Oran : L'association des opérateurs économiques tire la sonnette d'alarme    Milan AC : Bennacer de retour à l'entrainement    Premier League : Défaite surprise de Man United face à la Lanterne rouge    Aouar dans le viseur de la Juventus pour cet été    CHU de Sidi Bel Abbès : Le laboratoire de tests PCR enfin opérationnel    Gestion participative des affaires de la wilaya de Souk Ahras : Les représentants des citoyens en conclave    Commune de Staouéli : Structures de santé insuffisantes    Ancien chargé de mission à la présidence: Laagab répond à ses détracteurs    Point de rupture ?    Conseil de la FIFA: Les dessous de l'affaire Zetchi    Les «zones d'ombre» sont-elles dans nos têtes ?    Pour booster la filière des agrumes à Misserghine: Vers l'exploitation des sources d'eau dans l'irrigation    Avant-projet de loi organique relative aux élections: Les assurances de la commission Laraba    Le génie du virus    Le confinement n'en n'est pas la seule cause: Cybercriminalité et violence contre les femmes et les enfants en hausse    Ils réclament le droit au logement et aux projets de développement: Les habitants de Tafraoui protestent    Ferdjioua: Le libraire Ferhat Kaoula n'est plus    Le RND propose des amendements substantiels    L'opposition partagée    Fin du débrayage, reprise du travail le 31 janvier    Le FMI prévoit un baril à 50 dollars en 2021    6 décès et 262 nouveaux cas en 24 heures    Le professeur Laraba présente sa copie    Tinhinane Laceb retrouvée morte    Cafouillage paralysant    La coupe de la Ligue remplace la coupe d'Algérie    Première défaite du MCA et du MCO    Belmadi inspecte le stade Mustapha-Tchaker de Blida    L'acte d'accusation de Trump déposé au Sénat    L'engagement de Rolls-Royce    Les ambitions ailées de General Motors    Rappel et excuses de Mercedes    La justice turque émet 90 mandats d'arrêt    Confrontations entre agriculteurs et policiers    Le RND émet quelques réserves    24 heures antigonflette : chaque boisson a ses qualités    Le ministre des Moudjahidine hospitalisé en Espagne    La directrice des médias limogée    À TRAVERS    Axxam nnegh diffusée sur la chaîne YouTube du TNA    Hafila Tassir doublement primée    Le projet présenté demain à Agouni Gueghrane    Décès du moudjahid Mohamed Guentari    Lecteur d'Apulée de Madaure    Mouloudia d'Alger : El Mouaden libéré, Ibara en stand-by    Appel à la levée des sanctions économiques contre la Syrie    Mort d'un Algérien en Belgique: Les curieux dérapages de la presse belge    "Les Douanes doivent contribuer à la lutte contre la corruption"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc vise à faire sortir la cause sahraouie de son cadre de question de décolonisation
Publié dans Algérie Presse Service le 16 - 05 - 2018

L'ambassadeur de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) en Algérie, Abdelkader Taleb Omar a affirmé, mardi à Alger, que la politique marocaine de menaces et de chantage fondée sur l'accusation et le mensonge n'est qu'une manoeuvre pour faire sortir la cause sahraouie de son cadre juste de question de décolonisation.
"Le régime marocain a adopté récemment une politique de menaces et de chantage fondée sur l'accusation et le mensonge, et ce après qu'il ait été acculé aussi bien au vu de sa situation interne que de son isolement au plan externe", a déclaré l'ambassadeur sahraoui dans un entretien accordé à l'APS.
Taleb Omar a appelé, dans ce sens, les Nations-Unies (ONU) à assumer leur entière responsabilité et à accélérer la résolution du conflit en empêchant le Maroc de poursuivre sa politique d'entraves et de création de tensions dans la région.
"Depuis le cessez-le-feu (année 1991) et tout au long de ces 27 années, le régime marocain a montré ses véritables intentions, particulièrement depuis l'avant-dernière année en s'attaquant à l'Envoyé personnel de l'ONU, Christopher Ross puis à l'ex Secrétaire général onusien, Ban Ki-moon avant
l'expulsion de la composante politique et onusienne de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental, en raison de son échec à les faire basculer dans le sens de sa volonté, à savoir la légalisation de son occupation du Sahara Occidental", a précisé Taleb Omar.
"Par cette politique, l'occupant marocain a voulu imposer son diktat à l'ONU et à l'Union africaine (UA) et les amener ainsi à changer leur position et à abdiquer devant lui, sauf qu'il a été confronté à une réalité internationale, africaine et européenne qui a contrecarrer ses plans et resserré l'étau autour de lui, grâce aux décisions appelant à la nécessité de résoudre le conflit au Sahara Occidental conformément aux résolutions de l'ONU et à l'organisation d'un référendum d'autodétermination du peuple sahraoui", a-t-il encore souligné.
"Face à cette situation, l'occupant marocain a eu recours à la fomentation d'accusations mensongères comme prétexte pour se dérober à ses engagements et éviter les négociations", a expliqué le diplomate sahraoui, estimant qu'il s'agit "d'une nouvelle tentative de ternir l'image du Front Polisario et de l'affabuler encore une fois, et à travers lui le peuple sahraoui en entier, de nouvelles fausses accusations s'inscrivant en droite ligne de sa stratégie les qualifiant à une ancienne époque de +séparatistes+, de +communistes à la solde de l'Union soviétique+ et même de +terroristes+ semant le trouble".
Soulignant que "ce sont là des allégations auxquelles le Maroc est habitué depuis son occupation du Sahara Occidental", M. Taleb Omar q relevé que "cette fois-ci, il (le Maroc) est aller jusqu'à impliquer des parties étrangères, à commencer par l'Iran, le Hezbollah, puis l'Algérie, qui ont tous apporté un démenti formel à ces propos irresponsables et infondés.
Evoquant la responsabilité de l'ONU et de l'UA dans le règlement du conflit au Sahara occidental et "l'absence de progrès de leur part pour permettre au peuple sahraoui d'exercer son droit à l'autodétermination", le diplomate sahraoui a indiqué que la partie sahraouie est en contact permanent avec l'émissaire onusien et que le Front Polisario souhaite voir M. K?hler honorer ses engagements et effectuer, dans les plus brefs délais, une visite dans la région pour s'enquérir de la situation des Sahraouis dans les territoires occupés et libérés ainsi que dans les camps de réfugiés.
Pour l'ambassadeur sahraoui, l'impasse que connait la question sahraoui est le fait du Maroc mais aussi de la France qui, a-t-il dit, porte une "grande responsabilité" de par le blocage, à chaque fois, du processus de paix, affirmant que "sans la protection de la France, le Maroc n'aurait pu pérenniser ce conflit autant".
Déplorant, dans ce sens, que la France a empêché la mise en oeuvre du plan Baker et qu'elle s'est opposée à l'élargissement du mandat de la Minurso à la surveillance des droits de l'Homme et à la décision de la Cour de justice européenne (CJUE) concluant clairement que le Maroc et le Sahara occidental sont deux territoires distincts et séparés, M. Taleb Omar a affirmé que "Paris s'emploie aujourd'hui à influencer la Commission européenne pour contourner la décision de la CJUE et renouveler l'accord de pêche illicite entre le Maroc et l'Union européenne".
Pour le diplomate sahraoui "la France empêche, de par sa philosophie coloniale, tout avancement dans la question sahraouie pour maintenir sa domination sur la région", appelant le gouvernement français à reconsidérer sa position et à se rallier au droit international et à l'unanimité de la communauté internationale et du Conseil de sécurité sur cette cause juste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.