Déconfinement progressif: "la FNTT appelle à des mesures strictes à l'égard des transporteurs privés"    Covid-19: aucun cas enregistré dans les camps des réfugiés sahraouis et les territoires libérés    Réunion OPEP: il ne faut pas se contenter des résultats réalisés à ce jour    Le chef d'AQMI Droukdel tué par l'armée française    ONU : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG    IN AMENAS : La 41ème brigade blindée de l'ANP exécute un exercice avec tirs réels    MOSTAGANEM : Un rendement prévisionnel de 13 quintaux/ha de céréales    EVOLUTION DE LA SITUATION SANITAIRE : L'Algérie a atteint le pic le 29 avril dernier    Dzair TV met les clefs sous le paillasson    Le ministère sahraoui de la Culture dénonce le vandalisme du patrimoine matériel et immatériel dans les territoires occupés    115 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Affaire des enregistrements téléphoniques : La justice se met en branle    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    BLIDA RESPIRE    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    Violente Amérique !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Le crime de Minneapolis    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Ghannouchi fragilisé    Les conseils de classe convoqués ce lundi    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie attachée à la sécurité et la paix au Sahel
Processus de Nouakchott, travaux de la 3ème réunion ministérielle des pays membres
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 02 - 2014

La stratégie de l'Union africaine (UA) en matière de sécurité, de gouvernance et de développement pour la région sahélo-saharienne sera présentée,aujourd'hui à Niamey (Niger), lors des travaux de la 3ème réunion ministérielle des pays membres du processus de Nouakchott, dont l'Algérie.
La stratégie de l'Union africaine (UA) en matière de sécurité, de gouvernance et de développement pour la région sahélo-saharienne sera présentée,aujourd'hui à Niamey (Niger), lors des travaux de la 3ème réunion ministérielle des pays membres du processus de Nouakchott, dont l'Algérie.
Cette stratégie sera présentée par la Mission de l'Union africaine pour le Mali et le Sahel dont l'objectif consiste à articuler l'action africaine dans les domaines de la sécurité, la gouvernance, la décentralisation et le développement accru des pays du SahelLa 3ème réunion ministérielle des pays membres du processus de Nouakchott a pour objectifs le renforcement de la coopération sécuritaire et l'opérationnalisation de l'architecture africaine de paix et de sécurité dans la région du Sahel.
Le processus de Nouakchott, lancé dans la capitale mauritanienne par l'UA le 17 mars dernier, inclut, outre l'Algérie, la Côte d'Ivoire, la Guinée, la Libye, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Nigeria, le Sénégal et le Tchad.
La rencontre permettra aux ministres de faire le point sur les acquis et approfondir le processus de Nouakchott, qui a pour but de renforcer l'échange d'information, la sécurité aux frontières ainsi que le renforcement des capacités des services de sécurité et de renseignement dans la région sahélo-saharienne. L'Algérie, dont la position concernant le Sahel demeure constante, a toujours réaffirmé, lors des foras internationaux, son attachement au processus structurant la sécurité et la paix dans la région du Sahel.
Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a ainsi réitéré, lors des travaux de l'Assemblée générale de l'ONU tenus en septembre dernier, la contribution effective qu'apporte l'Algérie à la conjugaison des efforts pour la sécurité collective dans l'espace sahélo-saharien ainsi que dans le reste de l'Afrique.
De son côté, le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Madjid Bouguerra, a renouvelé, lors de la deuxième réunion ministérielle sur le Sahel abritée par la Commission de l'Union européenne (UE) à Bruxelles sous la présidence malienne qui a eu lieu le 6 février dernier, l'engagement de l'Algérie à poursuivre ses actions multiformes de coopération et de solidarité en faveur de la stabilité, de la sécurisation et du développement de ses voisins sahéliens.
