Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Entre autres sujets abordés: Un Conseil des ministres consacré à l'ouverture des frontières    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Coupe de la CAF : CS Sfax - JSK, aujourd'hui à 17 h 00: Un premier obstacle à franchir    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Aïn El Turck: 2,5 milliards de centimes pour les préparatifs de la saison estivale    Ouverture des frontières : Le «oui, mais» du comité scientifique    Praticiens spécialistes : Les assurances du ministre de la santé    Les (mauvaises) manières du «discours»    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Pari réussi pour Belaribi    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Ils redoutent une «débâcle» électorale    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    Ronaldo ne retournera pas au Sporting    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Le bouclier juridique    L'Onilev déstocke de nouvelles quantités    Vers une seconde conférence internationale    Réception de 3.400 doses    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Un jeune assassiné le jour de l'Aïd    9 personnes ont péri noyées    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Retour sur les principaux changements    Charfi réfute toute «nature politique»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hirak à Sétif : la ruse de Sioux des manifestants
Publié dans Sétif Info le 28 - 02 - 2021

En ce début d'après midi du vendredi 26 février 2021 à la douceur printanière, les hirakistes sont au rendez vous. Selon leur décompte, il s'agit du 106ème vendredi depuis celui du 22 février 2019 qui ébranla l'Algérie. Le hirak du vendredi fut interrompu en janvier 2020 pour cause du covid 19. Le nouveau point de ralliement est désormais l'avenue du 8 mai 1945. L'ancien agora devant le siège de la wilaya, situé à quelques dizaines de mètres plus loin est cerné par les fourgons anti-émeute. Le lieu de rassemblement contestataire présente plusieurs avantages dont la charge éminemment historique de l'endroit et l'évitement de la confrontation avec les forces de l'ordre. Mais, la rue désormais piétonne où circule toutefois le tramway est investie par un impressionnant nombre d'hommes en bleu, matraque réglementaire en main.
Les premiers arrivants du hirak forment leur petit noyau d'à peine une vingtaine de personnes tandis que de nombreux badauds les observent à distance. Sans attente, les slogans phares fusent et font vibrer l'avenue. Quelques présumés curieux se détachent des badauds se joignent eux aussi au rassemblement. Alors, les hommes de l'URS foncent méthodiquement sur la foule qui se disperse en scandant fort « Tahia el Djazair » (vive l'Algérie) alternée par « Djazair horra dimocratia » (Algérie libre et démocratique). Des arrestations s'effectuent dans le tas ou sélectivement parmi les manifestants. Mais l'attroupement pacifique se reconstitue quelques mètres plus loin et la clameur reprend de plus belle. Les « youyou » des voix féminines s'élèvent au dessus de la foule comme pour donner probablement du courage à ceux qui sont arrêtés et conduits vers un fourgon bleu garé aux abords. Il faut remarquer que les personnes arrêtées dont au moins une femme ne montrent aucune résistance aux policiers. Ce jeu du chat et de la souris continue près d'un quart d'heure puis la foule de manifestants du hirak est dispersée et la rue semble revenir à la normale. Les forces de l'ordre continueront de surveiller les lieux en pressant les « curieux » de passer leur chemin. La manifestation du hirak de ce vendredi semble avoir avorté.
Surprise ! L'attroupement du hirak s'est reconstitué « en douce » quelque part dans les quartiers populaires et vient, en fin d'après midi, comme une déferlante humaine, envahir le centre ville laborieusement dégagé par les forces de l'ordre. Des centaines de manifestants armés de leurs seules voix dérangeantes, l'emblème national au vent, sont arrivés devant le siège de la wilaya, représentation du pouvoir central, pour faire entendre leurs revendications. Trop nombreux, les hirakistes ne rencontreront pas de résistance de la police. Hormis les arrestations dont ne sait les suites, il n'est observé aucune casse, ni affrontement violent. Le mot d'ordre « Selmia » continue d'être respecté à la lettre.
Hamoud ZITOUNI.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.