2 000 marcheurs pour la liberté à Béjaïa    Les textes désormais contestables    Plus inquiétant que le ballon, celui qui le lance !    Stations de dessalement : la panacée    Nouvelle réforme des retraites en 2019 ?    Un hybride inédit    Les quarts de finale et demi-finales seront disputés en aller-retour    River triomphe de Boca, finale aseptisée à Madrid    Belgrade, passage obligé pour Paris, Naples et Liverpool    Saisie de 36 240 sachets de tabac à chiquer    La femme de la victime, sa fille et un complice sous mandat de dépôt    Un homme arrêté pour détention illégale d'un fusil de chasse et de munitions    Plaidoyer pour la construction d'un récit historique solide    Quand un observateur fait tomber les masques d'imposture    ACTUCULT    MSP Batna: Satisfaction sur tous les plans    Un pacte self-service    Argent de la diaspora: Les Algériens, derniers de la classe    Leurs dossiers acceptés mais ils ne peuvent accéder au site pour le paiement: Sit-in des souscripteurs devant la direction régionale de l'AADL    Tebessa: 2 à 15 ans de prison dans une affaire de terrorisme    Très attendue par les écologistes et les amoureux de la nature: Ouverture prochaine de la maison de l'environnement    Un avis d'adjudication sera lancé prochainement: Vers la concession du nouveau marché de véhicules d'El Hamri à un privé    Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat    Kia Al Djazair introduit le GPL sur 3 de ses modèles    Land Rover Algérie : Plusieurs offres promotionnelles aux ateliers SAV    1ère Foire commerciale intra-africaine Participation de l'Algérie au Caire    Le poids de la crise    Benghabrit hausse le ton et menace…    Un test de dépistage en 10 minutes    La poursuite de l'ouverture chinoise renforcera sa croissance    Les solutions "miracles" de Chakib Khelil    Ouyahia contrarié ?    Le FLN pour une nouvelle sérénité    18ème Salon AutoWest : L'industrie automobile nationale à l'honneur    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    La vie perturbée de la CAN-2019    Ghezzal retrouve la compétition    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    L'alliance présidentielle affiche sa disponibilité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il était une fois la Casbah de Jijel...
Publié dans Algérie Presse Service le 14 - 05 - 2012

En 1859, les habitants de Jijel furent dépossédés de leurs biens et expulsés de leur ville située sur une presque île, en application du décret impérial du 16 juin 1858 et de l'arrêté du ministre de la Guerre daté d'octobre 1859. Les Djidjelliens devinrent alors, à tout jamais, orphelins de leur Casbah ancestrale.
Mettant à mort un patrimoine urbain vieux de plus de 30 siècles, le génie militaire colonial démolit ensuite la citadelle pour "cause d'utilité publique" afin d'y installer un quartier militaire. Cette double opération d'expropriation et de destruction opérée par l'armée coloniale "en toute légalité" est venue parachever la destruction partielle de la vieille ville de Djidjelli par le raz-de-marée du 22 août 1856.
Si l'on se réfère aux documents d'époque, les opérations d'expulsion furent menées avec brutalité. En effet, le décret impérial du 11 juin 1858 ordonne une "expropriation d'urgence pour cause d'utilité publique".
Cette "expropriation d'urgence" commanditée par Napoléon III deviendra une "prise de possession d'urgence des immeubles" édictée par l'arrêté du ministre de la Guerre daté du 14 octobre 1859, qui déclare "d'utilité publique l'établissement d'un quartier militaire dans la presqu'île ou vieille ville de Djidjelli".
L'occupant français a ainsi causé un énorme tort au patrimoine matériel, immatériel et archéologique de la ville. En effet, la citadelle musulmane que l'on voit sur les quelques cartes et gravures d'époque (essentiellement du dix-septième siècle) était elle-même bâtie sur d'anciennes fortifications romaines et byzantines.
"La petite cité qui fit trembler, des siècles durant, les marines chrétiennes", semble avoir ainsi payé pour son passé glorieux. "Elle disparut à jamais avec ses tours de guet, ses maisons, son mur d'enceinte et ses mosquées", écrit un vieil historien autodidacte de Jijel, Salah Bouseloua, dans son "Génie de la mer".
Lorsque les Djidjelliens se souviennent de la cité martyre, ils se remémorent les récits transmis par leurs aïeux ou font une recherche dans les archives de la région qui existent dans le fichier français des Territoires d'Outre-Mer d'Aix en Provence. Privées de leurs biens, les familles djidjelliennes furent contraintes de se replier vers l'arrière-pays et ne bénéficièrent de lots urbains de compensation qu'une décennie plus tard.
Ses habitants essayèrent de faire revivre leur cher "Jijel El-Atik", également appelé "El Caserna", la cité de Sidi Ahmed Amokrane (saint patron de la ville), en construisant de nouvelles maisons de type traditionnel avec cour intérieure et terrasse.
Ils ont également repris les dénominations anciennes en usage dans les vieilles villes d'Algérie, tels que "El-djbel" (quartier situé en hauteur) pour le quartier des Andalous et des Raïs (souvent d'origine étrangère) et El-Merdja (la prairie) pour les quartiers habités par les citadins de souche autochtone plus ancienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.