Manchester City: Guardiola chipe un record à Mourinho    32e anniversaire de la disparition Dda Lmulud : l'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Qualifications CAN: dates et lieux des matchs Algérie - Zambie et Algérie - Botswana fixés    Une obligation, pas un choix    Cour de justice, délits de la contrebande et moyens de lutte en débat    Il y a 50 ans, les nationalisations des hydrocarbures    Les 12 commandements de la phase transitoire    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Pékin et New Delhi discutent d'une nouvelle désescalade sur leur frontière    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    Un vendredi sans heurts    La Saoura passe en tête, l'USMA et le NAHD se rebiffent !    Le Chabab à Dar Es-Salam depuis jeudi    «Les joueurs doivent imposer leur football»    Nice - Gouiri : "Le plus important, c'est le collectif"    Alerte au variant britannique    Plusieurs forêts décimées en février    Goudjil, l'APN, le 24 Février et la Grande Mosquée d'Alger    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Rebondissement dans le limogeage de l'ex-directeur de la radio locale    «Les femmes sont présentes dans les combats mais pas dans les acquis»    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Neuf militaires tués au Mali    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    AG élective de la FAA : Boukais révèle les irrégularités    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Keddara : Création d'un marché de l'artisanat    MOB : Bouchebah tacle la FAF et accuse    Coopération algéro-française : Appel à projets du programme Profas C+    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Un gâchis irrécupérable ?    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





AIN-HADID (TIARET) : Les enseignants du lycée ‘'Belkheir Cheikh'' en grève
Publié dans Réflexion le 16 - 12 - 2020

Hier mercredi, 16 décembre 2020, tous les enseignants du lycée "Belkheir Cheikh", se sont rassemblés et ont observé un arrêt des cours et sont entrés directement en grève, après avoir rejoint le mouvement de contestations mené par les lycéens et les lycéennes, qui ont dénoncé haut et fort, les conditions critiques dont ils font l'objet.
Ce lycée, faudrait-il le rappeler, a été réceptionné dans des conditions très brusques et voire même que la qualité des réalisations de ses structures, a montré ses limites et s'est mariée aux normes de précarité et à la médiocrité .Certains professeurs ,joints par nos soins, nous ont déclaré que malgré leurs correspondances à toutes les instances concernées, rien n'a été fait, et nos appels ont rejoint les calendes grecques, à ne citer que l'état dans lequel se trouve la cantine , qui menace effondrement, sous les moindres intempéries. Nos sources ajoutent que la dégradation du lycée a atteint des proportions alarmantes et à ce jour, nous sommes otages au diktat du froid. Le chauffage central brille par une "énigmatique absence». Les ruissellements des eaux de pluie font leur loi et la salle de sport devient inaccessible. En somme, les professeurs dénoncent l'état lamentable de ce lycée, fraîchement inauguré et qui n'a jamais fait l'objet de quelconque expertise ou enquête, pouvant délimiter les responsabilités de tout un chacun. Jeudi dernier, le chef de daïra a fait une visite des lieux et l'on ignore les consignes qui ont été instruites aux responsables, et voire que le déficit en communication a toujours généré des spéculations à paralyser toutes les volontés allant vers l'engagement salutaire. Ce lycée, pour simple rappel, accueille plus de 50 professeurs et quelque 600 élèves dont une partie est admise en demi-pension, à cela s'ajoute un staff administratif, dépassant 30 employés. Dans la même, optique, il faut signaler qu'un autre établissement scolaire et eu égard aux menaces d'effondrement, a été vidé auparavant de sa vocation, et actuellement il est devenu un abri pour des familles en détresse et en quête de logement, et cela avec tous les risques y incombant. Cette situation n'a pas fait bouger les responsables de l'éducation, qui observent des réticences à l'adresse des grands dysfonctionnements qui touchent le secteur d'éducation à Ain-Hadid, à 80 km seulement du chef-lieu de wilaya de Tiaret. Aucune enquête n'a ciblé les entreprises de réalisation qui ont bel et bien dévoilé leurs incompétences

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.