Alors que la défense d'Oultache évoque un tir mortel d'une tierce personne : La partie civile s'interroge sur les commanditaires de l'assassinat de Tounsi    30 000 comprimés de Lyrica et 300 millions de cts à bord d'une 4×4 à El Tarf    Imposante mobilisation à Alger    À qui distribuer les bons points ?    L'Opep+ affole les banques d'affaires    L'Algérie enregistre un net progrès en 2020    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Une lettre du Président sahraoui adoptée comme document officiel    Brahim Ghali dénonce l'inaction de l'ONU    Qui s'y frotte s'y pique    Algérie : l'ONU réclame une enquête et la fin des détentions arbitraires    La violation par le Maroc de l'accord de cessez-le-feu "met à nu son échec cuisant"    Résultats    Boudaoui forfait face à la Zambie et au Botswana    Sous haute tension    Zetchi, réhabilité, ira à Rabat    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    La rencontre fédérale a failli dégénérer    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Près de 600 millards pour une centaine de zones d'ombre    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    Le court métrage algérien Mania primé    APLS: poursuite des attaques contre les forces d'occupation marocaine    Ligue 1 (16e j): l'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    En finir avec les pratiques du passé    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Tlemcen: Les directeurs des services agricoles recadrés    El Tarf: Sensibilisation des agriculteurs sur la protection des arbres fruitiers    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Côte d'Ivoire et Zambie en amical    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





MAIZIA (TIARET) : Une école primaire entourée de guérites et de barbelés
Publié dans Réflexion le 07 - 12 - 2020

Plusieurs observateurs se sont interrogés sur la grande passivité des services de l'A.P.C, ainsi que ceux de l'éducation à l'adresse d'une image, voire d'un décor, qui revient d'un âge révolu et précisément de l'ère de la décennie sanglante.
En effet, et jusqu'à l'heure actuelle, des guérites en ciment et du fil barbelé, entourent et "quadrillent" l'école qui porte le nom d'un valeureux chahid, en l'occurrence "Chaibdraa Noureddine".Cette école, faudrait-il le rappeler, est implantée à la localité de "Maizia",à 7 km du chef-lieu de la commune de Frenda, distante du chef-lieu de wilaya de Tiaret, de près de 50 km et s'ouvre sur la RN 14. De ce fait, tous les usagers de cette route, qui connait un très grand trafic ; gardent cette choquante et douloureuse image dans les «pupilles" de leurs regards suivis de soupirs, car défilent dans leurs mémoires des images" inhumaines», des suites d'un très lourd tribut dont a fait objet la paisible population de Maizia, qui garde toujours des séquelles et des plaies profondes. Cette image de guérites et de fil barbelé, selon des éducateurs que nous avons joint, a des répercussions critiques sur la personnalité des enfants et particulièrement ceux dont les parents ont été assassinés par la horde sanguinaire. Des interrogations sérieuses restent posées et dont la plus populaire «Pourquoi laisser à nos jours cette image qui projette encore au temps de l'ère coloniale. Est-ce une simple négligence ou bien un délaissement ou encore une marginalisation sur ordonnance?? N'est-il pas temps de rendre le vrai visage à cette école, lui rendre sa fierté et surtout contribuer à rendre le sourire à nos enfants, très fragilisés par des souvenirs de détresse et de chagrin. Est-il utile de rappeler que plusieurs actes terroristes ont eu lieu dans le périmètre de cette école dont le plus effroyable est celui d'un homme qui a été égorgé dont le corps a été miné et déchiqueté totalement après la déflagration d'une bombe artisanale mise dans son ventre par les terroristes ayant eu lieu sur la RN 14. Face à cette école, sans citer d'autres cas similaires qui ont eu lieu dans ces lieux faisant des dégâts matériels et humains. Actuellement plusieurs milieux dont des officiels interpellent le wali, pour une opération d'effacement de ces repères....effroyables. Dans quels desseins a-t-on laissé ces guérites et ce fil barbelé, et pourtant tous les responsables locaux et ceux de la wilaya, font le passage tout près de cette école....qui garde beaucoup de séquelles. Il est temps d'agir.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.