M. Bouguerra a exhorté les partenariats extra-régionaux à œuvrer, dans un esprit constructif et coordonné, aux renforcement des capacités des pays concernés de manière à leur permettre de prendre en charge leurs priorités nationales de développement et de relever les défis à leur sécurité collective. L'Algérie a, par ailleurs, noté lundi dernier avec "satisfaction" la création à Nouakchott du nouveau cadre de coordination et de suivi de la coopération sous-régionale sahélo-saharienne "G5 du Sahel" regroupant la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Tchad et le Burkina Faso.
La création de ce nouveau sous-ensemble dans l'espace sahélien a fait l'objet de consultations entre le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, et son homologue mauritanien, Ahmed Ould Teguedi, a souligné le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Amar Belani. Il a rappelé que le processus de Nouakchott, mené sous la conduite de l'UA, inclut les 5 pays membres de ce nouveau regroupement ainsi que 6 autres Etats membres de l'Union africaine, et qu'il constitue le "vecteur principal" de l'opérationnalisation de l'architecture africaine de paix et de sécurité dans la région sahélo-saharienne.
Cette stratégie sera présentée par la Mission de l'Union africaine pour le Mali et le Sahel dont l'objectif consiste à articuler l'action africaine dans les domaines de la sécurité, la gouvernance, la décentralisation et le développement accru des pays du SahelLa 3ème réunion ministérielle des pays membres du processus de Nouakchott a pour objectifs le renforcement de la coopération sécuritaire et l'opérationnalisation de l'architecture africaine de paix et de sécurité dans la région du Sahel.
Le processus de Nouakchott, lancé dans la capitale mauritanienne par l'UA le 17 mars dernier, inclut, outre l'Algérie, la Côte d'Ivoire, la Guinée, la Libye, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Nigeria, le Sénégal et le Tchad.
La rencontre permettra aux ministres de faire le point sur les acquis et approfondir le processus de Nouakchott, qui a pour but de renforcer l'échange d'information, la sécurité aux frontières ainsi que le renforcement des capacités des services de sécurité et de renseignement dans la région sahélo-saharienne. L'Algérie, dont la position concernant le Sahel demeure constante, a toujours réaffirmé, lors des foras internationaux, son attachement au processus structurant la sécurité et la paix dans la région du Sahel.
Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a ainsi réitéré, lors des travaux de l'Assemblée générale de l'ONU tenus en septembre dernier, la contribution effective qu'apporte l'Algérie à la conjugaison des efforts pour la sécurité collective dans l'espace sahélo-saharien ainsi que dans le reste de l'Afrique.
De son côté, le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Madjid Bouguerra, a renouvelé, lors de la deuxième réunion ministérielle sur le Sahel abritée par la Commission de l'Union européenne (UE) à Bruxelles sous la présidence malienne qui a eu lieu le 6 février dernier, l'engagement de l'Algérie à poursuivre ses actions multiformes de coopération et de solidarité en faveur de la stabilité, de la sécurisation et du développement de ses voisins sahéliens.
M. Bouguerra a exhorté les partenariats extra-régionaux à œuvrer, dans un esprit constructif et coordonné, aux renforcement des capacités des pays concernés de manière à leur permettre de prendre en charge leurs priorités nationales de développement et de relever les défis à leur sécurité collective. L'Algérie a, par ailleurs, noté lundi dernier avec "satisfaction" la création à Nouakchott du nouveau cadre de coordination et de suivi de la coopération sous-régionale sahélo-saharienne "G5 du Sahel" regroupant la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Tchad et le Burkina Faso.
La création de ce nouveau sous-ensemble dans l'espace sahélien a fait l'objet de consultations entre le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, et son homologue mauritanien, Ahmed Ould Teguedi, a souligné le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Amar Belani. Il a rappelé que le processus de Nouakchott, mené sous la conduite de l'UA, inclut les 5 pays membres de ce nouveau regroupement ainsi que 6 autres Etats membres de l'Union africaine, et qu'il constitue le "vecteur principal" de l'opérationnalisation de l'architecture africaine de paix et de sécurité dans la région sahélo-saharienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.