Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le 53 ème vendredi de la contestation populaire à Sétif. Un an déjà
Publié dans Sétif Info le 24 - 02 - 2020

En ce 21 février 2020, redoutablement sec, sans le moindre nuage (Il n'a pas plu une seule goutte d'eau depuis près de 2 mois), le hirak est à son 53ème vendredi.
Il boucle avec ferveur sa première année de combat pacifique et tenace. Tout le long de son parcours tout à la fois serein, fougueux, intrépide, surprenant, incontrôlable, franchement coléreux et irrévérencieux parfois (notamment lors d'arrestations ou de maltraitance de ses éléments), sans connaître le moindre dérapage fâcheux, ce mouvement populaire contestataire, inusité de l'Algérie indépendante, a survécu à toutes les tentatives d'intimidation, de récupération, de noyautage, de provocation (Ah ! ces mystérieux baltagias ou nervis disparus à présent), de sape et de discrédit émanant tout aussi bien du pouvoir politique que de supposés opposants, d'appareils médiatiques ou même de milieux occultes de l'argent sale. Il a défié l'usure du temps et la lassitude des cœurs. Par sa composante citoyenne, non partisane et ses revendications claires, intelligibles et fortes, le hirak a drainé des centaines de milliers de citoyens de toute condition sociale (sauf celle des gros nantis) et de tout bord politique (sauf celui de la trahison et de la soumission). Il a résisté également à sa propre implosion du fait des courants politiques pas toujours accommodants qui continuent de le traverser. Il a ainsi forcé l'admiration, sinon la sympathie, le respect et l'intérêt en Algérie et dans le monde. Tout compte fait et contrairement à d'autres endroits du pays, le hirak à Sétif a moins souffert des affres de l'intimidation, de la contrainte, de l'arrestation et de la répression. Arrimé solidement à son caractère pacifique, il n'a jamais été tenté par tout acte incivique. La « selmya » a été jusqu'à présent scrupuleusement respectée. Et même dans ses durs moments de colère, le hirak sétifien se défoulait par la parole irrévérencieuse et parfois crue sans jamais se départir de son pacifisme. En face, sauf dans les rares moments décisifs où ils ont fait montre d'une grande nervosité contre-productive (veille et avant veille du 12 décembre en particulier), les hommes bleus de Sétif sont restés généralement sereins et impassibles devant la foule frondeuse. Et peu de temps a suffi pour que les deux parties apprennent à se connaître et probablement à s'estimer mutuellement. Dans les moments de nervosité intense notamment avec le groupe de « baltagias » ou de colère contre le corps de police, le hirak déployait sa barrière humaine ou ceinturait les manifestants les plus agités pour prévenir tout acte malveillant.
Aujourd'hui pourtant, pour commémorer et non fêter comme dit le slogan « ma djinach nahtaflou djina bach tarehlou » (on n'est pas là pour faire la fête mais pour que vous partiez), le hirak sétifien a rassemblé approximativement 2000 personnes, presque toujours les mêmes. Malgré sa vigueur et sa ténacité, le hirak de la métropole des hauts plateaux de l'est ne semble plus pouvoir mobiliser les 20 à 25000 manifestants de ses moments forts : 22 février, 5 juillet, 1er novembre, le 9 décembre. Essoufflement ? Certainement pas. Mais le fait est là : depuis le 12.12 près de 3 mois plus tard, les rassemblements suivis des marches du vendredi peinent à drainer plus de 3000 personnes. Est-ce à cause de la routine qui s'installe ? Est-ce le manque de visibilité sur l'avenir ? Est-ce la déception ou la lassitude de ne pouvoir voir les résultats immédiats ? Pourtant, à s'y pencher sérieusement, les premiers résultats plus ou moins visibles sont là : le nombre incroyable d'anciens dignitaires du régime en taule, le recul de la peur et de la soumission au dictat, la possibilité d'investir la rue sans sombrer dans l'émeute, la possibilité d'apporter directement la contradiction sur les grandes questions de la nation (sur la gouvernance et le rôle des institutions, sur l'exploitation du gaz de schiste…), le recul des rivalités idéologiques et des préjugés régionalistes, identitaires et culturels. Qui aurait cru qu'un chant zenati de la lointaine Tamentit devienne un slogan « dégagiste » repris par toutes les gorges de Biskra à Sidi Bel Abbés ? Qui aurait cru que la bannière identitaire amazighe flotte aux cotés de l'emblème national indifféremment à Bejaia, Annaba, Oran ou Sétif sans en incommoder personne ? Qui aurait cru que les mêmes slogans et chants fusent des milliers poitrines rassemblées à Tiaret, Khenchela, El Oued, Tlemcen et Constantine ? Qui aurait cru que le citoyen lambda de Mila, Skikda et Relizane manifeste sa désapprobation sur le projet d'exploitation du gaz de schiste et s'inquiète de l'avenir de ses concitoyens du grand sud ? Un jour les chercheurs diront tout sur l'apport du hirak dans le réveil du sentiment citoyen et de la cohésion nationale. Ce que le régime a détruit en plusieurs années, le hirak le reconstruit en quelques mois. Pour l'heure, les quelques milliers de hirakistes de Sétif, comme ceux de l'ensemble du pays, persistent à croire à l'utilité de leur combat pacifique. Ce vendredi « spécial anniversaire », ils ont allègrement marché sur leur itinéraire qui les a conduit vers la cité du 8 mai 1945 via El Ararsa puis vers le centre ville en passant par les boulevard Ibn Sina et la cité des remparts. A Bab Biskra, les manifestants se sont donné immanquablement à cœur joie dans la trémie puis devant le commissariat central. Ils ont parcouru le restant de leur périple sans aucun incident pour rompre les rangs devant leur point de rassemblement habituel en s'invitant à un rassemblement commémoratif pour le lendemain, samedi 22 février au même endroit. Une bien curieuse chose m'a quelque peu intrigué sinon inquiété : la présence de 2 drapeaux noirs sans inscription apparente. Je n'ai eu droit à aucune explication claire sur cette apparition inusitée à ce jour. Mimétisme naïf et maladroit ? Désir puéril de provocation ? J'ai tenu à rappeler discrètement aux jeunes hirakistes que l'étendard noir a été le symbole du mouvement anarchiste du siècle dernier mais aussi celui de la criminelle organisation de Daech. Avec leur jovialité habituelle, ils m'ont promis d'y remédier.
H.ZITOUNI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.