Justice L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi mis sous contrôle judiciaire    ANP : Gaïd Salah en visite de travail et d'inspection à la 3e Région militaire    Hommage à Ahmed Kellil    Dialogue… ?    Conférence nationale de la société civile : Quelques observations sur les propositions du 15 juin 2019    Recul des Bourses en Europe : L'impact des tensions commerciales se matérialise sur les marchés    Pour coopérer dans le secteur du gaz : "La Russie est un partenaire idéal de la Chine"    Dispersion d'un sit-in début juin à Khartoum (Soudan): Résultats de l'enquête des militaires    Pourquoi les "actes de sabotage" contre les pétroliers ne profitent pas à l'Iran?    Le Sétifien Abdelmoumène Djabou signe pour deux saisons    «La situation actuelle du football africain m'inquiète et inquiète la FIFA»    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Le réseau routier en dégradation permanente à Benaga    Les énergies renouvelables en débat    BAC 2019 : Connexion perturbée et silence des autorités    Des noms communs devenus des toponymes composés    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Connexion perturbée et silence des autorités    Le coup d'envoi donné à Rouiba    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    BAC 2019: aucune fuite de sujets au premier jour des épreuves    La campagne présidentiellebat son plein    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Du règne sans partage à la déchéance    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    Qui veut enflammer le Golfe ?    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Faiblesse du nombre des étudiants africains dans les filières scientifiques et techniques (BM)
Publié dans Algérie Presse Service le 27 - 05 - 2014

La Banque mondiale a relevé une forte faiblesse du nombre des étudiants africains dans les filières scientifiques et techniques, en appelant à redresser ce déséquilibre dans les systèmes d'éducation pour contribuer à accélérer la transition économique de l'Afrique.
''Actuellement, les diplômés africains sortent majoritairement des filières littéraires et de sciences humaines alors que la part des étudiants en science, technologie, ingénierie et mathématiques ne représente en moyenne que 25 % des effectifs'', a indiqué le vice-président de la BM pour la région Afrique, Makhtar Diop.
Si le continent africain connaît une croissance économique remarquable de 4,5% par an en moyenne depuis une dizaine d'années, il faut cependant que cette croissance se traduise par une baisse significative de la pauvreté et une amélioration des conditions de vie de tous les Africains.
Avec la découverte continuelle de nouveaux gisements de pétrole, de gaz et de minerais, tout l'enjeu est de parvenir à extraire et commercialiser ces ressources puis d'investir les recettes générées dans des secteurs vitaux pour le développement dont celui essentiellement de l'éducation de qualité, a recommandé ce haut responsable de la BM.
A ce propos, il a préconisé plusieurs mesures qui permettraient d'adapter l'enseignement supérieur aux besoins de l'économie du 21e siècle et d'élargir les perspectives de carrière des jeunes africains. Ces actions, a-t-il précisé, s'articulent essentiellement autour des partenariats que ce soit entre établissements universitaires, en Afrique et ailleurs, entre universités et secteur privé et entre pays africains et nouveaux partenaires d'investissement d'Asie et d'Amérique latine.
Des réformes systémiques sont également indispensables, notamment pour améliorer la qualité de l'éducation à tous les niveaux et rendre l'enseignement supérieur plus conforme aux attentes des employeurs. En outre, a-t-il poursuivi, la diaspora africaine représente un puissant moteur pour la promotion scientifique et technologique sur le continent, en suscitant un regain d'intérêt en faveur des sciences, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques en Afrique.
''Nous devons mobiliser une vaste alliance composée de décideurs, d'institutions financières internationales et d'universitaires en Afrique et à l'étranger. Dans le même temps, les universités africaines doivent passer la vitesse supérieure en matière d'excellence locale'', a-t-il insisté.
Un certain nombre d'universités américaines et européennes ont établi des campus et des programmes à l'étranger, notamment en Asie et au Moyen-Orient, ''mais le nouveau territoire à explorer est l'Afrique'', a encore indiqué M. Diop, en avançant que dans les dix années qui viennent, plus de 11 millions de jeunes Africains entreront chaque année sur le marché du travail.
Les nouveaux partenaires de l'Afrique qui sont le Brésil, la Chine, l'Inde ou la Corée du Sud ''ont un rôle essentiel à jouer dans le développement du capital humain en Afrique, car ils ont su élaborer des cursus d'enseignement supérieur concourant à la modernisation de leurs économies'', a-t-il rappelé.
Pour le vice-président de la BM, ce type de partenariats permettra de mettre en place plus rapidement une approche concertée pour faire progresser la science et la technologie en Afrique et aider les jeunes Africains à satisfaire leurs aspirations, et aidera aussi les entreprises à recruter sur place des jeunes talents compétents pour pouvoir se positionner avec succès sur les marchés internationaux et développer leurs activités.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.