Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Le procès Condor reporté au 9 novembre    Une aubaine pour l'ex-allégeance    Fête de la Révolution: la journée du dimanche prochain chômée et payée    «Il faut absolument préserver les réserves prouvées»    Protection et exploitation rationelle de notre patrimoine naturel, une urgence nationale    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Juventus : Ronaldo toujours incertain pour le match face au Barça    Six cas testés positifs au Covid-19    Rahmoun Yazid en renfort    Le 10 novembre, dernier délai pour le dépôt des demandes de licences    L'inquiétude monte    Une caravane médicale au profit des populations nomades    Tarte au chocolat amer    Actucult    Lutte antiterroriste : Reddition d'un terroriste à Tamanrasset    Risque de covid-19 : Regroupements dangereux des parents devant les écoles    Ghazaouet : Sensibilisation sur le cancer du sein    Coupe de la CAF : Renaissance Berkane remporte le titre    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Festival du film franco-arabe de Noisy-Le-Sec : Une dizaine de films algériens en compétition    La 13e édition du Siol 2020 reportée    Un seul bureau de poste pour 11 cités et quartiers    Le Real de Madrid doit réagir    Droit de réponse    Erdogan appelle au boycott des produits français    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    Boukadoum s'entretient avec le Secrétaire général des Nations unies    BMS Corona    L'hôpital Nedjma d'Oran équipé de 14 lits de réanimation    8 décès et 276 nouveaux cas    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Tamanrasset: l'Alliance citoyenne pour le changement, une initiative pour soutenir le projet d'amendement constitutionnel    Le projet d'amendement de la Constitution préserve les constantes nationales    Les agglomérations africaines brillent par leur absence    Rue Marcel-Bigeard remplacée par rue Maurice-Audin    Le projet de l'amendement constitutionnel premier jalon pour l'édification de la nouvelle Algérie    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    Mascara: Des terres agricoles non exploitées seront récupérées    Bouira: Apprendre à reconnaître les «fake news»    ES Sétif: La stabilité enfin payante ?    MC Saïda: Un effectif chamboulé    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La promotion de la sécurité collective dans l'espace sahélo-saharien, un "défi commun"
Publié dans Algérie Presse Service le 15 - 04 - 2015

La promotion de la sécurité collective dans l'espace sahélo-saharien est un "défi commun" qu'il est "impératif" de relever, en vue de "mieux" combattre le terrorisme, l'extrémisme et la criminalité transnationale sous toutes ses formes, a indiqué mercredi à Alger le commissaire à la paix et à la sécurité de l'Union africaine (UA), Smaïl Chergui.
"La promotion de la sécurité collective dans l'espace sahélo-saharien, conformément aux dispositions pertinentes de l'Architecture africaine de paix et de sécurité, est un défi commun que nous avons l'impératif de relever, en vue de mieux combattre le terrorisme, l'extrémisme violent et la criminalité transnationale sous toutes ses formes", a déclaré M. Chergui à l'ouverture des travaux de la 7ème réunion des chefs de services de renseignements et de sécurité de la région sahélo-saharienne.
"Faut-il encore le répéter, il n'y pas d'alternative à la coopération et à l'effort collectif face à la menace terroriste et criminelle", a-t-il insisté, soulignant que l'UA "continuera d'assumer pleinement le rôle qui est le sien dans cette entreprise".
"Il s'agit d'œuvrer à mettre les populations de la région sahélo-saharienne à l'abri de la peur pour qu'elles puissent concentrer toute leur énergie et leur génie à l'amélioration de leurs conditions d'existence", a-t-il expliqué.
Evoquant la situation dans la région, M. Chergui s'est félicité de l'évolution des pourparlers inclusifs inter-maliens qui ont abouti au paraphe, le 1er mars 2015, par le gouvernement malien et les mouvements de la plate-forme d'Alger, de l'accord pour la paix et la réconciliation au Mali, au terme de la cinquième phase des négociations ouvertes depuis juillet 2014.
Il a ajouté qu'il convenait "maintenant" de poursuivre les efforts en vue d'"amener la Coordination des mouvements de l'Azawad à se joindre à l'accord qui, pour l'UA, est un compromis équilibré prenant en compte les préoccupations dans uns et des autres, dans le cadre des principes définis dans la feuille de route du 24 juillet 2014, et présente également des garanties novatrices quant à sa mise en œuvre".
S'agissant de la situation sécuritaire, qui reste encore une "source de préoccupation" avec la recrudescence des attaques terroristes contre les populations civiles et les forces internationales", tous les efforts "doivent être conjugués pour renforcer la MINUSMA, conformément à la résolution 2164 de 2014 et aux recommandations de la réunion ministérielle de Niamey du 5 novembre 2014".
Sur le front de la lutte contre le groupe terroriste Boko Haram, il a indiqué que des "progrès notables ont été enregistrés, grâce aux efforts conjoints des autres pays de la région (Cameroun, Niger, Tchad, Bénin) en appui à l'action du Nigeria, dans le cadre de la Commission du Bassin du Lac Tchad".
Il a relevé, dans ce cadre, que l'élection présidentielle, tenue le 28 mars 2015, a été une "source de grande fierté pour notre continent tout entier", soulignant que cette élection "a permis au peuple du Nigeria de montrer la maturité de son système démocratique, en mesure de produire une alternance politique à l'issue d'élections libres et transparentes".
M. Chergui a indiqué, par ailleurs, que la situation politique et sécuritaire en Libye restait encore "une source de graves préoccupations" pour les pays de la région, précisant que l'UA, en étroite coopération avec les pays voisins de la Libye et en coordination avec la communauté internationale, en particulier les Nations unies, poursuivait ses efforts en vue d'un règlement pacifique négocié au conflit libyen, "sachant qu'il ne peut y avoir de solution militaire à cette crise", a-t-il précisé.
Au sujet de la situation du Burkina Faso, M. Chergui a indiqué que la transition "poursuivait son cours", soulignant que "malgré certains défis inhérents à un tel processus, nous pouvons compter sur le sens des responsabilités et la retenue des acteurs politiques pour la mener à son terme avec la tenue d'élections présidentielles et législatives en octobre 2015".
Des défis encore à relever...
M. Chergui a indiqué que des défis "restent encore à relever dans le cadre de nos efforts collectifs pour améliorer la situation sécuritaire dans la région sahélo-saharienne".
Il a indiqué que la tenue du premier sommet des pays participants aux processus de Nouakchott, le 18 décembre 2014, a été l'occasion pour les chefs d'Etat et de gouvernement de la région d'"évaluer le chemin parcouru depuis le lancement du processus et de donner de nouvelles orientations quant à la voie à suivre pour le renforcement de la coopération sécuritaire".
M. Chergui a salué, par ailleurs, l'Algérie qui, en accueillant cette réunion, "a réaffirmé, encore une fois, son engagement constant pour la promotion de la paix et de la sécurité sur notre continent, s'agissant en particulier des menaces que sont le terrorisme et la criminalité transnationale organisée", soulignant que l'UA est "reconnaissante envers l'Algérie pour son rôle central dans les efforts de lutte contre ces fléaux".
Cette réunion, qui se tient dans le cadre du processus de Nouakchott, a vu la participation de l'Algérie, des représentants du Niger, du Nigeria, du Tchad, du Sénégal, de Côte d'Ivoire, de Guinée, de Libye, du Mali, du Burkina Faso et de la Mauritanie, ainsi que des organisations régionales et internationales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.