Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les boycotteurs tiennent meeting
ILS SE SONT REUNIS HIER À LA SALLE HARCHA
Publié dans L'Expression le 22 - 03 - 2014

Les responsables politiques des partis boycotteurs saluent leurs militants
Chauffé à blanc, le public, qui ne cessait de scander des appels au boycott de la prochaine présidentielle et des slogans hostiles au pouvoir, a fait une standing ovation à l'entrée des chefs des partis politiques!
«Kkawa, khawa, khawa! Z'kara fel houkouma!» (Tous ensemble contre le gouvernement). C'est avec ce slogan très significatif qu'a débuté le meeting du front du boycott qui s'est tenu hier après-midi à la salle Hacène-Harcha d'Alger. Ils étaient plusieurs centaines d'islamistes et de démocrates à s'être rassemblés ensemble pour appeler au boycott du scrutin présidentiel du 17 avril prochain. Djelaba et béret, hidjab et cheveux lâchés se sont retrouvés pour la première fois ensemble. Tous unis, ils ont chanté en choeur l'hymne national, avant qu'un silence de marbre ne gagne la salle pour une seule minute...de silence en la mémoire des martyrs de l'Algérie, morts en 1962 jusqu'à ceux des derniers événements de Ghardaïa. Il n'en fallait pas plus pour planter le décor de cette journée que les organisateurs ont appelée historique, «Etant donné qu'elle a rassemblé des Algériens de tout le pays et aux idéologies différentes». Chauffé à blanc, le public, qui ne cessait de scander des appels au boycott de la prochaine présidentielle et des slogans hostiles au pouvoir, a fait une standing ovation à l'entrée des chefs des partis politiques.
Les partisans du MSP, d'Ennahda, et du FJD de Djaballah ont applaudi les leaders du RCD et de Jil Jadid, et vice versa. Il n'en fallait pas plus pour entrer dans le vif du sujet. Et c'est Soufiane Djilali, président du parti Jil Jadid qui prend la parole en premier. Il commence par s'attaquer au cheval de bataille des partisans du 4e mandat à savoir la préservation de la stabilité du pays. «Ils veulent faire peur au peuple par rapport au changement en arguant de la situation actuelle en Libye et en Syrie. Mais ce n'est pas vrai, le changement ne veut pas dire chaos», crie t-il sous les applaudissements du public. Il n'omet pas de demander le départ du système actuel, qui «a montré ses limites». A la fin de l'intervention, les «Chaâbe youride isskate enidame» (le peuple veut la chute du système) étaient scandés par des militants chauffés à bloc.
L'intervention de Soufiane Djilali était une séance de «chauffe» avant le discours du président du RCD, Mohcine Belabbas. D'emblée, il fait part de sa fierté de voir des Algériens d'idéologies différentes se rassembler. «La rencontre d'aujourd'hui est un point de départ pour un changement sans précédent. La rencontre d'aujourd'hui est celle de l'Algérie plurielle. On sera là pour sauver l'Algérie», lance-t-il. «On est là pour assurer que le vote est une illusion pour ne pas dire trahison», ajoute-t-il. Mohcine Belabbas rappelle que «le changement ne se donne pas. Il s'arrache.» Mais le président du RCD estime que «le changement doit être pacifique et organisé». «Le système va s'effondrer mais l'Algérie va vivre. Vive l'Algérie libre et démocratique», conclut-il.
Mohamed Douibi d'Ennahda, lui n'est pas allé par quatre chemins en affirmant que le prochain scrutin sera entaché par la fraude. «Le pouvoir a refusé nos demandes de garantie pour une élection honnête, mais son refus prouve que la présidentielle sera trafiquée. Notre réunion aujourd'hui c'est aussi pour parler d'un nouveau projet politique pour l'avenir avec une Constitution consensuelle», soutient-il.
Abdallah Djaballah président d'Al Adala prend la parole sous les applaudissements. Le leader islamiste rend hommage aux habitants des Aurès. Il critique ensuite une «élite corrompue». Cela non sans accuser l'administration et la justice: «L'administration n'est pas neutre et la justice n'est pas indépendante.»
Vient le tour de Abderrazak Makri, président du MSP. En vrai politicien, il chauffe la salle en la faisant participer à son discours. Il fait répéter la salle. «Moukataâ» (boycoot), «Vous êtes (les autorités) des fraudeurs»... Des paroles qui mettent la salle en délire. «Ce qu'on vous demande c'est de lutter pour construire l'avenir de l'Algérie», ajoute-t-il avant d'appeler les candidats à se retirer. C'est Ahmed Benbitour qui conclut le meeting. L'ancien Premier ministre, dont l'intervention était courte, a appelé les Algériens à prendre leur destin en main.
Il faut aussi signaler la présence d'ex-membres du Front islamiste du salut (FIS), notamment Ali Benhadj entouré de ses «sbires» en transe. Une scène qui rappelle amèrement celle des années 1990, surtout que les anciens slogans tel que «Aâlayha nahya wa aâlayha namoute» ou encore «Ya Ali, ya Abbas, el djebha rahi labass», étaient de mise...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.