2 000 marcheurs pour la liberté à Béjaïa    Les textes désormais contestables    Plus inquiétant que le ballon, celui qui le lance !    Stations de dessalement : la panacée    Nouvelle réforme des retraites en 2019 ?    Un hybride inédit    Les quarts de finale et demi-finales seront disputés en aller-retour    River triomphe de Boca, finale aseptisée à Madrid    Belgrade, passage obligé pour Paris, Naples et Liverpool    Saisie de 36 240 sachets de tabac à chiquer    La femme de la victime, sa fille et un complice sous mandat de dépôt    Un homme arrêté pour détention illégale d'un fusil de chasse et de munitions    Plaidoyer pour la construction d'un récit historique solide    Quand un observateur fait tomber les masques d'imposture    ACTUCULT    MSP Batna: Satisfaction sur tous les plans    Un pacte self-service    Argent de la diaspora: Les Algériens, derniers de la classe    Leurs dossiers acceptés mais ils ne peuvent accéder au site pour le paiement: Sit-in des souscripteurs devant la direction régionale de l'AADL    Tebessa: 2 à 15 ans de prison dans une affaire de terrorisme    Très attendue par les écologistes et les amoureux de la nature: Ouverture prochaine de la maison de l'environnement    Un avis d'adjudication sera lancé prochainement: Vers la concession du nouveau marché de véhicules d'El Hamri à un privé    Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat    Kia Al Djazair introduit le GPL sur 3 de ses modèles    Land Rover Algérie : Plusieurs offres promotionnelles aux ateliers SAV    1ère Foire commerciale intra-africaine Participation de l'Algérie au Caire    Le poids de la crise    Benghabrit hausse le ton et menace…    Un test de dépistage en 10 minutes    La poursuite de l'ouverture chinoise renforcera sa croissance    Les solutions "miracles" de Chakib Khelil    Ouyahia contrarié ?    Le FLN pour une nouvelle sérénité    18ème Salon AutoWest : L'industrie automobile nationale à l'honneur    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    La vie perturbée de la CAN-2019    Ghezzal retrouve la compétition    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    L'alliance présidentielle affiche sa disponibilité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le théâtre de la mer : une expérience", nouvel ouvrage de Kaddour Naïmi
Publié dans Algérie Presse Service le 13 - 03 - 2013

"Le théâtre de la mer : une expérience" est le titre d'un nouvel ouvrage signé Kaddour Naïmi qui relate la courte existence de sa troupe fondée en août 1968 à Oran.
Ce livre se propose d'apporter des éclairages sur l'histoire et le parcours de la troupe "Théâtre de la Mer" qui a vécu quatre années seulement, a indiqué l'auteur lors d'une séance de présentation animée mercredi au Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC), basé à Oran.
La publication, qui verra prochainement le jour aux éditions du CRASC, est "un témoignage direct" destiné notamment aux historiens et jeunes universitaires en quête de sources documentaires autour du 4ème Art algérien, a expliqué M. Naïmi.
Dans son livre, l'auteur évoque la création de sa troupe, son parcours et ses grandes réalisations collectives concrétisées par les artistes membres dont les deux premiers furent Mustapha Mangouchi et Yousfi Mohamed, rejoints ensuite par d'autres noms de la scène culturelle à l'instar du regretté Ahmed Skif.
La troupe qui s'est étoffée au fil du temps, comprenant jusqu'à 14 membres, a produit plusieurs pièces à succès, à commencer par "Mon corps, ta voix et sa pensée" (sur l'évolution de l'homme selon la théorie darwinienne), suivie de "La valeur de l'accord" (sur la conquête spatiale), de "La fourmi et l'éléphant" (sur la résistance du peuple vietnamien face à l'agression américaine), "Format révolution", "A l'aurore où est l'espoir" (sur le chômage) et "Mohamed prends ta valise" (avec Kateb Yacine sur le thème de l'émigration).
L'auteur aborde également le contexte dans lequel a évolué sa troupe, rappelant qu'à l'époque feu Ould Abderrahmane Kaki était directeur du théâtre d'Oran tandis que feu Alloula, alors acteur, faisait ses premiers pas dans la mise en scène.
L'expérience du "théâtre de la mer" a été assez marquante pour le théâtre algérien, a estimé M. Naïmi, observant à ce propos que sa troupe, bien qu'elle fût officiellement amateur, activait en réalité de manière professionnelle, soit huit heures par jour.
A travers son livre, l'auteur rend hommage à ses compagnons au sein de cette troupe qui, a-t-il affirmé, fut la première à produire le théâtre dit de "la halqa", ajoutant que près de 300 représentations ont été données.
Toutes les pièces du "Théâtre de la Mer" ont été jouées en dehors de la scène officielle, sauf au Théâtre national d'Alger (TNA) pour "Mohamed prends ta valise", mais là aussi les spectateurs étaient sur le plateau, donc en forme de halqa, a-t-il fait valoir.
"La troupe en question se produisait à travers tout le pays, présentant ses créations collectives dans les fermes autogérées, dans les usines, dans les lycées et à l'université, invitant aussi le public au débat qui prenait parfois jusqu'à deux heures, soit plus que la durée même du spectacle", s'est remémoré l'auteur, dramaturge et cinéaste.
Avant de fonder "Le théâtre de la Mer", M. Naimi, a fait des études de mise en scène à l'Ecole Supérieure d'Art Dramatique de Strasbourg (France).
De 1974 à 1979, il consolide sa formation, en obtenant une licence de sociologie à l'Université de Louvain-La-Neuve (Belgique).
M. Naïmi a été récompensé à l'échelle internationale pour ses œuvres théâtrales, littéraires et cinématographiques dédiées notamment à la thématique sociale. Etabli à l'étranger pendant quarante ans, il revient au pays où il réalise en 2012 "Al hanana, ya ouled !" (La tendresse, les enfants !) dans le cadre du festival international du théâtre de Béjaïa.
La présentation de son ouvrage sur la troupe "Théâtre de la Mer" s'est tenue en présence d'Ahmed Amine Dellaï, chercheur au CRASC, qui a fait savoir que cette publication entre dans le cadre des "Cahiers Tourat" dédiés par ce Centre national de recherche au patrimoine culturel algérien.
Il s'agit, a-t-il expliqué, d'une nouvelle série intitulée "Documents pour servir l'histoire du patrimoine algérien", qui se propose d'offrir aux chercheurs des documents de "première main" comme le témoignage de M. Naïmi ou d'autres écrits sur Mahieddine Bachtarzi avec ses lettres et chansons interdites de diffusion à l'époque coloniale.
M. Dellaï qui est spécialisé dans la poésie populaire "Melhoun" a en outre annoncé la prochaine élaboration de dictionnaires spécifiques aux produits littéraires de la langue populaire, avec un lexique de la terminologie soufie de Sidi Lakhdar Benkhelouf, précisant que ce projet est mené dans le cadre des Programmes nationaux de recherche (PNR).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.