Le général de corps d'Armée Ahmed Gaïd Salah en visite de travail au Commandement des Forces Navales : "Les lois de finances et des hydrocarbures, ...    Présidentielle du 12 décembre: Nouvelles procédures pour la légalisation des formulaires de souscription de signatures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Réalisation d'un stock "important" de blé dur et d'orge : Pas d'importation des deux produits cette année    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    Syrie : Trump lâche les Kurdes, mais menace la Turquie    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Mise à jour Ligue 1 : Le MCA rejoint le CRB en tête du classement    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    Organisation d'un match amical Algérie - France : Le sujet évoqué au cours du premier trimestre 2020    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    11e Fcims à Alger: La Corée du Sud, l'Italie, la Turquie et l'Autriche à l'honneur    LIBAN-MUSIQUE: La chanteuse libanaise Fairuz retrouve le devant de la scène    18 personnalités lancent un appel    L'opposition des étudiants    ALGERIE 3 – COLOMBIE 0 : Les Verts s'offrent le neuvième mondial    Distribution de plus de 50.000 logements    Le ministère de la Santé rassure    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Sonatrach, nouveau actionnaire majoritaire    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    Des milliers d'attributions de logements en perspective    168 unités de boissons alcoolisées de différentes marques saisies    Poursuite de l'offensive turque sur fond d'une large condamnation internationale    La loi «rejetée» par la population est «sans crainte»    Batelli convoque 23 joueurs pour le match contre le Maroc    France-Algérie : les premiers pas...    Belles prestations des ensembles de Tchéquie, d'Egypte et de France    «Le voyage de Sindbab» bientôt à l'affiche    SIDI BEL-ABBES : Le policier auteur d'un quadruple crime se donne la mort    Tunisie: le scrutin présidentiel s'est déroulé dans la sérénité et sans failles    MCA -USMA : L'USMA perd le derby sur tapis vert    AHMED GAID SALAH AFFIRME : L'Algérie est sur ‘'la bonne voie''    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Nouvelles procédures pour la signature des formulaires    EXIGEANT LE DEPART DE LEUR DIRECTEUR : Les travailleurs de l'éducation protestent à Béchar    OUARGLA : Recensement de plus de 1600 cas de cancer    L'émigration clandestine en recrudescence    Fondant au chocolat au micro-ondes    Les leaders à l'aise    Le RCD, le FFS et le PT appellent au retrait du projet    La chanson kabyle, vecteur des idées militantes    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Proche-Orient : Moscou et Riyad refondent leur coopération    Recouvrement de la fiscalité: Les chiffres «erronés» du gouvernement    L'EHU 1er Novembre dresse son bilan: 160.000 consultations et 32.000 hospitalisations en neuf mois    Le parti conservateur PiS largement favori    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LES MEDECINS DENONCENT L'INSOUCIANCE DES RESPONSABLES : Un ‘'abattoir'' à l'hôpital de Mostaganem
Publié dans Réflexion le 14 - 09 - 2019

La situation du secteur de la santé à Mostaganem va de pire en pire avec des responsables qui n'ont pas bougé depuis des années. La situation catastrophique dans laquelle se trouve le secteur a fait réagir les médecins qui ont tenu à exprimer leur ras-le-bol et dire ‘'Basta'' à l'insouciance des responsables de la santé à Mostaganem.
En effet, dans une lettre adressée à la tutelle avec le cachet ‘'urgent'', les praticiens généralistes, exerçant notamment au niveau des urgences médicales chirurgicales de l'établissement public hospitalier ‘'Ernesto Che Guevara'', dénoncent les conditions déplorables et ‘'catastrophiques'' dans lesquelles ils exercent leur noble métier. Les médecins évoquent une attitude méprisante du premier responsable envers les praticiens qui font face à un manque flagrant de moyens de diagnostic et thérapeutiques. Le premier responsable est accusé de mauvaise gestion, allant jusqu'à s'abstenir à pallier les défaillances signalées, mettant en péril la vie des malades. En plus de l'annulation abusive de leurs acquis et l'écartement du partenaire social, des coups sont portés au moral des praticiens qui se sont retrouvés, disent-ils, contraints d'exercer une ‘'chirurgie de guerre'', vu l'absence de tout moyen nécessaire à la bonne prise en charge du malade. Les médecins appellent, à cet effet, à la normalisation et l'amélioration des conditions de travail, notamment aux UMC et au renforcement en personnel médical et paramédical et en matériel médical permettant aux praticiens concernés de remplir convenablement leur travail pour une meilleure prise en charge des malades. Concernant les défaillances graves dénoncées par ces derniers, on retrouve premièrement l'état de la salle d'accueil qui ne répond pas aux normes, sans des moyens de surveillance des paramètres vitaux tel que le moniteur patient multiparamétrique au niveau de la salle de déchocage et la salle d'observation. Quant à l'appareil de radiologie, il est souvent en panne mettant en péril la vie des malades polytraumatisés qui sont transportés vers l'hôpital (plus de 2 km) avec les risques qu'ils encourent pendant le déplacement. Aussi, un laboratoire défaillant avec des bilans d'urgence insuffisants (manque du bilan biologique : FNS, ionogramme, urémie, créatinémie, dosage de la troponine, lypasemie et bilan d'hémostase). Des appareils tels que le nébulisateur (un seul) et l'ECG (un seul) sont souvent en panne posant un problème de diagnostic et thérapeutique pour les patients présentant une urgence cardiovasculaire. L'EPH ‘'Che Guevara'' dispose de seulement deux scanners, un à l'hôpital et l'autre aux UMC, les deux sont en panne. Cette défaillance est à l'origine des évacuations vers Oran, disent-ils, ajoutant : ‘'à quoi bon avoir un neurologue sans scanner ?'' Le plus ‘'scandaleux'' est l'absence d'autoclave au niveau de la salle de soins pour stériliser le matériel de suture et de soins. ‘'Même l'élévateur (ascenseur) est en panne'', ont-ils regretté. A cet effet, les médecins généralistes de l'EPH de Mostaganem demandent l'ouverture d'une enquête pour répondre à la question ; pourquoi l'EPH de Mostaganem avec plus de 25 services et avec un nombre très important de spécialistes de santé publique et des hospitalo-universitaires (près de 140) continue d'évacuer ses malades vers le CHU et l'EHU d'Oran, ainsi que l'EHS de Canastel avec un nombre d'évacuations qui ne cesse d'augmenter.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.