Tindouf / El-Mouggar: l'Algérie s'engage à promouvoir le commerce entre les pays voisins    Judo / Open africain 2019 de Dakar : les Algériens Rebahi et Ezzine en or    Détérioration du passage «provisoire» sur l'oued Tamendjar à El Ancer (Jijel) : Financer en urgence un pont vital    Le Plan de réhabilitation du barrage vert, d'une dimension stratégique d'importance    Faire du partenariat avec les start-up "un chantier ouvert" à toutes les volontés sincères    Présidentielle du 12 décembre : signature par les médias de la charte d'éthique des pratiques électorales    France 24, Le Drian et Tebboune ..!    10e Fica : une sélection documentaire à la hauteur    Marches pacifiques à Batna, Tébessa et Bordj Bou Arreridj    Tebboune lâché par son Directeur de campagne    PRESIDENTIELLE : Bengrina promet un développement global    EN - Belmadi : "Je ne suis pas surpris par le résultat du Botswana face au Zimbabwe"    mca : Sakhri «On a eu l'accord de Medouar pour jouer le CABBA à Bologhine»    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Les 5 candidats signent la Charte d'éthique    LOGEMENTS AADL 2 : Ouverture du site pour le retrait des attestations de pré-affectation    SE PLAIGNANT DE LEUR SITUATION : Les imams menacent de recourir à la grève    Belkacem Sahli trompé par son notaire    Asphyxie au monoxyde de carbone: 13 personnes sauvées en 24 heures à Constantine    Le pays "ne sera plus le même" après la contestation    Les assurances du ministère de la Santé    Qui est responsable, Air France ou Czech Airlines ?    Les travaux de dragage entamés    NAHD : Saoudi : «Prêts à saisir la justice pour récupérer le bilan»    Mohamed al-Tubal, première recrue hivernale    Maya    L'AIE voit un marché calme avec une offre abondante    Appel à un sit-in devant le siège de Total à Montréal    Une élue FLN écartée de l'exécutif de l'APW    Les Chiliens appelés aux urnes pour voter une nouvelle Constitution    La directrice du FNPOS mutée à Constantine    Les manifestants durcissent leur mouvement    Un livre révèle l'infiltration des Emirats en Algérie    La sexualité dans la société arabo-musulmane : tabou, obsession, honte et honneur    "J'ai voulu raconter cette ville qui m'habite encore"    Participation de quatre artistes algériens    Une trentaine d'exposants au rendez-vous    Ouverture prochaine d'une direction régionale de l'Onda à Béchar    El Harrouch: Camion contre voiture, 3 morts et 2 blessés    Pour fraude fiscale de plus de 670 milliards de centimes: Cinq personnes arrêtées dont trois employés des impôts    Bouira: Journée de formation sur le diabète    Ligue 1 - Match retard PAC - USMBA: Encore une bourde de la LFP !    Human Rights Watch: La «vague d'arrestations vise à affaiblir toute tentative d'opposition»    Concours de la calligraphie arabe    Chikhi Kamel-Eddine, nouveau P-dg    Belkaroui et Zerdoum suspendus trois matchs    Le quitus de L'APN    La présence américaine en Syrie conduirait à une résistance armée populaire    Massacre d'une famille à Ghaza: la diplomatie palestinienne condamne l'agression israélienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ces politicards qui veulent du mal à l'Algérie !
Publié dans Réflexion le 27 - 08 - 2018

Ils ont osé nous rappeler la grande marche du diable du 20 avril 1990, quand le FIS dissous dirigé par Abassi Madani organisa un rassemblement de dizaines de milliers d'hommes dans les rues d'Alger, réclamant la dissolution de l'Assemblée nationale populaire, l'organisation d'élections législatives anticipée et abattre les femmes non voilées ou vivant seules !
Vingt-huit ans après, Mokri revient avec le masque du Front islamique du salut pour refaire le même discours des chouyoukhs ‘'Alayha Nahya Oua Alayha Namout ‘', il ose menacer de descendre dans la rue. Même son de cloche chez le député islamiste du parti FJD, Hassen Laribi proche et obligé du général Mediène qui inaugure sa campagne violente en s'attaquant aux intellectuels algériens. Ce qui était prévisible commence à se dessiner. Les islamistes ayant échoué à se garantir une place dans les prochaines élections présidentielles, recourent à leur méthode favorite : Politique de la terre brûlée !
Eclatée en de multiples formations, affaiblie par des luttes de pouvoir, la mouvance islamiste, en perte de popularité, ne semble plus en mesure d'imposer ses idées dans le jeu politique, et le rêve de prendre le pouvoir à la manière tunisienne et égyptienne s'évapore. L'unique victoire islamiste en Algérie, celle du Front islamique du Salut (FIS) en 1991, avait entraîné le pays dans une guerre civile avec un bilan de plus de 200 000 morts. Les algériens retiennent toujours la leçon et ne peuvent répéter la même bêtise.
Pris d'un coup de choléra et vomi par toute la population, Abderrezak Mokri, le ‘'Donkishot'' des partis islamiques, mêlé au désespoir qui le rend solitaire dans le milieu de l'espace politique algérien, tente la provocation. Renouer avec le discours habituel des islamistes : La menace, voire même les armes !
Le MSP, ce mouvement ‘'underground'' s'éloigne de plus en plus des valeurs algériennes et véhicule une politique subversive, voire menaçante à la stabilité et à la sécurité du pays. Pour lui il n'y a qu'une seule politique : il veut que ça change dans le chaos.
Insufflé par la chaîne TV du FIS dissous, le patron du MSP et son fédéré du FJD, n'a pas tardé de tendre la main aux principaux dirigeants du FIS dissous. Ainsi, Abderrezak Mokri, le marabout des islamistes radicaux et Hassan Aribi, le député à la double casquette islamique et ‘'Moukhabarate'' de l'ancien patron DRS s'alignent du côté des anciens ‘'terro'' de Abbassi Madani pour abattre l'unité du pays et mettre l'Algérie dans le chaos !
Il ne fallait pas plus comme évènement,- d'appeler l'armée à s'impliquer dans la politique-, pour faire sortir les allumeurs de feu de la décennie noire de leur torpeur. A cette table ronde des diables des années 90, s'invitent, Mohamed Larbi Zitout, ancien cadre du Fis-dissous, fondateur du mouvement islamique ‘'Rachad'', Mourad Dhina, chef-terroriste, ancien dirigeant du FIS, domicilié en Suisse et bien sûr le chef d'orchestre Ali Belhadj. Ils sont tous là pour nous inviter une nouvelle fois à revivre les massacres de Bentalha, les tueries d'Ami Moussa, les assassinats des intellectuels et les égorgements des enfants !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.