine de la construction automobile et même les tracteurs. En précisant que le secteur a de nombreux contacts avec les grandes entreprises. Interrogé par la presse sur d'éventuels projets dans le secteur de l'automobile, le président du Medef s'est contenté de dire que sa délégation est composée d'une quinzaine de chefs d'entreprises dans le secteur de l'industrie automobile, de l'énergie, de l'agro-industrie, de l'industrie pharmaceutique, des transports, du BTPH et des services. Il a cité la présence du constructeur Renault et Renault Trucks, Airbus hélicoptères, des chefs d'entreprises qui sont venus tous avec des idées de projets d'investissements qui seront présentés lors des travaux. Samy Agli indique que son organisation a fait un travail important sur le dossier de l'automobile. Un dossier qui retrace l'historique de l'industrie automobile en Algérie. « On formulera de grandes propositions », dit-il dans ce sens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.