Sahara occidental: l'Algérie déplore l'incapacité de la Minurso à remplir sa mission    France-Allemagne : Les compositions probables    Football: la sélection du Liberia à pied d'oeuvre à Oran    Le Real prêt à chiper une cible du FC Barcelone ?    BEM à Alger: les épreuves débutent dans de bonnes conditions    La feuille de route du nouveau gouvernement    FLN, MSP et RND sur le podium    Les premiers résultats donnent le MSP en tête, suivi du Front El Moustakbal    Bonnes nouvelles du front pétrolier !    Les Canaris se compliquent la tâche en Ligue 1    Quatorze joueurs boudent la reprise des entraînements    À cause de l'Algérie, le sélectionneur sur la sellette    «L'APN doit veiller à l'indépendance de la justice»    Saisie de 4,1 kg de kif et arrestation de 13 personnes    Un espace public pour la vaccination contre la Covid-19    Mini-donuts    Youcef Lahrèche, un artiste impliqué dans la promotion de l'image touristique du Sud    Comédie, psychodrame et Histoire    Les gérants des salles des fêtes reviennent à la charge    L'Anade sensibilise les jeunes bénéficiaires de terre agricole    "La fin d'une des pires périodes du conflit", selon les Palestiniens    VERNISSAGE DE LA 3e EXPOSITION "INTRAMUROS" À DAR ABDELTIF    Azouz Begag ou la recherche de soi    "Tourisme et Voyages" met l'Algérie en haut de l'affiche    Le 21e Festival culturel européen à partir du 24 juin à Alger    Sit-in des souscripteurs du Q23 devant le siège de l'AADL    Bouira : Le programme PASA à la rescousse de l'oléiculture    Brésil : Tite loue les qualités de l'extraordinaire Neymar    52 personnes mortes noyées depuis le 1er mai    Deux entreprises installées: Relance prochaine du projet de 600 logements sociaux d'Es-Sénia    El Tarf: Des opérations pour améliorer l'alimentation en eau potable    ANIE et probité des élections: Des partis recadrés    Vainqueur avant l'heure ?    SADEG : des milliards de créances impayées    G7 et confrontation d'intérêts    Retrait d'accréditation à France 24: Paris «regrette» la décision d'Alger    À quand une «police de l'eau»?    L'euro et le dollar flambent    Moscou souligne la détérioration des relations    Les annonces de l'ambassadeur russe    101 migrants partis de Libye secourus par la Tunisie    La JSK piégée par l'USB    Le clou des forces étrangères    La faillite de l'islamisme officiel    Des candidats malheureux crient à l'arnaque    Les 11 députés connus    Des femmes latinas qui s'imposent à Hollywood    Décès du poète et traducteur irakien Saâdi Youssef    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il était une fois la Casbah de Jijel...
Publié dans Algérie Presse Service le 14 - 05 - 2012

En 1859, les habitants de Jijel furent dépossédés de leurs biens et expulsés de leur ville située sur une presque île, en application du décret impérial du 16 juin 1858 et de l'arrêté du ministre de la Guerre daté d'octobre 1859. Les Djidjelliens devinrent alors, à tout jamais, orphelins de leur Casbah ancestrale.
Mettant à mort un patrimoine urbain vieux de plus de 30 siècles, le génie militaire colonial démolit ensuite la citadelle pour "cause d'utilité publique" afin d'y installer un quartier militaire. Cette double opération d'expropriation et de destruction opérée par l'armée coloniale "en toute légalité" est venue parachever la destruction partielle de la vieille ville de Djidjelli par le raz-de-marée du 22 août 1856.
Si l'on se réfère aux documents d'époque, les opérations d'expulsion furent menées avec brutalité. En effet, le décret impérial du 11 juin 1858 ordonne une "expropriation d'urgence pour cause d'utilité publique".
Cette "expropriation d'urgence" commanditée par Napoléon III deviendra une "prise de possession d'urgence des immeubles" édictée par l'arrêté du ministre de la Guerre daté du 14 octobre 1859, qui déclare "d'utilité publique l'établissement d'un quartier militaire dans la presqu'île ou vieille ville de Djidjelli".
L'occupant français a ainsi causé un énorme tort au patrimoine matériel, immatériel et archéologique de la ville. En effet, la citadelle musulmane que l'on voit sur les quelques cartes et gravures d'époque (essentiellement du dix-septième siècle) était elle-même bâtie sur d'anciennes fortifications romaines et byzantines.
"La petite cité qui fit trembler, des siècles durant, les marines chrétiennes", semble avoir ainsi payé pour son passé glorieux. "Elle disparut à jamais avec ses tours de guet, ses maisons, son mur d'enceinte et ses mosquées", écrit un vieil historien autodidacte de Jijel, Salah Bouseloua, dans son "Génie de la mer".
Lorsque les Djidjelliens se souviennent de la cité martyre, ils se remémorent les récits transmis par leurs aïeux ou font une recherche dans les archives de la région qui existent dans le fichier français des Territoires d'Outre-Mer d'Aix en Provence. Privées de leurs biens, les familles djidjelliennes furent contraintes de se replier vers l'arrière-pays et ne bénéficièrent de lots urbains de compensation qu'une décennie plus tard.
Ses habitants essayèrent de faire revivre leur cher "Jijel El-Atik", également appelé "El Caserna", la cité de Sidi Ahmed Amokrane (saint patron de la ville), en construisant de nouvelles maisons de type traditionnel avec cour intérieure et terrasse.
Ils ont également repris les dénominations anciennes en usage dans les vieilles villes d'Algérie, tels que "El-djbel" (quartier situé en hauteur) pour le quartier des Andalous et des Raïs (souvent d'origine étrangère) et El-Merdja (la prairie) pour les quartiers habités par les citadins de souche autochtone plus ancienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.