Le Brent près de 72 dollars le baril à Londres    Le procès de Kamel Chikhi et de 12 fonctionnaires renvoyé au 19 juin prochain    Taleb appelle à l'application des articles 7 et 8 de la Constitution    Confusion devant le bureau du président de l'APN    Communauté universitaire et avocats dans la rue à Béjaïa    «Sans aucune ambition politique, notre objectif est de servir notre pays»    Smail Chergui dénonce une guerre par procuration en Libye    Bientôt une assemblée des actionnaires pour dénouer la crise    Une croissance de +9,1% du nombre de passagers aériens en Avril    Real : Vers une prolongation de Nacho    La contrebande de psychotropes bat son plein    Un parti marocain de gauche solidaire    Un jeune palestinien blessé par les forces israélienne    La facture en évolution continue    Tout savoir sur les nouvelles finitions du Volkswagen Caddy    Les Soudanais préparent la désobéissance civile    L'Iran reprend un stock d'uranium faiblement enrichi    Les souscripteurs organisent une marche de protestation à Jijel    Le ministre du Tourisme donne ses instructions    Deux stages et trois amicaux pour les éléphants    Fin de saison pour Demane    "Bien sûr que je veux jouer la Coupe d'Afrique"    Vers le dénouement de la crise    L'ECA persiste et soutient les «principes de la réforme»    Libérer Issad Rebrab et mettre fin à l'insécurité juridique    Le ministère promet un bac sécurisé    Concombre en persillade    800 interventions depuis janvier dernier à Jijel    Les fondements de la psychologie de l'enfant en débat    Saisie de pièces archéologiques romaines    Classée prochainement monument historique national    «De nombreux lobbies infiltrés au sein des institutions du pays»    La mobilisation des étudiants se poursuit : Jusqu'au bout !    USTHB : Iftar collectif au profit des étudiants    «Non à la mascarade électorale du 4 juillet 2019»    Accusé de mauvaise gestion : Le DJS de Bouira limogé    Al Qods occupée : Riyad, Rabat et Ankara se disputent le statut de gardien des Lieux saints    10 demandes d'investissement déposées    Aïn El Hammam : Le bureau de poste rouvert    Les démocrates, furieux contre Trump, débattent d'une destitution    Dans ma tête un rond-point !    Le premier bilan de Haftar    Plus de 4 800 oiseaux d'eau nicheurs recensés à Ghardaïa    Zakat El Fitr fixée cette année à 120 DA    13ème Mardi de mobilisation des étudiants : Pour une rupture radicale avec le système en place    Dafri filme la guerre d'Algérie en s'inspirant de Coppola    Demandeurs de fetwa, utilisez le SMS, courriel ou appelez le numéro vert    Les souffrances du jeune Ahmed...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc : 5 juin, journée nationale de protestation contre la répression
Maroc-manifestations
Publié dans Algérie Presse Service le 26 - 05 - 2011

RABAT - Le Conseil marocain d'appui au Mouvement du 20 février (CNAM20) a appelé à faire du 5 juin prochain "une journée nationale de protestation contre la répression" des marches et rassemblements pacifiques de dimanche dernier, dans plusieurs villes du Maroc, a-t-on appris jeudi auprès de cette organisation.
Le CAAM20 né dans le sillage du mouvement "Jeunes du 20 février" qui réclame des changements politiques "profonds" au Maroc, entend également exprimer par cette action, sa solidarité avec les militants du mouvement et revendiquer le respect du droit de manifester pacifiquement, ajoute-t-on de même source.
Le coordinateur du CNAM20, M. Mohamed el-Aouni a indiqué à l'APS que "notre action vise à rappeler aux autorités marocaines leurs engagements internationaux concernant le respect des droits de l'homme et dans ce cas d'espèce le droit à manifester pacifiquement". Le Conseil regroupe des militants de partis politiques, de syndicats, d'organisations des droits de l'homme et de diverses associations.
Les forces de sécurité marocaines avaient violemment dispersé, dimanche dernier, des rassemblements dans plusieurs villes du royaume, trois mois après les premières manifestations, organisées à l'échelle nationale le 20 février dernier.
A Rabat, les forces de police et auxiliaires avaient utilisé des matraques pour empêcher des manifestants composés d'étudiants, d'éléments islamistes du parti Aadl oual ihsan (non agrée mais toléré), de militants des droits de l'homme et de membres du groupe altermondialiste Attac-Maroc de se rassembler au quartier populaire "Al Akkari" pour entamer une marche vers le parlement au centre-ville.
Selon des membres du mouvement, plusieurs personnes avaient été arrêtées à la suite de cette course-poursuite dans les rues de Rabat et d'autres agglomérations notamment à Casablanca et Agadir (sud) et dans les cités du nord telles que Tanger, Chefchaouen, Hoceima, Fès (centre) et Oujda (est).
Commentant l'intervention des forces de sécurité, le ministre de la Communication porte-parole du gouvernement marocain, M. Khalid Naciri a indiqué que "Les pouvoirs publics ont eu affaire à des gens qui utilisent le Mouvement du 20 février pour servir les objectifs liberticides d'Annahj Addimocrati (extrême gauche), de Justice et Bienfaisance (islamiste) et du groupe Salafia Jihadia (salafiste)".
Le ministre a averti que "le Mouvement du 20 février doit faire attention" en estimant qu'il a été "phagocyté par les islamistes et par les mouvements de gauche".
Ces manifestations sont intervenues à moins de trois semaines de la remise par la commission had-hoc, installée par le roi du Maroc Mohammed VI, de ses propositions de révision de la constitution. La commission devrait achever ses travaux le 15 juin prochain avant de remettre ses résultats au roi le lendemain (le 16 juin) qui décidera de la date du référendum pour la révision de la constitution.
Sept fondements ont été délimités à cette commission notamment "la séparation et l'équilibre des pouvoirs", "un parlement issu d'élections au sein duquel la prééminence revient à la Chambre des représentants (chambre basse)", le renforcement du statut du Premier ministre" et "la constitutionnalisation de l'institution du Conseil de Gouvernement".
Les manifestants n'ont cependant pas cessé de revendiquer notamment une "nouvelle constitution émanant du peuple", "une monarchie parlementaire", "un gouvernement responsable devant le parlement", "la mise à l'écart des symboles de la corruption" et "une presse libre".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.