Chlef : La Journée des Douanes célébrée au nouveau siège    Autoroutes à étages et relance du système de régulation du trafic : Des projets réalisables ou simple effet d'annonce    Microcrédit à Tizi Ouzou : Cri de détresse d'un jeune promoteur    FAF : Une coupe de la Ligue à 20 clubs    MO Béjaïa : Le stage de Chlef annulé    Mouloudia d'Alger : El Mouaden libéré, Ibara en stand-by    Budget des communes à Bouira : La moitié des PCD pour les zones d'ombre    Tizi Ouzou : Drame à Aït Yahia Moussa    Boumerdès : Quatre projets pour le chef-lieu de wilaya    Sidi Naâmane : Une maison historique menace ruine    Milan AC : Pioli commente l'exclusion d'Ibrahimovic    Barça : La famille de Messi dément prendre des cours de Français    Appel à la levée des sanctions économiques contre la Syrie    Pour «incitation à l'insurrection»: L'acte d'accusation de Trump déposé au Sénat    Football - Ligue 1: L'étau se resserre en tête, le CSC dans le rouge    Football - Cadors européens: Que signifie cette baisse de régime ?    Mort d'un Algérien en Belgique: Les curieux dérapages de la presse belge    Le président de la Confédération du patronat citoyen: «La bureaucratie, un vrai danger pour le pays»    L'urgence de la 2ème tranche du projet et son raccordement avec Oran-ouest: La pénétrante portuaire amorce sa dernière ligne droite    LE BOUT DU FIL    Selon une étude menée par Sonelgaz- Covid-19 : le tabagisme, un important facteur de risque    La clé de tous les soucis    Traque des exploitants frauduleux de l'espace public: Des panneaux publicitaires et des kiosques illicites démantelés au centre-ville    "Un travailleur a besoin d'un salaire de 75.000 dinars    Alain Portes décide de poursuivre son aventure avec l'Algérie    243 nouveaux cas positifs et 5 décès en 24 heures    L'Etat attaché à la moralisation de l'action politique    "Une dérobade historiquement indigne"    Revoilà les manifestations du pain au Soudan    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Charfi répond aux «petits» partis    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    Longue attente et grande confusion    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    "Le rapport Stora est loin de la réalité"    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Dans un mur de la chapelle, le message attendait depuis 165 ans    Mesures à l'encontre des coupables    Le monde en bref...    Culture : Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Palestiniens commémorent la "Naksa" sous d'implacables restrictions
Palestine-Naksa-commémoration
Publié dans Algérie Presse Service le 03 - 06 - 2011

ALGER - Les Palestiniens commémoraient vendredi le 44e anniversaire de la "Naksa" de 1967 sous d'implacables restrictions imposées par l'occupant israélien notamment à El Qods-Est, à la Cisjordanie et à Ghaza pour réprimer de grandes manifestations prévues dans les territoires occupés.
Les Palestiniens s'apprêtent à organiser à partir d'aujourd'hui de grandes manifestations à travers les territoires occupés pour commémorer la "Naksa" arabo-palestinienne de 1967 lorsqu'Israël a occupé la Cisjordanie, la bande de Ghaza, la partie est d'El-Qods, ainsi que le plateau syrien du Golan.
Israël a imposé des restrictions militaires à la frontière libanaise ainsi que sur le plateau du Golan, à la frontière de la bande de Ghaza et en Cisjordanie pour réprimer tout mouvement de manifestation dans ces terres occupées.
L'armée d'occupation israélienne a bouclé la partie orientale de la ville d'Al-Qods, et bloqué l'accès à l'esplanade des Mosquées, dans la Vieille ville.
Les autorités d'occupation ont en outre transformé la ville et toute la zone entourant la Mosquée Al-Aqsa en une base militaire, en y déployant des centaines de soldats lourdement armés afin d'empêcher les fidèles d'y accomplir la prière de vendredi.
Avant le début des manifestations palestiniennes prévues dans la journée, Israël a entouré de soldats les esplanade d'El-Aqsa et du Harem El-Qodsi, tandis que d'autres patrouilles appuyées par des chars ont commencé à se déployer à El-Qods, et fermé toutes les voies menant vers la ville sainte.
Selon des journalistes sur place, les soldats israéliens empêchent tout palestinien, dont l'âge ne dépasse pas les 45 ans, d'entrer à El-Aqsa, alors que d'autres sont soumis à des fouilles et vérifications de papiers d'identité.
Cette nouvelle escalade israélienne survient près d'un mois après les répressions sanglantes de gigantesques manifestations organisées le 15 mai dernier lors de la commémoration du 63e anniversaire de la "Nakba".
Les forces d'occupation avaient violemment réprimé les manifestations en tirant à balles réelles sur les Palestiniens, faisant des dizaines de martyrs et plus de 200 de blessés.
Plus de 118 Palestiniens avaient également été arrêtés par les forces d'occupation, durant les deux derniers jours de commémoration. La Nakba signifie la "catastrophe" que fut pour les Palestiniens la création de l'entité sioniste en 1948 sur les trois quarts de la Palestine poussant plus de 760.000 Palestiniens - aujourd'hui quelque 4,8 millions avec leurs descendants- à se réfugier dans des pays voisins.
La situation dans les territoires occupés reste toujours inquiétante du fait des incessantes agressions et violations israéliennes des droits de l'homme commises sous le mutisme d'une communauté internationale, accusée de "politique de deux poids deux mesures".
Outre ces exactions, Israël continue d'approuver de nouveaux plans prévoyant la construction illégale de nouvelles colonies de peuplement juives sur les terres des Palestiniens, jetant dans l'impasse le processus de paix, à l'arrêt depuis fin octobre 2010.
En raison de toutes ces entraves, les Palestiniens sont décidés plus que jamais à recourir en septembre prochain à l'Assemblée général des Nations unies pour demander devant le monde entier leur droit légitime de reconnaître un Etat palestinien indépendant établi aux frontières de 1967 et ayant El-Qods pour capitale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.