Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Santé: une "grande importance" accordée à l'application des protocoles thérapeutiques en oncologie    JM Oran-2022 : engouement populaire sans précédent, l'autre succès de la 19e édition    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    Les colons attaquent encore Al-Aqsa    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Coup d'envoi de la 13e édition    JM/lutte féminine: Soudani Mestoura en demi-finale    Deux dossiers retenus pour la présidence de la FAF    Crise alimentaire: la FAO appelle à des mesures urgentes    JM: les podiums de la 2e journée    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    CN: le président de la Commission des AE reçoit le président du Groupe d'amitié France-Algérie    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    OL : Aouar ne va pas prolonger son contrat    Face aux séismes    Lorsque la consommation domestique menace l'exportation: Déperdition énergétique et gaspillage    Alger: Incendie dans le parc de l'ETUSA, 16 autobus détruits    Sétif: Trois morts dans un incendie de forêt    Examens du BEM: Un taux de réussite de 55,98%    Football: Algérie-Maroc, aujourd'hui à 17h00: Les Verts pour la confirmation    Exportations hors hydrocarbures: L'objectif de 7 milliards de dollars accessible    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le terroriste Benhalima révèle la structure organisationnelle de " Rachad ", ses sources de financement et ses relations avec le " MAK "    Riga débarque    Le club otage des forces occultes    Des contrats menacés par le blocus pétrolier    Plus de 30 villageois dont des enfants tués    La base constitutionnelle seule au menu    Tosyali décroche le trophée    Echos d'un procès figé    Bâtonnat d'Alger: au boulot    Plus de peur que de mal    La réussite au BEM fêtée avec faste    Le FFS dérange les forces occultes    Comme une lettre à la poste    Peut-on réussir la transition?    Comment l'émigration a lutté contre l'OAS    C'est parti pour la 13e édition    Karima et Yousra enchantent le public    Alerte Algérie : le prisonnier d'opinion Mohamed Azouz Benhalima est en danger    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    22e Festival culturel européen: l'Italie et la France à l'honneur    "M'tember", exposition collective d'artistes inaugurée à Alger    Carnage à Melilla ou l'épouvantail de l'immigration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Loi de règlement budgétaire 2013: les recettes réalisées à 102%, les dépenses à 96%
Publié dans Algérie Presse Service le 25 - 05 - 2016

Le projet de loi portant règlement budgétaire de 2013 indique une réalisation effective des recettes budgétaires de près de 102% et un taux d'exécution réelle des dépenses budgétaires de 96% par rapport aux prévisions de la loi de finances 2013, a indiqué, mercredi, le ministre des Finances, Abderrahmane Benkhalfa.
Les recettes budgétaires effectivement encaissées en 2013 ont été de 3.890,81 milliards de dinars (mds DA), contre 3.820 mds DA prévues dans la Loi de finances 2013 (LF 2013), soit un taux de réalisation de 101,85%, a précisé M. Benkhalfa dans sa présentation de ce projet de loi de règlement budgétaire en séance plénière de l'APN.
La fiscalité ordinaire réalisée en 2013 a été de 2.274,91 mds DA (taux de réalisation de 103,21%), alors que la fiscalité pétrolière budgétisée a été de 1.615,9 mds DA.
Les dépenses budgétaires ont, quant à elles, atteint réellement 6.649,18 mds DA (contre 6.879,8 mds DA dans la LF 2013), soit un taux de réalisation de 96%.
Les dépenses de fonctionnement effectives ont été de 4.156,35 mds DA (contre 4.335,614 mds DA ), soit un taux d'exécution de 95,87%.
Les dépenses d'équipement ont été de 2.356,67 mds DA (contre 2.544,206 mds DA), soit un taux d'exécution de 92,62%, tandis que 136,158 mds DA ont été décaissés au titre des dépenses imprévues.
M. Benkhalfa a relevé que les dépenses d'équipement étaient de 600 mds DA en 2003, soit une hausse de plus de 400% en dix années.
"Cette hausse résulte surtout de l'impact de la dépense fiscale du pays au profit de différents secteurs, qui a permis de renforcer la base des infrastructures de base, de créer des postes d'emploi et d'améliorer l'indice du développement humain", a-t-il commenté.
Quant au déficit budgétaire effectif de 2013, il s'est établi à 2.758,36 mds DA, soit 16,65% du PIB, contre un déficit budgétaire prévisionnel de 3.059,8 mds DA (19% du PIB).
Les comptes spéciaux du Trésor ont dégagé un solde négatif de 974,98 mds DA en 2013.
Pour les indicateurs macroéconomiques effectifs de l'année 2013, M. Benkhalfa a noté que la croissance économique réalisée a été de 2,8% (contre une prévision de 5% dans la LF 2013) alors que la croissance hors hydrocarbures a atteint 7,1% (contre un pronostic de 5,3%).
Le taux d'inflation a été de 3,25% (contre une prévision de 4%), alors que le prix moyen du baril de pétrole a été de 109,08 dollars (contre une prévision de 90 dollars).
Les exportations des hydrocarbures ont été de 63,48 mds de dollars (contre une prévision de 61,28 mds usd).
A la fin 2013, les réserves de change étaient à 194 mds de dollars, la dette publique extérieure à 29 mds DA et le Fonds de régulation des recettes (FRR) avait un solde de 6.586 mds DA, a encore indiqué le ministre.
Lors des débats, des députés, ainsi que la commission des finances et du budget de l'APN, ont surtout critiqué le fait que le gouvernement présente une loi de règlement budgétaire portant sur un exercice qui date de trois ans, alors que la conjoncture financière du pays, ont-ils observé, a considérablement changé entre 2013 et 2016 du fait de la baisse des prix du pétrole.
"L'objectif d'une loi de règlement budgétaire est d'en tirer les enseignements pour la préparation du budget de l'année suivante. Va-t-on se baser sur les réalisations de 2013 pour préparer le budget de 2017?", s'est demandé un député.
Un autre député a même usé de l'humour pour s'interroger: "Sommes-nous en train de discuter d'une loi de règlement budgétaire ou d'une partie de l'Histoire?".
Dans ce sens, des députés ont préconisé que le gouvernement mette en place une nouvelle loi organique des lois de Finances pour passer à l'examen de l'exécution du budget de l'année N-1, et ont également demandé que l'APN ait des prérogatives réelles de contrôle sur l'exécution des budgets écoulés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.