Lamamra reçoit le SG adjoint de la Ligue arabe    Médias en temps de Guerre: le Forum de la Mémoire salue le rôle pionnier de feu M'hamed Yazid    Le 12e Salon international des énergies renouvelables en octobre à Oran    «Air Algérie ouvrira de nouvelles dessertes»    La promotion de l'industrie pharmaceutique cheval de bataille du gouvernement    Le Président Tebboune reçoit l'ambassadeur du Ghana    Les relations historiques profondes algéro-indonésiennes évoquées à Alger    Ligue 1 (6e journée) : le RCA pour enchaîner, l'USB en quête de rachat    Le ministère de la Culture et des Arts prend part à la 21e édition du SITEV    Football/sélection algérienne : les Verts tout proches d'un vieux record national    Visite surprise de Belaribi au stade de Douéra    Real : Ceballos ne subira pas le même sort que Asensio    Real : Bonne nouvelle pour Benzema    Barça : Ronald Araújo opéré avec succès    Santé: lancement d'un Plan national stratégique contre la rage 2023-2027    La fête du Mawlid-Ennabaoui Echarif célébrée samedi 8 octobre    ONU/Conseil de sécurité: consultations sur la question palestinienne    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines à Mahbes, El-Bakari et Houza    Hémopathies : appel au renforcement des centres des maladies du sang    Sonelgaz: le problème de recouvrement des créances entrave la réalisation des investissements programmés    APN: Réunion de coordination sous la présidence de Boughali    Festival national du Malouf de Constantine : une ambiance apaisante lors de la 2ème soirée    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    «Bouclier du désert 2022»: Exercices militaires algéro-russes en novembre    Tlemcen: Le tourisme comme moteur de croissance    El Tarf et Adrar: D'importantes quantités de psychotropes et de mazout saisies    Des plaques à côté de la plaque    Benabderrahmane reçoit un appel téléphonique de son homologue française    Sonelgaz Es-Sénia lance une opération de recouvrement: 6.252 millions de dinars de créances impayées    En majorité du gasoil: 15,6 millions de tonnes de carburants consommées en 2021    Une commission et des Interrogations    Perez pourra se faire plaisir au Mercato    L'Algérie décroche deux médailles    Les propositions des spécialistes    La nouvelle acquisition du CHU d'Annaba    L'Algérie dévoile sa stratégie    Au moins une «dizaine de morts» dans une attaque terroriste    Les prix s'envolent    30000 logements seront distribués    Hommage à Sirat Boumediene    Promotion du tourisme et la protection du legs culturel    Un colloque international sur le théâtre amazigh    Le wali, homme-orchestre    Peaux de banane !    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Un coup de piston et...    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pourquoi le Maroc célèbre-t-il l'Aïd El-Adha un jour après ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 14 - 07 - 2022

Cette année encore, notre voisin de l'Ouest est le seul pays arabe avec la Mauritanie (ainsi, il est vrai, que quelques pays musulmans asiatiques comme le Pakistan, l'Iran, le Bangladesh, la Malaisie et l'Indonésie) à ne pas célébrer la fête religieuse de l'Aïd El-Adha (ou Aïd El-Kebir) le même jour que les vingt autres pays restant du monde arabe. L'Aïd El-Adha a été fêté dimanche dernier 10 juillet, au Maroc et en Mauritanie, alors qu'une majorité de pays musulmans l'ont fêté la veille, c'est-à-dire le samedi 9 juillet. Pourquoi ?
Un forum de discussions qui faisait suite à un article d'un journal électronique marocain sur ce sujet, s'est penché, il y a quelques années déjà, sur ce qu'on peut qualifier de curiosité ou d'énigme (mais la question reste toujours d'actualité). Nous rapportons ici quelques unes des observations de ces intervenants de nationalité marocaine, certains, vivant à l'étranger. (Nous n'avons pu répercuter, pour des raisons indépendantes de notre bonne volonté, les points de vue de citoyens d'autres nationalités ayant fêté l'Aïd El-Adha en même temps que les Marocains).
