Réveil de la classe politique    En attente du feu vert des autorités pour la reprise    Mellal lâché par ses proches collaborateurs    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Arrestation de la directrice d'une résidence universitaire    3,5 sur l'échelle ouverte de Richter    Guardiola : «Mahrez mérite d'avoir plus de temps de jeu, mais...»    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Début de sprint pour l'OM    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    Baisse drastique des visas pour les Algériens    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hariri à Beyrouth avant des consultations pour un véritable partenariat avec toutes les forces politiques
Publié dans Algérie Presse Service le 22 - 11 - 2017

Le Premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri, de retour à Beyrouth suite à une absence de trois semaines, a annoncé mercredi que sa démission était en suspens à la demande du président Michel Aoun, en attendant la tenue de davantage de consultations pour "un véritable partenariat avec toutes les forces politiques".
M. Hariri, qui est apparu dans la matinée aux côtés du président Michel Aoun lors de la parade militaire de la fête de l'indépendance du Liban, alors que beaucoup dans le pays doutaient de son retour après sa démission le 4 novembre, à partir de la capitale saoudienne.
Saad Hariri avait quitté mardi la France pour se rendre au Caire puis à Chypre avant de revenir dans la soirée à Beyrouth où des groupes de supporters sont descendus dans la rue en lançant des acclamations et en arborant des drapeaux aux couleurs de son mouvement, selon les images de télévisions.
M. Hariri, qui devait clarifier sa position sur sa démission, intervenue dans un contexte de tensions régionales, a indiqué avoir discuté avec le président de la République qui lui "a enjoint d'attendre avant de la présenter (La démission) pour permettre davantage de consultations" Une requête qu'il a accepté.
D'après Hariri, les discussions devront porter sur "les motivations et le contexte politique" de cette démission qui avait pris le Liban et la communauté internationale par surprise lorsque M. Hariri l'a annoncée le 4 novembre depuis Ryadh, capitale de l'Arabie saoudite.
"Personne ne peut vouloir, ou accepter, que l'on nuise au Liban", a-t-il affirmé en conférence de presse après avoir rencontré le président libanais Michel Aoun, soulignant la "spécificité" du pays, aux équilibres confessionnels fragiles.
De son côté, M. Aoun a estimé que le Liban "ne doit pas payer de sa stabilité sécuritaire et politique le prix des conflits" qui déchirent la région.
Dans son discours traditionnel la veille de la fête de l'Indépendance, le président Aoun a appelé les Libanais à "l'unité" et à s'éloigner de la dissension. Celle-ci "provoquerait une destruction totale qui n'épargnerait personne", a-t-il prévenu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.