Larbi Ounoughi installé dans ses nouvelles fonctions de P.-dg    Les professionnels de la presse "concernés par le confinement"    Les prix flambent sur les marchés internationaux    Russes et Saoudiens "très, très proches" d'un accord    Rezig: Radiation des commerçants coupables de contravention du registre de commerce    Le Pr Benbouzid n'exclut pas un confinement total    "Confinement total et masque pour tous"    Les officiers-généraux et les officiers supérieurs font don d'un mois de salaire    Décès de Kheddad: le PCF rend hommage à un "Homme d'honneur et de fidélité"    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Man City : Mendy présente ses condoléances à Guardiola    Benbouzid prône le scanner thoracique pour le dépistage du Covid-19    Coronavirus : 103 nouveaux cas confirmés et 21 nouveaux décès en Algérie    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : Les professionnels de la presse concernés par le confinement    Tribunal de Koléa (Tipasa) : report du procès de Karim Tabou au 27 avril    Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    SUSPENDUE DEPUIS 22 MARS : Reprise de l'activité de contrôle technique des véhicules    Extension du confinement : nouveaux horaires de travail pour les agences de la BNA    Covid-19: Aboul el-Gheit avertit contre une propagation parmi les Palestiniens détenus    Extension du confinement : travail à mi-temps chez les assurances    BIR EL-DJIR (ORAN) : Arrestation de 9 personnes pour incitation à la violation du confinement    L'Athletico Madrid cible Mandi    L'Inter Milan rêve toujours de Messi    Abdelouaheb Fersaoui condamné à une année de prison    Larbi Ounoughi installé dans ses nouvelles fonctions de P-dg de l'ANEP    L'institut Cervantès d'Algérie lance un concours de photographie    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Qui veut saborder le projet de fabrication de respirateurs ?    Le journaliste Sofiane Merakchi condamné à 8 mois de prison ferme    Assouplissement des obligations fiscales    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Un député français saisit le procureur de Paris    3 personnes interpellées    Plusieurs pépites disponibles en un clic !    …CULTURE EN BREF …    Une fresque poétique sur un père et sa fille    Cisjordanie occupée : Les colons profitent du confinement pour annexer des terres palestiniennes    Impact du COVID-19 sur le marché pétrolier en Afrique : Des pertes colossales et des risques latents    Moyen-Orient : L'Iran exhorte l'UE à s'opposer aux sanctions américaines    Centre de regroupement des équipes nationales d'Aghribs : Le projet à l'arrêt depuis une année    CS Constantine : L'entraîneur égyptien Khaled Ghanim convoité    MO Constantine (DNA-Est) : Un parcours exemplaire    Acheminés par des avions de l'ANP: Une première commande d'équipements de protection réceptionnée    LA MUE HUMAINE    La couronne, la bavette et la muselière    Tlemcen: La culture se met au virtuel pendant le confinement    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Faiblesse du nombre des étudiants africains dans les filières scientifiques et techniques (BM)
Publié dans Algérie Presse Service le 27 - 05 - 2014

La Banque mondiale a relevé une forte faiblesse du nombre des étudiants africains dans les filières scientifiques et techniques, en appelant à redresser ce déséquilibre dans les systèmes d'éducation pour contribuer à accélérer la transition économique de l'Afrique.
''Actuellement, les diplômés africains sortent majoritairement des filières littéraires et de sciences humaines alors que la part des étudiants en science, technologie, ingénierie et mathématiques ne représente en moyenne que 25 % des effectifs'', a indiqué le vice-président de la BM pour la région Afrique, Makhtar Diop.
Si le continent africain connaît une croissance économique remarquable de 4,5% par an en moyenne depuis une dizaine d'années, il faut cependant que cette croissance se traduise par une baisse significative de la pauvreté et une amélioration des conditions de vie de tous les Africains.
Avec la découverte continuelle de nouveaux gisements de pétrole, de gaz et de minerais, tout l'enjeu est de parvenir à extraire et commercialiser ces ressources puis d'investir les recettes générées dans des secteurs vitaux pour le développement dont celui essentiellement de l'éducation de qualité, a recommandé ce haut responsable de la BM.
A ce propos, il a préconisé plusieurs mesures qui permettraient d'adapter l'enseignement supérieur aux besoins de l'économie du 21e siècle et d'élargir les perspectives de carrière des jeunes africains. Ces actions, a-t-il précisé, s'articulent essentiellement autour des partenariats que ce soit entre établissements universitaires, en Afrique et ailleurs, entre universités et secteur privé et entre pays africains et nouveaux partenaires d'investissement d'Asie et d'Amérique latine.
Des réformes systémiques sont également indispensables, notamment pour améliorer la qualité de l'éducation à tous les niveaux et rendre l'enseignement supérieur plus conforme aux attentes des employeurs. En outre, a-t-il poursuivi, la diaspora africaine représente un puissant moteur pour la promotion scientifique et technologique sur le continent, en suscitant un regain d'intérêt en faveur des sciences, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques en Afrique.
''Nous devons mobiliser une vaste alliance composée de décideurs, d'institutions financières internationales et d'universitaires en Afrique et à l'étranger. Dans le même temps, les universités africaines doivent passer la vitesse supérieure en matière d'excellence locale'', a-t-il insisté.
Un certain nombre d'universités américaines et européennes ont établi des campus et des programmes à l'étranger, notamment en Asie et au Moyen-Orient, ''mais le nouveau territoire à explorer est l'Afrique'', a encore indiqué M. Diop, en avançant que dans les dix années qui viennent, plus de 11 millions de jeunes Africains entreront chaque année sur le marché du travail.
Les nouveaux partenaires de l'Afrique qui sont le Brésil, la Chine, l'Inde ou la Corée du Sud ''ont un rôle essentiel à jouer dans le développement du capital humain en Afrique, car ils ont su élaborer des cursus d'enseignement supérieur concourant à la modernisation de leurs économies'', a-t-il rappelé.
Pour le vice-président de la BM, ce type de partenariats permettra de mettre en place plus rapidement une approche concertée pour faire progresser la science et la technologie en Afrique et aider les jeunes Africains à satisfaire leurs aspirations, et aidera aussi les entreprises à recruter sur place des jeunes talents compétents pour pouvoir se positionner avec succès sur les marchés internationaux et développer leurs activités.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.