6 aliments légers que vous pouvez manger avant de dormir    Serie A : La Juventus se rate face à Vérone    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Meurtre de Khashoggi: Washington accuse le prince saoudien, mais ne le sanctionne pas    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Football - Ligue 1: L'ESS aux commandes, la palme au WAT et au MCO    Ligue 2 - Groupe Centre: L'USM Harrach nouveau leader    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Les Oranais entament l'an 2 de la Covid-19: Appels réitérés pour le respect des mesures de prévention    Prévue pour aujourd'hui: La grève des adjoints de l'éducation gelée    Guelma: Deux jeunes retrouvés morts dans une grotte, un troisième sauvé    Qui veut canarder les ambulances ?    Des acquis politiques et diplomatiques sur fond de victoires militaires    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    155 nouveaux cas et 2 décès    De Bruyne entre dans un cercle fermé de la Premier League    32e anniversaire de la disparition Dda Lmulud : l'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    La Saoura passe en tête, l'USMA et le NAHD se rebiffent !    Un vendredi sans heurts    Une obligation, pas un choix    Les 12 commandements de la phase transitoire    Alerte au variant britannique    Plusieurs forêts décimées en février    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Pékin et New Delhi discutent d'une nouvelle désescalade sur leur frontière    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Rebondissement dans le limogeage de l'ex-directeur de la radio locale    «Les femmes sont présentes dans les combats mais pas dans les acquis»    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    Neuf militaires tués au Mali    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Un gâchis irrécupérable ?    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des cancéreux pénalisés par l'indisponibilité de l'hébergement
Publié dans La Voix de l'Oranie le 30 - 08 - 2009

L'indisponibilité de l'hébergement provisoire au niveau des structures hospitalières accueillant les malades cancéreux semblent poser un vrai problème pour les sujets non résidants à Oran.
Que ce soit au CHU ou au centre spécialisé de Misserguine, les malades cancéreux n'ont pas la possibilité d'y séjourner pour faire leur chimiothérapie. Pour certains, des allers-retours dans la même journée, causent plus d'une complication, d'autant plus, que nous sommes en plein mois de ramadan. C'est la raison pour laquelle, une grande majorité des parents de malades, venant hors de la wilaya d'Oran, ont décidé de reporter la chimiothérapie ou la radiothérapie de leurs proches, à après la rupture du jeûne.
«J'habite la wilaya de Mostaganem et je me rends obligatoirement, chaque semaine, à l'hôpital d'Oran pour faire ma radiothérapie et pour y subir ensuite la chimiothérapie au niveau du centre spécialisé des cancéreux à Misserghine. Vous savez, je fais ce parcours trois fois par semaine, ce qui est insupportable et extrêmement douloureux pour n'importe quelle personne cancéreuse. Parfois, je loue carrément une chambre dans un modeste hôtel situé à proximité de l'hôpital, afin d'éviter les allers-retours. Mais cette solution-là est très onéreuse, vu que l'hébergement dans les hôtels, situés aux alentours du CHU, sont relativement coûteux, surtout pour les personnes qui, comme moi, sont issues d'une frange défavorisée. Si j'avais des proches à Oran, le problème ne se poserait peut-être pas. Hélas, ce n'est pas le cas. Dans certains cas, on m'autorise à passer la nuit dans la maternité», révèlera C.F. âgée de 39 ans et souffrant d'un cancer.
Un autre cancéreux, habitant à l'USTO, dira: «En ce qui me concerne, la chimiothérapie, je la fais au service des maladies pneumologiques puis je rentre chez moi. J'ai la chance d'habiter Oran. Pour de nombreux autres cancéreux, notamment ceux qui viennent de loin, c'est la vraie galère! Souvent, je ramène chez moi des cancéreux qui viennent surtout des wilayas du sud du pays. Ceux-là, il leur est carrément impossible de rentrer chez eux et de revenir à Oran, dans la même semaine. Sincèrement, ces conditions restent défavorables à notre rétablissement.»
Lors de notre présence au service, nous avons rencontré un grand nombre de malades qui tentaient de faire reporter leurs rendez-vous pour après le mois sacré. «Nous ne pouvons pas faire notre thérapie, pendant le ramadan. L'hébergement à l'hôpital est impossible et nous n'avons personne à Oran. Pourquoi les responsables du secteur ne dégagent-ils donc pas une structure d'accueil pour tous ces cancéreux? Il est inconcevable que le centre de Misserghine qui dispose d'espaces importants, ne puisse recevoir les malades que durant la journée.»
Sur cette même question, des médecins résidents au service de radiothérapie affirment: «Effectivement, c'est un problème épineux et contraignant. Les cancéreux qui viennent faire leur radiothérapie chez nous et leur chimiothérapie dans le nouveau centre spécialisé, sont obligés de quitter le service, une fois leur thérapie terminée. Ceci est en contradiction complète avec les orientations médicales qui exigent que tout malade, ayant subi une chimiothérapie ou une radiothérapie, doit impérativement rester sous surveillance médicale, pendant au moins 24 ou 48 heures. Il ne faut pas oublier qu'il s'agit là d'une thérapie assez lourde et dont l'effet, sur le sujet, est immédiat. Souvent, les malades qui habitent hors d'Oran, sollicitent notre coup de main pour pouvoir passer la nuit dans l'une des structures de l'hôpital, notamment les vieux et les femmes.»
Réagissant à cette épineuse préoccupation exprimée par les malades cancéreux, une source responsable au CHU d'Oran dira: «Je tiens à souligner que l'hôpital, actuellement, ne dispose pas de structures vides susceptibles d'accueillir ces cancéreux. En revanche, vous pouvez constater que les soins sont assurés pour l'ensemble des malades et la surcharge que subissait le service concerné au CHU d'Oran, a été largement soulagée avec l'ouverture d'un nouveau centre à Misserghine, déjà opérationnel depuis plusieurs mois. Ce dernier est appelé à se transformer, plus tard, en un établissement hospitalier qui assure, à la fois, la prise en charge médicale et l'hébergement des malades. Je souligne toutefois que le CHU assure l'hébergement aux cas les plus critiques parmi les cancéreux, entre autres, ceux atteints de cancers du sang, qui sont placés au service d'hématologie. Quelques femmes, atteintes d'un cancer de sein, peuvent, à leur tour, être placées dans le service de la maternité. Je porte à votre connaissance que le nouveau centre spécialisé de Misserghine jouit d'une capacité d'accueil de 100 lits.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.