Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    Le combat douteux du syndicat    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    L'épreuve de l'été    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    Tlemcen: 25 individus devant la justice, après une tentative d'agression    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les crevasses géantes, un danger de mort encore ignoré...!
Publié dans Réflexion le 29 - 04 - 2012

La dégradation quotidienne des trottoirs et des chaussés ne parait point inquiéter aucune autorité censée mettre fin a ce saccage sans égal des biens publics. Seul le citoyen demeure l'unique victime a endosser les multiples désagréments causés par de telles négligences souvent nuisibles a sa santé et a son cadre de vie. Les crevasses géantes ont fini par attenter à son intégrité physique, de par les chutes lui causant de multiples traumatismes aux pieds, l'obligeant à des immobilisations plâtrées pour de longs jours d'ennuis et de dégout...!
Finalement, les trous, les nids de poules, les fissures et pour finir les crevasses géantes n'inquiètent plus personne, elles sont devenues une particularité presque naturelle caractérisant l'état piteux des chaussées et des trottoirs de la ville. Le droit du piéton ne parait point être respecté, il circule sur un trottoir impraticable ne répondant à aucune norme lui assurant une bonne marche. Souvent, le citoyen est obligé de contourner des crevasses béantes, des affaissements partiels de la chaussée lui causant d'énormes désagréments et des ennuis de santé. Certains résidents au sein de nouveaux centres urbains de la ville, ont été gravement blessés et hospitalisés suite à des chutes au sein de ces "trous de la mort", ils se sont sortis avec des entorses et foulures des pieds et des incapacités de travail allant d'une semaine à une quinzaine de jours d'immobilisation plâtrée. Cette déplorable situation résultat souvent de la réalisation de divers travaux dont le colmatage des fuites d'eaux ou le passage de nouvelles canalisations d'eau , de gaz ou de nouvelles lignes de la fibre optique, qui malheureusement une fois achevés ,ne connaissent aucune remise en l'état d'origine du lieu des travaux . Ces négligences aboutissent à une "saccage" lamentable du lieu des opérations où les trous sont multiples et le bâclage de la chaussée avec de la caillasse rendant davantage la marche trop incommodante et l'accès des plus difficiles. Une victime, M.R.M, la cinquantaine, rencontrée à la polyclinique pour un contrôle médical de sa luxation de pied qui l'immobilise depuis déjà dix jours, m'explique que son pied gauche a été pris dans l'une de ces crevasses, suite à la réfection d'une fuite d'eau. D'après lui, les ouvriers ont colmaté la fuite avec un bout de chambre à air et remis de la terre, du ciment et des pierres de gros calibre sans la moindre inquiétude pour les piétons. Après quelques jours, le sol s'est affaissé en laissant apparaitre une crevasse assez large, invisible dés la tombée de lui, et où le malheureux citoyen cité a chuté et s'est retrouvé le pied luxé. La dégradation du trottoir a pris des proportions alarmantes et aucun quartier de la ville n'a pu être épargné, elle gène énormément la circulation du piéton et attente a son intégrité physique et nuit abondamment à l'image de la ville. Malgré les clauses des cahiers de charges imposant a toute entreprise publique ou privée de remettre en l'état d'origine le terrain où les travaux d'aménagement de tous genres ont eu lieu, le respect de ces dernières ne semble guère être de mise. Chaque entrepreneur ou son sous- traitant d'un marché public ne tient qu'à finir le travail et empocher le chèque sans se soucier de l'état du lieu d'exercice malgré que la loi promulguée en ce sens en l'année 2004, interdise de tels dépassements qui les sanctionne sévèrement mais à ce jour nul n'a pu l'être, et seul le citoyen continue de se faire plâtrer les pieds et porter seul son mal...!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.