Incendie à la zone industrielle de Skikda: Un des trois blessés succombe    Plastique, composants et emballages inscrits dans la durée    Nouvelle recomposition du pouvoir mondial: Impacts des tensions géostratégiques et poids des BRICS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    Des Verts sans clubs: Une autre difficulté pour Belmadi    Rentrée 2022-2023: La liste des fournitures scolaires connue    Sécurité routière: Hécatombe sur les routes algériennes    Guelma: 31 blessés dans deux accidents de bus    Tlemcen: Un saut dans l'histoire    L'issue des négociations semble proche    Le Kenya se réveille avec des interrogations    L'incontournable accompagnement de l'Etat    Triplé pour le judo    Aouar et Adli disent «oui»    Deux joueurs suspendus pour dopage    Une aubaine pour Sonatrach    «Aucun pays n'est à l'abri de la menace terroriste»    Deux frères écrasés par un train    «j'irai me promener aux sablettes»    Situation maîtrisée    Le diktat des chauffeurs de bus privés    Le Maroc veut-il la guerre?    FFS et RCD se préparent    Ecarts d'un charlatan inféodé    Hommage au comédien Sirat Boumediene    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    15 pays y prennent part    Six morts et quinze blessés dans un accident de la route    Enième attaque contre la mosquée Al Aqsa    24 Palestiniens arrêtés par l'entité sioniste    Inondations au Soudan: L'Algérie présente ses condoléances    Conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Le ministère la culture la célèbre en août    L'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Sonatrach: installation d'une commission d'enquête suite à l'incendie dans la zone industrielle de Skikda    Feux de forêts: le directeur général de la Protection civile s'enquiert de la situation à Tipaza    Saïd Chanegriha prend part par visioconférence à la 10e Conférence internationale sur la sécurité    Jeux de la Solidarité Islamique / Natation (200m papillon) : Syoud décroche l'argent    Jeux de la Solidarité Islamique / Football (match pour le bronze) : défaite de l'Algérie face à l'Azerbaïdjan    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    Le vieux de mon village    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



IMETAL reprend la totalité du capital de trois entreprises détenu partiellement par ArcelorMittal
Publié dans Algérie Presse Service le 07 - 08 - 2016

Le groupe public algérien IMETAL et le groupe sidérurgique international ArcelorMittal ont signé dimanche à Alger l'accord final portant sur le transfert total à IMETAL des parts sociales des sociétés ArcelorMittal Algérie (AMA), ArcelorMittal Pipes and Tubes Algeria (AMPTA) et ArcelorMittal Tébessa (AMT).
L'accord a été signé par le P-dg du groupe Industries métallurgiques et sidérurgiques (IMETAL), Ahmed Yazid Touati, et un représentant d'ArcelorMittal, Ramesh Kothari.
Ainsi, IMETAL détient désormais la totalité du capital de chacune de ces trois entreprises, détenu auparavant par ArcelorMittal à hauteur de 49% pour AMA et AMT, et de 70% pour AMPTA.
Dans le sillage de ce changement dans la structure du capital, les trois sociétés concernées changent également de dénomination.
C'est ainsi qu'AMA est rebaptisée SIDER El Hadjar, tandis qu'AMPTA devient SIDER TSS, et AMT est dénommée les Mines de fer de l'Est (MFE SPA).
"Ces entreprises sont aujourd'hui totalement nationales", a déclaré le ministre de l'Industrie et des mines, Abdesselam Bouchouareb, à l'issue de la signature, en faisant savoir que cette opération n'a pas donné lieu à une transaction financière.
L'accord signé permet à IMETAL d'avoir "le contrôle total des trois sociétés", ce qui facilitera la prise de décisions et la mobilisation des moyens pour assurer le succès de l'opération de revamping des installations industrielles et leur redémarrage dans de bonnes conditions, a déclaré pour sa part M. Touati.
Il permettra également "de stabiliser le climat social au niveau des trois sociétés en y préservant l'emploi", a-t-il soutenu.
"Nous sommes satisfaits de la finalisation de cet accord avec le groupe public IMETAL avec qui nous entretenons d'excellents rapports de collaboration. Cet accord permet aux trois entreprises (détenues désormais par IMETAL) d'envisager de nouvelles perspectives dans le développement de leurs activités", a déclaré à son tour M. Ramesh.
Autosuffisance en acier dès 2020
Commentant cette opération, M. Bouchouareb a considéré que cet accord était "très important" pour le gouvernement qui place le développement de la sidérurgie et de la métallurgie au centre de son programme économique.
Avec "l'autonomie totale" dont jouit dorénavant le complexe d'El-Hadjar, ce dernier pourra mieux réaliser son plan de développement qui prévoit de doubler sa capacité actuelle de production pour la porter d'un (1) million de tonnes (mt)/an actuellement à 2,2 mt/an à l'horizon 2019, selon lui.
L'Algérie compte augmenter progressivement sa production d'acier pour atteindre les 12 à 13 mt/an à l'horizon 2020.
Quelque 4 mt/an seront ainsi assurés par le complexe de Bellara (Jijel) en partenariat avec les Qataris, ainsi que 3,5 mt/an par celui de Tochiali (Oran) avec un partenariat turc, et 2,2 mt/an par El Hadjar, et près de 1,5 mt/an par le groupe privé algérien ETRHB, en plus de la production de trois autres investisseurs privés locaux.
La facture annuelle d'importation des produits sidérurgiques et métallurgiques par l'Algérie est de 7 à 8 milliards de dollars, tandis que la consommation en acier devrait doubler en 2025 par rapport à 2015.
"Il faut que les travailleurs d'El-Hadjar prennent leur part de responsabilité car beaucoup d'acteurs interviennent aujourd'hui sur le marché et ce complexe ne détient plus le monopole comme dans le passé", a signalé M. Bouchouareb dans une déclaration à la presse.
A une question d'un journaliste sur une éventuelle compression des effectifs de ce complexe, il a répondu: "Au moment où nous sommes en train de mettre en place les conditions nécessaires pour tripler la production de l'usine, je ne pense pas qu'on puisse procéder à une compression".
Interrogé aussi sur les délais de reprise de l'activité au niveau du complexe d'El-Hadjar (Annaba) en cours de rénovation, M. Bouchouareb a avancé qu'elle devrait avoir lieu dans près de dix semaines au plus tard.
Selon le ministre, ce complexe a subi "beaucoup de dommages et de dégâts cachés" qui ont été découverts lors des travaux de rénovation, ce qui a retardé son retour à la production.
Il a aussi tenu à souligner que le plan de développement d'El-Hadjar n'était pas financé sur le budget de l'Etat mais par des crédits bancaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.