Habitat: Installation de Tarek Belaribi au poste de DG de l'AADL    Réunion sur la Libye: rejet de l'ingérence étrangère et insistance sur la prohibition des armes    Entrevue du Président de la République accordée aux médias nationaux    Boulmerka dénonce la tenue de compétitions sportives à Laâyoune occupée    AS Monaco: Slimani cherche bien à partir, mais...    L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre à partir de 2022    Aïn Témouchent : le moudjahid Abdelaziz Hatri n'est plus    Ce que propose le PAD    Le RCD dénonce "une injonction d'apprentis dictateurs"    Appel à l'accompagnement des professionnels    PwC Algérie passe au crible les dispositions fiscales    ConsumerLab d'Ericsson Forte croissance de l'utilisation de l'internet en Algérie    Le Hirak face aux ambitions partisanes    Le phénomène Saïd ! Prince Saïd !    L'Algérie a un rôle clair dans la relance de l'accord de paix au Mali    Les révélations du chef de l'Etat    Irak : plus de dix manifestants tués en une semaine    Alger, la diplomatie française et l'effet Merkel    Dans leur confort lointain, ils pensent !    "Je sentais que nous allions avoir l'Algérie"    Dumas : "Satisfait de mon groupe"    Démolition de l'hippodrome Ghellab-Attia    Agenda sportif du week-end    Contrôle sanitaire aux points d'entrée en Algérie    Et si vous faisiez de l'hypertension ?    Tarte aux pommes    Les aliments anticholestérol    Sensibilisation à la formation professionnelle    .sortir ...sortir ...sortir ...    Ahmed El-Mili raconte Milev, berceau de son enfance    La célèbre actrice de télénovelas Regina Duarte veut prendre la tête de la culture    «Traduire l'œuvre de René Guénon en arabe était pour nous un vrai défi»    "Wassiet El Hattab", nouvelle pièce pour enfants    Du rififi à l'Opéra d'Alger    Patrick Juillard : «Par rapport au reste du plateau, l'Algérie est bien lotie dans ce tirage des éliminatoires de la coupe du monde»    USMA : Hamra « Battre le Wydad ne relève pas de l'impossible »    Difficultés financières, enregistrement des médicaments...: Les opérateurs de la pharmacie vident leur sac    Entrevue du Président de la République avec des responsables de médias    Aménagement de la piscine de Medina Jedida Des instructions pour le respect des délais de livraison    Blida: Journée d'information sur la loi de finances 2020    Skikda: Des habitants de Ali Hazila Ramdane barrent la route    Tlemcen: 34 réseaux de trafic de drogue démantelés en une année    LA FAUSSE DEFINITION DE LA RENTE    108 familles relogées à Ouled-Fayet    Issad Rebab classé 6e fortune d'Afrique    Recep Tayyip Erdogan en visite à Alger    Des roquettes tirées près de l'ambassade américaine à Baghdad    Une pétition lancée pour réclamer une salle de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc : 5 juin, journée nationale de protestation contre la répression
Maroc-manifestations
Publié dans Algérie Presse Service le 26 - 05 - 2011

RABAT - Le Conseil marocain d'appui au Mouvement du 20 février (CNAM20) a appelé à faire du 5 juin prochain "une journée nationale de protestation contre la répression" des marches et rassemblements pacifiques de dimanche dernier, dans plusieurs villes du Maroc, a-t-on appris jeudi auprès de cette organisation.
Le CAAM20 né dans le sillage du mouvement "Jeunes du 20 février" qui réclame des changements politiques "profonds" au Maroc, entend également exprimer par cette action, sa solidarité avec les militants du mouvement et revendiquer le respect du droit de manifester pacifiquement, ajoute-t-on de même source.
Le coordinateur du CNAM20, M. Mohamed el-Aouni a indiqué à l'APS que "notre action vise à rappeler aux autorités marocaines leurs engagements internationaux concernant le respect des droits de l'homme et dans ce cas d'espèce le droit à manifester pacifiquement". Le Conseil regroupe des militants de partis politiques, de syndicats, d'organisations des droits de l'homme et de diverses associations.
Les forces de sécurité marocaines avaient violemment dispersé, dimanche dernier, des rassemblements dans plusieurs villes du royaume, trois mois après les premières manifestations, organisées à l'échelle nationale le 20 février dernier.
A Rabat, les forces de police et auxiliaires avaient utilisé des matraques pour empêcher des manifestants composés d'étudiants, d'éléments islamistes du parti Aadl oual ihsan (non agrée mais toléré), de militants des droits de l'homme et de membres du groupe altermondialiste Attac-Maroc de se rassembler au quartier populaire "Al Akkari" pour entamer une marche vers le parlement au centre-ville.
Selon des membres du mouvement, plusieurs personnes avaient été arrêtées à la suite de cette course-poursuite dans les rues de Rabat et d'autres agglomérations notamment à Casablanca et Agadir (sud) et dans les cités du nord telles que Tanger, Chefchaouen, Hoceima, Fès (centre) et Oujda (est).
Commentant l'intervention des forces de sécurité, le ministre de la Communication porte-parole du gouvernement marocain, M. Khalid Naciri a indiqué que "Les pouvoirs publics ont eu affaire à des gens qui utilisent le Mouvement du 20 février pour servir les objectifs liberticides d'Annahj Addimocrati (extrême gauche), de Justice et Bienfaisance (islamiste) et du groupe Salafia Jihadia (salafiste)".
Le ministre a averti que "le Mouvement du 20 février doit faire attention" en estimant qu'il a été "phagocyté par les islamistes et par les mouvements de gauche".
Ces manifestations sont intervenues à moins de trois semaines de la remise par la commission had-hoc, installée par le roi du Maroc Mohammed VI, de ses propositions de révision de la constitution. La commission devrait achever ses travaux le 15 juin prochain avant de remettre ses résultats au roi le lendemain (le 16 juin) qui décidera de la date du référendum pour la révision de la constitution.
Sept fondements ont été délimités à cette commission notamment "la séparation et l'équilibre des pouvoirs", "un parlement issu d'élections au sein duquel la prééminence revient à la Chambre des représentants (chambre basse)", le renforcement du statut du Premier ministre" et "la constitutionnalisation de l'institution du Conseil de Gouvernement".
Les manifestants n'ont cependant pas cessé de revendiquer notamment une "nouvelle constitution émanant du peuple", "une monarchie parlementaire", "un gouvernement responsable devant le parlement", "la mise à l'écart des symboles de la corruption" et "une presse libre".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.