La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qui peut arrêter les bidonvilles à Oran?
Publié dans Réflexion le 29 - 08 - 2012

La commune de Mers El-Kébir est en proie à une prolifération, sans précédent, de constructions illicites et au détournement des terres agricoles de leur vocation à des fins personnelles, donnant lieu à un phénomène d'urbanisation des plus sauvages.
Autant dire que la bidonvilisation est en train de gangrener le tissu de cette localité, devant un silence pour le moins déconcertant des autorités locales qui ne daignent pas lever le petit doigt pour arrêter ce massacre grandeur nature. Chaque année, voire chaque mois, les camps de baraquements dévorent des pans entiers du foncier, donnant lieu à une clochardisation sauvage de la ville, au sens propre du terme. Même le foncier agricole - du moins ce qui est enregistré, en tant que tel, sur les registres cadastraux - n'a pas échappé à cette expansion effrénée des constructions «sans papiers». L'exemple le plus édifiant en est l'ancienne ferme communément appelée «Boudjrada», située à cheval entre les cités de Haï Ezohour (ex-Roseville) et Hansali (ex-Long Champs), à un vol d'oiseau du jadis quartier résidentiel huppé de Sainte Clotilde. Il y a quelques jours, en retournant sur les lieux, près de quarante ans plus tard, un groupe de pieds noirs, dont une famille qui habitait dans le voisinage immédiat de cette ferme, n'ont pas cru leurs yeux et ont décidé de s'en aller aussitôt, déçus, chagrinés par le piteux état du site. Du paysage paradisiaque dominé, de part en part par des jardins potagers verdoyants, à perte de vue, ornés, ça et là, d'une sympathique mosaïque de maisons végétales et d'allées ombrées par les lignes de cyprès et de chênes de ces terres-là où il faisait bon s'allonger sur l'herbe, un livre à la main, il ne reste plus rien, sinon que des vestiges, que des souvenirs... Or, l'état des lieux ne se limite pas au sentiment de nostalgie, au regret de la chose révolue. Le mal est bien pire. Peu à peu, inexorablement, le site est en train de se métamorphoser en un bidonville tentaculaire, une toile d'araignée de sordides maisons de fortune, en zinc et parpaing. Un «trou noir» qui engloutit chaque jour un mètre carré de son entourage vacant. Des conduites d'eaux usées déversant dans la nature, des fosses septiques à ciel ouvert, des bergeries grossièrement construites avec des tas de ferrailles et des troncs d'arbres pillés de la forêt bordant la route menant au Fort de Santa Cruz, des remises et autres hangars bricolés pour l'élevage et l'abattage clandestins des poulets... Bref, le paysage donne des haut-le-cœur. Tolérance outre mesure de la part de l'APC aidant, le cantonnement ne cesse de grandir dans les quatre points cardinaux, au grand dam des riverains qui en subissent tous les désagréments que l'on puisse imaginer. Les pétitions de ceux-ci, leurs lettres de dénonciation adressées aux autorités locales restent sans échos jusqu'ici. Pis, alors que la population locale s'attendait à une vive réaction des autorités à coups d'arrêtés de démolition, nombre parmi les indus occupants du site ont réussi à obtenir par des voies machiavéliques, la régularisation de leur bâti illicite.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.