Le dénommé Rachid, qui habite à Rabat, ouvre le débat : «Comment expliquer ce décalage? Pour ce qui est de la fête marquant la fin du Ramadhan, c'est possible. Mais là, alors que des millions de pèlerins étaient sur le Mont Arafat comment le Maroc peut-il célébrer l'Aïd El-Adha le surlendemain? Et comme le jeûne de Arafat est une «sunna» très suivie au Maroc, comment les Marocains peuvent-ils jeûner ce jour de Arafat, 24H après?» Pour Hassan, «le jour du sacrifice, c'est-à-dire le 10ème jour du mois lunaire de Dhul Hijja, succède au Jour de Arafat. Arafat est un mont (une colline) situé près de Makkah. C'est là que le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a donné son sermon d'adieu. La «Station de Arafat», autrement dit «Al-wuquf bi Arafat» a lieu le 9 de Dhul Hijja, pendant le pèlerinage. Si la «Station de Arafat» s'applique aux Musulmans qui accomplissent le Hajj, cette période d'adoration s'applique à tous les Musulmans du globe puisqu'il n'y a qu'une seule «Station de Arafat». Par conséquent, c'est au Maroc et à tous les autres pays musulmans d'ajuster leur calendrier afin que le 9ème jour de Dhul Hijja au Maroc et dans tous les autres pays musulmans corresponde au 9ème jour de Dhul Hijja à Makkah. Oui, la Terre est ronde et elle tourne. Mais il n'y a que deux heures de décalage entre Makkah et Rabat (trois heures en hiver). Quant à ceux qui soutiennent que le jeûne du Jour de Arafat est d'abord lié à une date (c'est-à-dire au 9ème jour de Dhul Hijja qui peut varier d'un pays à l'autre) et non à l'accomplissement du rituel le plus important du Hajj (la «Station de Arafat»), je ne suis pas du tout convaincu!)»
Pour Ali, «tout ça, c'est de la politique! L'Algérie, la Tunisie, la Libye, l'Egypte, le Sénégal, par exemple, célèbrent l'Aïd El-Adha le même jour, et notre pays le lendemain. C'est étrange! Les oulemas du Maroc se basent sur quel calcul? Normalement, il y a un seul jour de Arafat. Seulement eux et nos dirigeants veulent faire leur intéressant !»
Pour Ibrahim, «certains dirigeants ou agents d'influences (je ne vise personne en particulier) sont des «kouffars» qui luttent contre l'Islam et veulent que ce dernier disparaisse du Maroc. Faire en sorte que l'Aïd ne se célèbre pas le jour qu'il faut, fait partie de leurs plans. Et puis, il faut bien que le Commandeur des Croyants, Mohammed VI, se distingue du Protecteur et Gardien des Lieux Saints, Salmane Ben Abdelaziz Al Saoud. Majesté oblige !»
Pour Ahmed, au contraire, «le Maroc applique le principe de la vision occulaire de la lune, à chaque fin de mois, un point c'est tout ! Je ne pense pas qu'il y ait de politique ou autres, là dedans, juste une application d'une règle religieuse connue et appliquée depuis des siècles. Et puis il y a des arguments scientifiques qui plaident pour le choix du Maroc concernant la date de l'Aïd El-Adha».
Doit-on en conclure alors que notre voisin de l'Ouest soit plus enclin à respecter les recommandations islamiques que les vénérables cheikhs de l'Université d'El-Azhar du Caire qui l'ont accusé, il y a quelques années, de «briser l'unité des Musulmans» sur ce sujet, ou plus soucieux de rigueur scientifique qu'un pays comme la Turquie par exemple, qui a célébré l'Aïd El-Adha, ce samedi 9 juillet, comme une majorité de pays musulmans ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.