L'Algérie triomphera grâce à la "forte cohésion" entre son peuple et son armée    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Des peines allant jusqu'à 20 ans de prison ferme requises à l'encontre d'anciens responsables et hommes d'affaires pour corruption    Barça : Messi dépasse Ronaldo    Tribunal de Sidi M'hamed: audition de la partie civile dans le dossier de l'homme d'affaires Hassan Arbaoui    Tayeb Bouzid appelle à l'élaboration d'une stratégie nationale pour faire face aux défis du numérique    Les opérateurs affichent leur inquiétude    La rue divisée à Constantine    Le Congrès américain désavoue Trump    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Human Rights Watch dénonce    Le vote à l'étranger et la clôture de la campagne électorale dominent les colonnes de la presse nationale    Velud : "L'arbitrage est le mal du football africain"    Nouvelle domiciliation au stade de Ras El-Oued    Archaïsme et mauvaise gouvernance    Gâteau au yaourt, sirop au citron    Crème au concombre    Comment perdre la cellulite au niveau du ventre    L'insécurité, maître mot des lieux    Un nouvel essai en ligne d'Ahmed Cheniki    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Mise en exploitation de la bibliothèque de lecture publique dans la commune d'El Mahmal    L'hagiographie dans la poésie melhoun, une ethnographie des grands saints de l'islam    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Une réunion interministérielle pour l'évaluation de la saison du Hadj 2019 et l'examen des préparatifs de la saison 2020    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Sérieux test pour les Pacistes    Football - Ligue 1: Le CRB creuse l'écart, des bleus pour le NAHD    Skikda, Tlemcen et Oum El Bouaghi: Marches de soutien au scrutin du 12 décembre    Financement du 5ème mandat: Ali Haddad enfonce Saïd Bouteflika    Skikda: 19 harraga secourus    Premier débat télévisé entre candidats à la présidentielle: Des réformes urgentes pour dépasser la situation difficile    Les médias étrangers scrutent l'Algérie    Programme du 21e jour de la campagne électorale    LPA: Les communes d'Alger procéderont à la convocation des souscripteurs fin décembre    Petrole : La Libye va maintenir sa production autour de 1,25 million de barils par jour    Les femmes plus touchées que les hommes    France : Plus de 800 000 manifestants contre la réforme des retraites selon l'Intérieur    Syrie : Erdogan annonce un nouveau sommet Turquie-France-Allemagne-Grande-Bretagne en février    Incendie du centre d'entraînement Flamengo condamné à indemniser les familles des victimes    En réplique à la taxation des GAFA : "L'attaque de Trump est en dessous de la ceinture"    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    Projet de loi relative à l'organisation territoriale du pays Un acquis pour la redynamisation du développement dans le Sud    Cinéma : Trois films algériens primés au festival d'Al Qods    Théâtre : La pièce "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





UNE SITUATION DE POURRISSEMENT A TISSEMSILT : L'autre visage caché de la ville
Publié dans Réflexion le 20 - 03 - 2010

Constatant la détérioration de leur cadre de vie de plus en plus dégradé, les citoyens ont carrément perdu confiance en leurs responsables particulièrement les élus. La situation sociale dans la wilaya est devenue telle qu'elle n'augurera rien de bon et risquera et sans le moindre doute, un pourrissement regrettable dont les conséquences seront certainement fatales, pour une population qui jusque là tente tant bien que mal de résister.
A la rue, on ne parle que des coupures d'eau, d'électricité, des routes, des décharges sauvages et beaucoup d'autres points, qui sont devenus dernièrement le discours même de ceux qui, auparavant ne faisaient même pas la différence entre un commis de l'Etat et un élu, c'est a montrer que ceux qui jadis se désintéressaient de la vie politico-sociale et qui désormais, se retrouvent affectés directement par ces dysfonctionnements, se sont convertis en dénonciateurs et accusateurs de la politique locale. Ceux que nous rencontrons quotidiennement, n'hésitent pas à dénoncer l'état chaotique dans lequel se trouve le chef lieu de la wilaya « si ce n'est pas l'absence de l'eau potable, c'est l'électricité ou encore le téléphone ou l'Internet et parfois tous ensemble et ou sont nos responsables dans tout cela ? » nous confient des personnes dépités par cette situation « il est vrai qu'on vit dans une ville, mais à voir les conditions insupportables dans lesquelles on se débrouillent, on ne peut se venter d'être plus civilisés que ceux qui vivent dans les petites bourgades, c'est la déliquescence totale et les transformations qu'a vécu notre ville n'ont pas apporté le changement souhaité » ajoutent ces mêmes personnes. Un examen de la situation démontre que cela dure depuis bien longtemps sans qu'aucun responsable ne s'en préoccupe sérieusement, des coupures d'eau courante répétitives et intempestives sont devenues banales au point ou même en hiver des demeures sont restées plus d'un mois sans cette source vitale, quant à l'électricité, c'est un véritable supplice qu'endurent les citoyens particulièrement dans la dernière période et avec son absence d'autres prestations manqueront à l'exemple de l'Internet, les opérations de poste, l'administration etc. Dans un autre volet ayant une relation directe avec ce cadre de vie peu enviable des citoyens, l'état des routes qui pousse les gens à poser trop de questions qui n'ont d'ailleurs pas trouvé de réponses chez les concernés, en effet, par certains endroits les routes, récemment construites, se sont vite dégradées et transformées en de véritables bourbiers, il est pratiquement impossible de traverser une route même au centre ville sans se mouiller les pieds, les grands trous, de l'eau de pluie stagnante, de la boue que l'on trouve partout sont les caractéristiques des routes actuelles de Tissemsilt et dans d'autres endroits c'est vraiment le cauchemar, c'est carrément l'isolement, des quartiers entiers coupés à la circulation routière à cause de travaux qui n'en finissent jamais. Imaginez que depuis des mois, ni l'ambulance, ni encore les camions de ramassage d'ordures ménagères ou les véhicules des particuliers n'ont pu « oser » pénétrer dans certains quartiers à l'image de Ghalem, Halil, Bentammar et autres à cause des routes coupées, une situation qui s'est aggravée davantage avec la présence des ordures et des décharges sauvages qui font désormais partie du décors de ces quartiers. « le mutisme et le silence de nos responsables particulièrement chez les élus sont plus que préoccupants, ils n'ont rien fait de concret qui puisse apaiser nos souffrances, nos appels sont toujours restés lettres mortes ou dans le meilleur des cas reportés à une date ultérieur » pestent certaines personnes, qui après tant d'expériences avec cette administration affirment n'avoir confiance en aucun responsable, tout cet argent et les multiples programmes de développement accordés par l'Etat aurait pu changer catégoriquement le look de la ville, mais faute de gestion et de bons gestionnaires, l'insatisfaction est générale et les priorités sont devenues des atouts entre les mains de certains responsables qui les utilisent par intermittence pour leur permettre uniquement de rester plus longtemps sur leurs fauteuils. En somme, si la situation telle qu'elle est, est devenue intenable, il est peut être temps pour les responsables de s'impliquer davantage et d'associer les représentants de la société civile, des associations, les notables en ouvrant le langage de la communication afin de trouver des solutions adéquates à la situation et permettre à la ville du coucher du soleil de retrouver son lustre d'antan.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.