Communiqué du ministère de la Justice    Makri s'en prend aux «laïcs»    29 activistes relâchés en début de soirée    Tebboune préside aujourd'hui la réunion du Conseil des ministres    Une trentaine de détenus toujours en prison    Huile d'olive. concours international de Dubaï ; Un producteur algérien de Djelfa lauréat    1 530 milliards de dinars d'investissement sur 10 ans    Washington épargne le prince héritier Ben Salmane    «La communauté internationale doit assumer ses responsabilités»    Une suspension et des interrogations    Le ministre des Droits de l'Homme présente sa démission    Elles se sont déroulées dans le calme    Ligue des Champions: lourde défaite du CRB face à Mamelodi Sundowns    Trois candidats pour la présidence de la Fala    Affaire Diawara Banou, l'épilogue !    Man City : Pour Guardiola, ce que fait le club n'est pas normal    Le MCO enchaîne, l'Entente récupère son trône, la JSK dompte le Doyen    De l'inquiétude mais pas d'affolement    L'heure des comptes    Les dépouilles de deux personnes extraites d'une grotte    Le calvaire des résidents    L'islamisme contre le soufisme    "Abou Leila" et "Héliopolis" en avant-première à Batna    "L'avenir du secteur musical en Tunisie est incertain"    MAMMERI, DJAOUT ET LA MAIN DE L'ETRANGER    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    50 kilomètres en deux ans    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    El-Abiodh Sid Cheikh : La gare routière boudée par les transporteurs    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    El Kala: Le cadavre d'un homme repêché à l'ancien port    Qui veut canarder les ambulances ?    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    Les 12 commandements de la phase transitoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CENTRE ANTICANCEREUX DE MAZAGRAN (MOSTAGANEM) AU SERVICE DES ADULTES, PAS D'ENFANTS : Un pseudo-hôpital sous tension !
Publié dans Réflexion le 22 - 11 - 2014

Alors on a tout dit, sur le cancer qui tue sans pitié à Mostaganem, les cancéreux qui parcourent une centaine de kilomètres pour tenter de dénicher un rendez-vous pour un traitement par radiothérapie, des malades diminués qui font la mendicité pour s'acquérir des frais d'analyse et d'examen de laboratoire, des malheureux patients venant des douars , qui se réfugient dans les gares routières où chez des proches en attendant la levée du jour pour prendre le bus vers Misserghine (Oran). Alors on va parler aujourd'hui du fameux (hôpital anti-cancer), pardon, ce petit local de l'ex-CFA qui, par recours à une césarienne, il a accouché d'un service de cancérologie. Enquête sur ce pauvre et petit service anti-cancer qui doit assumer la couverture médicale de plus de 3000 cancéreux..!
Le fameux centre anti-cancer (Hôpital du jour) de la wilaya de Mostaganem se situe dans la commune de Mazagran, et précisément, dans une partie des locaux de l'ex-CFA (Centre de Formation Administrative), une ancienne bâtisse exigüe héritée de l'époque coloniale et qui a été transformée à la va vite en centre anti-cancer. Ce centre qui est opérationnel depuis 2009 et que nous avons pu visiter, accueille en son sein les cancéreux adultes seulement pour des séances de chimiothérapie et prend en charge les cas urgents, il abrite également un centre de rééducation pour (Rhumatologie). Dès notre arrivée au centre, nous avons été accueillis par le médecin chef oncologue, en l'occurrence Mme Hadjam Farida qui a répondu à nos questions relatives aux soins et à la prise en charge des malades. Cette dernière très optimiste nous a indiqué qu'en matière de prise en charge, « l'hôpital du jour de Mazagran, dispose de 22 lits et reçoivent chaque jour des malades pour des cures de chimiothérapie et pour tous les traitements en liaison avec cette maladie chronique ».
Les spécialistes donnent l'alerte !
