APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le premier cancer détecté chez un dinosaure soulève de nouvelles hypothèses
Publié dans Réflexion le 14 - 08 - 2020

Des chercheurs canadiens qui incluent des chirurgiens, des paléontologues et d'autres spécialistes ont identifié ce qu'ils disent être le premier cancer connu chez un dinosaure. La conclusion apporte non seulement un éclairage sur ce qui est toujours l'une des maladies les plus redoutées de l'humanité, mais permet également de mieux comprendre comment les anciens lézards ont pu vivre ensemble-et se protéger-les uns avec les autres.
« Les dinosaures sont perçus comme des créatures mythiques, plus grandes que nature et puissantes », a déclaré David Evans, du Musée royal de l'Ontario, l'un des coauteurs d'un article sur la découverte publié par la revue scientifique The Lancet.
« Mais c'étaient des animaux vivants, qui respiraient, qui souffraient des mêmes blessures et maladies que nous constatons aujourd'hui chez les animaux et les humains. »
Le fossile du Centrosaur a été recueilli à l'origine dans les années 1970 dans un des lits de gisements de fossiles des badlands de l'Alberta. La région a fourni des centaines d'échantillons de ce dinosaure à cornes. Les paléontologues ont initialement supposé qu'une excroissance sur un os de la jambe était le résultat d'une fracture. L'hypothèse n'a pas été remise en question jusqu'à une conversation fortuite entre David Evans et Mark Crowther, président de la faculté de médecine de l'Université McMaster et passionné de dinosaures. Les deux discutaient de preuves concernant les maladies des dinosaures. Cela a conduit à une expédition au Royal Tyrrell Museum de l'Alberta, qui possède des centaines de fossiles qui montrent des signes de blessure. L'équipe a finalement concentré son attention sur un os de jambe fossilisé. L'os a été examiné par des spécialistes du cancer, soumis à une analyse microscopique et à une tomodensitométrie à haute résolution. « Il s'agit d'une lésion qui forme un os » a déclaré le co-auteur de l'étude Seper Ekthiari, un résident en chirurgie orthopédique à l'Université McMaster. « Cela a éliminé l'infection tout de suite parce que l'infection ne forme pas de nouvel os. » Ce n'était pas non plus une cassure réparée. Un nouvel os autour de fractures se forme en couches prévisibles. « L'os est très désorganisé et n'a pas de modèle clair », a déclaré Seper Ekthiari. La croissance s'étendait tout le long de l'os, ce qu'une cicatrice de fracture ne ferait pas. Des trous dans le fossile suggéraient de gros vaisseaux sanguins désordonnés, que les tissus cancéreux sont connus pour développer. Enfin, le fossile a été comparé à un os de jambe humaine atteint d'un cancer des os. « Il est frappant de constater à quel point les lames de microscope sont similaires », a déclaré Seper Ekthiari.
La conclusion ? L'Ostéosarcome, un cancer qui touche encore aujourd'hui plus de trois humains sur un million. Seper Ekthiari est d'avis que le dinosaure était très malade. « Une tumeur qui s'était étendue aussi loin chez un être humain aurait presque certainement formé des métastases ailleurs. Il est très probable qu'il a souffert ». Seper Ekthiari s'est retrouvé épris de son ancien patient.
« Nous partageons tous un plan corporel similaire et nous partageons tous un ancêtre commun. Il était probablement un animal herbivore doux essayant de suivre le troupeau. »
Et pourtant, le cancer ne l'a pas tué, pas plus qu'un dinosaure carnivore affamé qui s'attaquait aux plus lents et aux faibles. Parce que le fossile a été trouvé avec beaucoup d'autres, David Evans est convaincu que le dinosaure malade est mort avec un grand nombre de ses semblables dans un évènement naturel tel qu'une inondation, ce qui soulève une possibilité intrigante.
« Nous savons que ces dinosaures étaient très sociaux », a-t-il déclaré. « De nombreux dinosaures à cornes vivaient en grands troupeaux. Ils vivaient souvent avec des membres de leur famille élargie. »
« Il y a un avantage à vivre en groupe. Il ne serait pas surprenant pour moi que le troupeau ait protégé les êtres malades, faibles et boiteux. » « C'est complètement spéculatif », a ajouté David Evans. « Mais ce ne serait pas impossible. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.