Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Le sort du RAJ connu ce mercredi    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    La recette du Président    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Belmadi en mode mondial    Mbappé - Neymar, soirée de mésententes    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



21e Sila: La création littéraire à l'honneur
Publié dans Algérie Presse Service le 24 - 10 - 2016

Les organisateurs du 21e Salon international du livre d'Alger (Sila), prévu du 27 octobre au 5 novembre, ont choisi de marquer ce rendez-vous très attendu par les lecteurs en mettant en avant la littérature.
Alors que la commémoration des grandes dates historiques algériennes était en fil rouge du programme des précédentes éditions, les conférences de ce 21e Sila sont en grande partie consacrées aux écrivains, des plus jeunes aux plus confirmés chez les Algériens, en passant par les auteurs étrangers invités.
Peu suivies par le public, controversées par les professionnels, les conférences thématiques du Sila font cette année le pari d'attirer les visiteurs à travers des "estrades" présentant le parcours et l'oeuvre de romanciers très appréciés des lecteurs comme Waciny Laâredj, Amin Zaoui et Lahbib Sayeh.
Il sera par ailleurs question des romanciers algériens trentenaires lors de la rencontre "Littérature algérienne, 3e génération", programmée le 29 octobre.
Ces jeunes auteurs, comme Abdelwahab Aïssaoui et Amine Aït Hadi (tous deux Prix Assia-Djebar en 2015) se distinguent par les thématiques nouvelles de leurs créations littéraires, un autre atout que les organisateurs ont choisi de mettre en avant.
La littérature universelle se réserve, elle aussi, une place de choix dans le programme: conférences d'auteurs primés (le Palestinien Roubeï el Madhoun, Arab Boker Prize 2015), de membres d'institutions littéraires (Jean-Cristophe Rufin de l'Académie Française) et célébration du 4e centenaire de la mort de Cervantès et Shakespeare.
Autre rendez-vous, la rencontre euromaghrébine des écrivains, organisée pour la deuxième année consécutive durant le Salon. Elle abordera pour sa 8e édition le thème du "premier roman" qui sera débattu entre des auteurs algériens et leurs homologues du vieux continent.
Beaucoup de romans mais pas de prix littéraire
Du côté des éditeurs algériens, principaux acteurs du Sila, la production romanesque semble avoir été privilégiée, avec pas moins de quatre-vingt romans (en langues arabe, française et tamazight) à paraître durant le Sila ou publiés courant 2016.
Roman existentiel nourri du conflit des générations, récit d'anticipation politique ou oeuvre interrogeant des lieux et des identités spécifiquement algériens, les romanciers, particulièrement les plus jeunes, proposent cette année un grande variété de thèmes et de formes.
Parmi les plus attendus du Salon, les auteurs comme Samir Toumi ("L'Effacement", Barzakh), Sarah Haïder ("La morsure du coquelicot", Apic), et Aïda Khaldoun ("Raihat el Hobb", Mim), qui proposent, chacun dans son style, de nouvelles oeuvres devant confirmer, pronostiquent les lecteurs avertis, leur statut d'écrivains prometteurs.
A ces publications s'ajoutent celles d'auteurs consacrés comme Waciny Laâradj ("Nissa' Casanova" Enag), Ahmed Taïbaoui ("El Maquam el âali", Enag) et Smail Yabrir ("Moula el Hayra", Hibr) qui devront être présentées au public lors des habituelles séances de vente-dédicace.
Cette richesse de la production littéraire algérienne ne sera pourant pas récompensée lors de ce 21e Sila qui n'a prévu aucune remise de Prix.
Décerné pour la première fois en 2015, le Prix Assia-Djebar du roman a été reporté à décembre alors que le Prix Mohamed-Dib- qui n'avait pas été remis depuis quelques années, a, lui, été décerné, à Tlemcen une semaine, avant le début du Sila.
Cette absence de Prix consacrant la créativité algérienne durant ce grand rendez-vous annuel du livre, constraste avec une actualité éditoriale algérienne plus riche en termes de littérature, relèvent les observateurs.
50 pays représentés par 671 éditeurs participent au 21 Sila qui a choisi l'Egypte comme invité d'honneur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.