A la question de l'accroissement du taux enregistré en matière de cancer, le médecin chef nous dira « qu'effectivement il y a quotidiennement des nouveaux cas déclarés et c'est à cet effet, qu'une extension du centre est plus que nécessaire, nous assurons pour cela qu'une étude des travaux de restauration et de réalisation est en cours, ce qui permettra l'agrandissement de l'établissement et une réception plus conséquente des malades ». Concernant les types des cancers constatés quotidiennement, c'est celui du sein qui enregistre le taux le plus élevé, soit 60% de la totalité des cancers confirma-t-elle. A la question de la Radiothérapie, l'oncologue déclare que le centre ne dispose pas de ce type d'équipements et « que dés les 6 séances de chimiothérapie terminées, le malade est automatiquement pris en charge par les structures disposant de ce type de matériel, tel qu'Oran etc...Quant aux scintigraphies osseuses, idem, elles se font au niveau d'Oran et Tlemcen uniquement pour toute l'Oranie ». Concernant la prise en charge des tests radios, scanners, biopsies etc ... au niveau du centre anticancéreux, le médecin déplore que ces examens soient effectués en dehors de l'hôpital en raison de l'absence de techniciens en radiologie (Radiologues) et autres, que ce soit pour les dépistages avec le moyen de la mammographie mammaire par exemple dans le cadre du dépistage du cancer du sein ou autres.
Un centre pour adultes seulement, pas d'enfants
Le médecin chef espère une normalisation du centre afin d'améliorer la qualité des soins dispensés au malade et qui reste l'un de ses soucis majeurs. Au cours de la discussion, nous avons évoqué la disponibilité des médicaments, si le centre enregistrait des ruptures, mais notre interlocutrice nous a garanti que le centre dispose de tous les types de produits relatifs à la chimiothérapie. De ce côté, la prise en charge du malade se fait normalement. Après autorisation du médecin chef, nous nous sommes rendus auprès du chef de service M. Berrahmoun Habib qui nous accompagna dans notre voyage de visite des lieux en nous déclarant que le centre anticancéreux est géré par trois spécialistes en oncologie dans un espace réservé à la prise en charge des malades cancéreux. Le centre est partagé en 02 services dont l'Education Fonctionnelle, et l'Oncologie Médicale. On y trouve aussi un centre de Rééducation spécialisé en Rhumatologie. Cet hôpital du jour enregistre, selon notre interlocuteur, quelque 40 malades/jour. Comme nous l'a bien indiqué le médecin chef plus tôt, le centre dispose de 22 lits réservés aux malades cancéreux plus une salle des urgences à deux lits. Le centre en question compte plusieurs services, à savoir, l'oncologie adulte, une radiologie et un laboratoire biologique où les analyses sanguines sont effectuées, et aussi, il est doté d'une pharmacie. Actuellement, ce centre est au service des malades adultes issus uniquement de la wilaya de Mostaganem contrairement à auparavant où les patients affluaient des wilayas limitrophes à l'exemple de Relizane et Tiaret, qui ont pu bénéficier de leur propre centre d'Oncologie soit un allègement pour le centre. A la question de la multiplication en statistiques des cas de cancer en matière de soins, ce dernier nous a avancé le chiffre de 2923 cas qui ont été pris en charge durant les 10 premiers de l'année soit au 31 octobre 2014 dans le cadre de l'hospitalisation du jour pour les cures de chimiothérapie, avec une moyenne journalière de 25 malades traités quotidiennement par la chimiothérapie. Le chef de service du centre nous a assuré que presque tous les types de cancer sont traités à Mostaganem à savoir : Le cancer du sein, le cancer des organes génitaux, de l'urologie, de la prostate etc...Nous avons aussi demandé à notre interlocuteur de nous informer sur la prise en charge des enfants atteints de cancer, il nous déclara que tous les enfants quelque soit leurs âges sont transférés à Messreghine (Oran) pour être pris en charge.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.