Douanes algériennes : plus de 1000 milliards da de taxes et droits perçus en 2019    Algérie-Turquie: œuvrer ensemble à la concrétisation des conclusions de la Conférence de Berlin sur la Libye    Plan de lutte contre le cancer: proposition d'une feuille de route sur la stratégie d'avenir    Une bactérie dans le camembert Tassili    Algérie-Turquie: création d'un Conseil de coopération de haut niveau    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Le dossier de Karim Tabbou transféré en correctionnel    MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur reçu par le président de la République    MOUVEMENT DANS LES CORPS DES WALIS : Le président Tebboune procède à un nouveau changement    ASPHYXIEE AU MONOXYDE DE CARBONE : Une femme décède à Beni Messous    Les entretiens Tebboune-Erdogan élargis aux membres des deux délégations    Une réplique d'une magnitude de 3,3 enregistrée à Jijel (CRAAG)    Accidents de la circulation: 9 morts et 46 blessés en 24 heures    Une agence nationale du numérique pour la fin du semestre en cours    La production en hausse, les pénuries subsistent    Alliés pour tuer le progrès !    Pour une conférence nationale indépendante    Première apparition publique de Lyes Fakhfakh    Les forces gouvernementales se rapprochent d'un objectif-clé    Le bilan du raid contre une base américaine en Irak s'alourdit    Irak : le pouvoir déterminé à mater la révolution    La Banque Casher de la souffrance !    L'USMA manquait d'armurerie !    Le Sept national en route vers le TQO    Les actes qui "tuent" les promesses    Nabil Alloune et Ilyas Lahouazi devant le procureur aujourd'hui    Les hirako-sceptiques et le moral du peuple    Déception des uns, réticences des autres…    Les meilleures plantes pour purifier et désenflammer le côlon    La Fémis accueillera un cinéaste algérien pour son université d'été    "Les Algériens ignorent pour la plupart l'histoire de leur pays"    Des ahmadis convoqués par la justice    Le dégoût de l'Europe    Ligue 2 (16e j): le WA Tlemecen rejoint l'O. Médéa en tête du classement    Le plan de surveillance tarde à être mis en place en Algérie    26e opération de relogement : La première étape a concerné plus de 200 familles    En bref    Transfert : Benzia en négociation avec Dijon    Assemblée Générale Extraordinaire du COA : Les cinq membres «exclus» remplacés    Real : La réponse de Zidane à Le Graët    Les procès de l'année 2019 sans aucun effet    Il fera escale les 18 et 19 février prochain: Le salon itinérant de l'étudiant s'internationalise    Suscitant une polémique franco-française: Macron compare la guerre d'Algérie à la shoah    Zetchi réitére sa confiance envers Belmadi    Un document relatant les ères historiques successives    Interland de Google apprend aux enfants à repérer les fake news    Microsoft propose un mash-up Minecraft Toy Story    Comme l'ombre d'un doute…    Le rendez-vous de toutes les surprises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les droits de l'homme des migrants en débat à l'ONU
Publié dans Algérie Presse Service le 04 - 10 - 2013

Les participants au Dialogue de haut niveau sur la migration et le développement, organisé jeudi par l'Assemblée générale de l'ONU, ont particulièrement insisté sur le renforcement des mesures pour protéger les droits de millions de migrants à travers le monde et reconnaître leurs contributions à leur pays d'origine et celui d'accueil.
Ce dialogue où l'Algérie a été représentée par le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, M. Madjid Bouguerra, cherche à identifier des mesures concrètes pour renforcer la coopération et les avantages de la migration internationale à la fois pour les migrants et pour les pays d'origine et d'accueil, tout en réduisant ses effets négatifs.
A cette occasion, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a présenté un rapport sur les liens entre migration internationale et développement, avec à la clé huit recommandations visant à réussir la migration pour tous : les migrants, les pays d'origine et ceux de destination.
Ce programme d'action ambitieux s'attache à protéger les droits de l'homme de tous les migrants, à réduire les coûts de la migration des travailleurs, à éliminer leur exploitation, y compris la traite, à améliorer le sort des migrants en détresse, à améliorer la perception du public, à intégrer la migration à l'agenda du développement post-2015 qui remplacera les OMD, à renforcer la base de données sur la migration et à améliorer les partenariats de migration et de coopération.
Alors que le nombre de migrants internationaux dans le monde est estimé par l'ONU à 232 millions, la Banque mondiale a indiqué, pour sa part, que les migrants en provenance de pays en développement devraient, à eux seuls, rapatrier dans leur pays d'origine des fonds d'un montant total de 414 milliards de dollars en 2013, soit une hausse de 6,3 % par rapport à l'année précédente. Ce chiffre devrait atteindre 540 milliards d'ici 2016.
Le Dialogue de haut niveau, a noté M. Ban dans son rapport, ''vise à délibérer sur un ordre du jour axé sur l'action pour créer un système de mobilité internationale plus sûr et plus transparent qui protège les droits des migrants, serve les intérêts économiques communs, favorise la cohésion de sociétés multiculturelles, réponde aux inquiétudes du public par rapport à la migration, et tienne compte des points de vue des migrants en tant que membres vitaux de nos collectivités''.
Prenant également part à ce dialogue, le président de l'Assemblée générale de l'ONU, John Ashe, a estimé que la communauté internationale devait redoubler d'efforts pour que les contributions de la migration ne soient pas seulement évidentes pour les Etats, mais aussi pour l'opinion publique internationale.
Par ailleurs, lors d'une conférence de presse, le Rapporteur spécial sur les droits des migrants, François Crépeau, a insisté sur la dimension humaine de la migration, en soulignant que les migrants ne devraient pas être seulement perçus comme des acteurs économiques.
''Les migrants sont des êtres humains avec des droits humains, et non de simples agents d'envois de fonds pour le développement économique'', a-t-il expliqué, précisant que tous les migrants sont protégés par le droit international, au même titre que des citoyens ordinaires et indépendamment de leur situation administrative.
M. Crépeau a exhorté les pays à ratifier tous les traités internationaux relatifs aux droits humains, notamment ceux qui ont trait aux droits des migrants, comme la Convention sur le travail décent pour les travailleurs domestiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.