Habitat : distribution de dizaines de milliers de logements à l'occasion du 1er Novembre    L'Algérie prend acte de la désignation de Bah N'daw comme président de la transition au Mali    Le Premier ministre palestinien salue la position du Président Tebboune contre la politique de normalisation avec l'entité sioniste    Convention entre le ministère de la santé et le ministère de l'enseignement supérieur pour lutter contre la Covid 19    PENSIONS DE RETRAITE : Mise en place d'un nouveau calendrier de versement    LUTTE CONTRE L'ARGENT SALE : L'impératif de garantir la transparence    MESURES DE REPRISE DES COURS : Les représentants des étudiants satisfaits    CONSTANTINE : Attribution "prochaine" de 100 aides à l'habitat rural    LUTTE CONTRE LES GANGS DE RUES A BLIDA : Arrestation de 59 personnes depuis le début de l'année    Exportations: l'ANCA plaide pour des conventions avec les pays africains limitrophes    Journée internationale de la paix: l'impératif de décoloniser la Palestine et le Sahara occidental    Tottenham : Alli serait disponible en prêt    Coronavirus: 191 nouveaux cas, 127 guérisons et 10 décès    Oran: l'opération d'installation des coordinateurs communaux de la délégation de l'ANIE touche à sa fin    Mostaganem: mise en échec de quatre tentatives d'émigration clandestine et arrestation de 51 personnes    Championnat d'Italie : Débuts flamboyants pour la Juve    Championnat d'Espagne : Le Real Madrid manque sa rentrée    Le paiement électronique "sécurisé et gratuit"    Mise en échec de trois tentatives de migration irrégulière à Mahdia    Le drabki, Abou Fadhel et tamazight    Les articles de la discorde    Naceri à la Cour constitutionnelle    Quelle chance pour la paix ?    Un autre décès par strangulation    Hommage à Abdelmadjid Merdaci    Avec Mustapha Toumi dites toujours «Sobhan Allah ya Ltif» !    Merci M6 ! Merci pour mes zygomatiques !    Benkhelifa signe pour trois ans    Enfin un gouverneur !    Deux réseaux de passeurs démantelés à Aïn Turck    Les journalistes n'abandonnent pas leur confrère    L'opposition appelle à la désobéissance civile en Côte d'Ivoire    Un suspect arrêté aux Etats-Unis    L'ange blanc s'envole    Hommage au journaliste Salem Hammoum à Bouzeguène    Premier film en variante amazighe ouarglie    Renouvellement des associations sportives : Le MJS fixe les modalités des AG    Flagrant délit !    Tlemcen: Trois SG de daïra et un ex-médiateur de wilaya promus    Retrouver la grandeur américaine    Les importateurs face à leur destin    Mines: Vers la création de 95 petites entreprises d'exploration d'or    El-Bayadh: Un nouveau complexe sportif bientôt en chantier    US Biskra: Une instabilité chronique    COLERES ET ENTORSES    «Khayrek sbaq»    Tebboune annonce des législatives anticipées    Un ramassis de clichés et de mensonges    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LES MEDECINS DENONCENT L'INSOUCIANCE DES RESPONSABLES : Un ‘'abattoir'' à l'hôpital de Mostaganem
Publié dans Réflexion le 14 - 09 - 2019

La situation du secteur de la santé à Mostaganem va de pire en pire avec des responsables qui n'ont pas bougé depuis des années. La situation catastrophique dans laquelle se trouve le secteur a fait réagir les médecins qui ont tenu à exprimer leur ras-le-bol et dire ‘'Basta'' à l'insouciance des responsables de la santé à Mostaganem.
En effet, dans une lettre adressée à la tutelle avec le cachet ‘'urgent'', les praticiens généralistes, exerçant notamment au niveau des urgences médicales chirurgicales de l'établissement public hospitalier ‘'Ernesto Che Guevara'', dénoncent les conditions déplorables et ‘'catastrophiques'' dans lesquelles ils exercent leur noble métier. Les médecins évoquent une attitude méprisante du premier responsable envers les praticiens qui font face à un manque flagrant de moyens de diagnostic et thérapeutiques. Le premier responsable est accusé de mauvaise gestion, allant jusqu'à s'abstenir à pallier les défaillances signalées, mettant en péril la vie des malades. En plus de l'annulation abusive de leurs acquis et l'écartement du partenaire social, des coups sont portés au moral des praticiens qui se sont retrouvés, disent-ils, contraints d'exercer une ‘'chirurgie de guerre'', vu l'absence de tout moyen nécessaire à la bonne prise en charge du malade. Les médecins appellent, à cet effet, à la normalisation et l'amélioration des conditions de travail, notamment aux UMC et au renforcement en personnel médical et paramédical et en matériel médical permettant aux praticiens concernés de remplir convenablement leur travail pour une meilleure prise en charge des malades. Concernant les défaillances graves dénoncées par ces derniers, on retrouve premièrement l'état de la salle d'accueil qui ne répond pas aux normes, sans des moyens de surveillance des paramètres vitaux tel que le moniteur patient multiparamétrique au niveau de la salle de déchocage et la salle d'observation. Quant à l'appareil de radiologie, il est souvent en panne mettant en péril la vie des malades polytraumatisés qui sont transportés vers l'hôpital (plus de 2 km) avec les risques qu'ils encourent pendant le déplacement. Aussi, un laboratoire défaillant avec des bilans d'urgence insuffisants (manque du bilan biologique : FNS, ionogramme, urémie, créatinémie, dosage de la troponine, lypasemie et bilan d'hémostase). Des appareils tels que le nébulisateur (un seul) et l'ECG (un seul) sont souvent en panne posant un problème de diagnostic et thérapeutique pour les patients présentant une urgence cardiovasculaire. L'EPH ‘'Che Guevara'' dispose de seulement deux scanners, un à l'hôpital et l'autre aux UMC, les deux sont en panne. Cette défaillance est à l'origine des évacuations vers Oran, disent-ils, ajoutant : ‘'à quoi bon avoir un neurologue sans scanner ?'' Le plus ‘'scandaleux'' est l'absence d'autoclave au niveau de la salle de soins pour stériliser le matériel de suture et de soins. ‘'Même l'élévateur (ascenseur) est en panne'', ont-ils regretté. A cet effet, les médecins généralistes de l'EPH de Mostaganem demandent l'ouverture d'une enquête pour répondre à la question ; pourquoi l'EPH de Mostaganem avec plus de 25 services et avec un nombre très important de spécialistes de santé publique et des hospitalo-universitaires (près de 140) continue d'évacuer ses malades vers le CHU et l'EHU d'Oran, ainsi que l'EHS de Canastel avec un nombre d'évacuations qui ne cesse d'augmenter.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.