Covid-19/vaccination: les citoyens à se présenter dans les structures de santé de proximité    Covid-19: au moins 3.875.359 morts dans le monde    La Bande dessinée en fête à Alger du 25 au 27 juin en cours    Compétitions interclubs de la CAF: l'Algérie conserve ses 4 représentants    Réunion ministérielle du Comité sur la Palestine du Mouvement des pays non-alignés    Le monde en bref...    Boukhelifa (Béjaïa) : Sit-in des bénéficiaires du lotissement d'El Maghra    Coupe de la CAF (Demi-finale aller). Coton Sport 1 – JS Kabylie 2 : Une très belle option pour la finale    Coupe arabe (U20) : Les Verts débutent par une victoire face à la Mauritanie    Appel à l'adoption de mécanismes pour la facilitation des transferts en devises des exportateurs algériens    Elections régionales en France : Le Rassemblement National de Marine Le Pen prend une raclée    BAC à Béjaïa : Des absences qui interpellent    Règlement de la crise malienne : L'application de l'accord de paix est «poussive», regrette la CMA    21e Festival européen à Alger : Sous le signe de l'amitié algéro-européenne    Frioui out «plusieurs semaines»    Le message de Washington    L'université s'ouvre sur l'entreprise    Les ressources financières posent problème    La justice se penche sur la fraude électorale    Qui arrêtera l'Italie ?    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    Quelle place pour les clubs algériens ?    Bouazza : "Le CRB ? Ce sera encore plus difficile"    L'ESS conforte sa position de leader    Sonelgaz cible le marché africain    La suppression de l'essence avec plomb actée    Conférence internationale à Berlin pour tenter de pacifier la Libye    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    Les familles de 23 harraga sans nouvelles de leurs enfants    Relaxe pour le maire d'Afir confirmée en appel    Paris ouverts sur de nouvelles hausses    Dessalement de l'eau de mer: une réunion pour le suivi des projets pour renforcer les réserves    La chaîne El Hayat TV suspendue pour une semaine    Une grande Histoire à apaiser    De nouveaux équipements arrivent: Bombardiers d'eau et drones contre les feux de forêt    Alger: Deux ouvriers meurent électrocutés    Le changement en Algérie est-il impossible?    L'enjeu des locales et la survie des partis    Une ambition en sursis    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    Selma Bédri, sur du velours    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Les planches me manquent!»    Rencontre avec Emir Berkane    Qui succédera à Chenine ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les massacres du 8 mai 1945 en Algérie, une continuité des grandes répressions de la conquête française
Publié dans Sétif Info le 08 - 05 - 2021

Les massacres du 8 mai 1945 en Algérie s'inscrivaient dans la continuité des grandes répressions de la conquête française depuis 1830, démontrant ainsi que le crime de masse a constitué un dispositif de gouvernement récurrent sous l'ordre colonial, a déclaré le spécialiste français des questions coloniales, Mathieu Rigouste.
"Dans la continuité des grandes répressions qui ont accompagné la conquête coloniale pour écraser les résistances populaires de 1830 jusqu'au début du XXe siècle, les massacres de Sétif, Guelma et Kherrata en mai 1945 nous montrent que le crime de masse a constitué un dispositif de gouvernement récurrent sous l'ordre colonial", a précisé M. Rigouste, dans un entretien accordé à l'APS à la veille de la commémoration de ces sanglants évènements.
Pour cet essayiste et chercheur indépendant en sciences sociales,-l'emploi de navires de guerre et de l'aviation pour bombarder et raser des villages, ainsi que des blindés, des tirailleurs et de la Légion étrangère nous assurent aussi de la centralité de l'armée et du phénomène guerrier dans ce système de pouvoir".
Le rôle important des civils européens dans les massacres des populations autochtones en mai 1945 a été également souligné.-A travers des milices armées sous autorité préfectorale, mais aussi de leur propre chef, ils ont participé directement à l'écrasement des résistances anticolonialistes", a-t-il déploré.
Parmi les autres crimes perpétrés par les autorités coloniales pour réprimer les résistances populaires, figurent aussi l'usage-d'une justice expéditive et de la prison comme punition collective, l'emploi de la torture et des exécutions sommaires, de charniers et de four à chaux pour faire disparaître les cadavres et l'organisation de cérémonies de soumission au drapeau français", a-t-il rappelé.
M.Rigouste a, en outre, regretté l'attitude et les positions des politiques françaises face aux massacres perpétrés en Algérie en mai 1945, affirmant qu'"une très large partie de la gauche française jusqu'au Parti Communiste, a participé à la légitimation de cette répression".
"Toutes ces violences et les milliers de morts du côté algérien ont certainement participé à forger les consciences politiques des générations qui ont mené la guerre de libération pour arracher l'indépendance et en finir avec l'ordre colonial", a-t-il ajouté.
Macron fait semblant de faire avancer la reconnaissance des crimes coloniaux
Sur la question de la réconciliation des Mémoires, M. Rigouste a indiqué que-les Etats dirigent des politiques mémorielles qui répondent aux intérêts des classes dominantes", relevant que deux logiques sont à l'œuvre en France, dont-une première qui consiste à faire croire que l'impérialisme et la Françafrique sont révolus, ceci pour mieux reconduire la politique néocoloniale".
"Macron fait ainsi semblant d'essayer de faire avancer la reconnaissance des crimes coloniaux et de faciliter l'accès aux archives. Mais dans la pratique, c'est surtout l'inverse qui est à l'œuvre", a-t-il dit.
Dans le même temps, a-t-il noté,-il s'agit pour l'Etat français de maintenir sa légitimité auprès d'une part importante des dernières générations d'Européens d'Algérie et auprès de larges franges de la droite et de l'extrême-droite pour qui la reconnaissance des crimes coloniaux constitue une atteinte à +l'honneur de la France+".
"L'anticolonialisme et l'antiracisme constituent toujours des cibles dans l'armée et la bourgeoisie françaises, comme l'a montré la tribune de généraux français parue dans un journal d'extrême-droite à la date symbolique du 21 avril (putsch des généraux du 21 avril 1961)", a-t-il constaté.
Il a estimé, dans ce cadre, que-les réparations désirées ainsi que l'accès aux archives devront sans doute être arrachés par la lutte", ajoutant que-ce sont les classes populaires de France et d'Algérie qui peuvent tenter de se forger une mémoire commune basée sur la solidarité".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.