Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    [Vidéos] Les manifestants exigent la libération des détenus d'opinion    Alger : Manif matinale face à une marée bleue    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Les compositions probables    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Des noms et des questions    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc vise à faire sortir la cause sahraouie de son cadre de question de décolonisation
Publié dans Algérie Presse Service le 16 - 05 - 2018

L'ambassadeur de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) en Algérie, Abdelkader Taleb Omar a affirmé, mardi à Alger, que la politique marocaine de menaces et de chantage fondée sur l'accusation et le mensonge n'est qu'une manoeuvre pour faire sortir la cause sahraouie de son cadre juste de question de décolonisation.
"Le régime marocain a adopté récemment une politique de menaces et de chantage fondée sur l'accusation et le mensonge, et ce après qu'il ait été acculé aussi bien au vu de sa situation interne que de son isolement au plan externe", a déclaré l'ambassadeur sahraoui dans un entretien accordé à l'APS.
Taleb Omar a appelé, dans ce sens, les Nations-Unies (ONU) à assumer leur entière responsabilité et à accélérer la résolution du conflit en empêchant le Maroc de poursuivre sa politique d'entraves et de création de tensions dans la région.
"Depuis le cessez-le-feu (année 1991) et tout au long de ces 27 années, le régime marocain a montré ses véritables intentions, particulièrement depuis l'avant-dernière année en s'attaquant à l'Envoyé personnel de l'ONU, Christopher Ross puis à l'ex Secrétaire général onusien, Ban Ki-moon avant
l'expulsion de la composante politique et onusienne de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental, en raison de son échec à les faire basculer dans le sens de sa volonté, à savoir la légalisation de son occupation du Sahara Occidental", a précisé Taleb Omar.
"Par cette politique, l'occupant marocain a voulu imposer son diktat à l'ONU et à l'Union africaine (UA) et les amener ainsi à changer leur position et à abdiquer devant lui, sauf qu'il a été confronté à une réalité internationale, africaine et européenne qui a contrecarrer ses plans et resserré l'étau autour de lui, grâce aux décisions appelant à la nécessité de résoudre le conflit au Sahara Occidental conformément aux résolutions de l'ONU et à l'organisation d'un référendum d'autodétermination du peuple sahraoui", a-t-il encore souligné.
"Face à cette situation, l'occupant marocain a eu recours à la fomentation d'accusations mensongères comme prétexte pour se dérober à ses engagements et éviter les négociations", a expliqué le diplomate sahraoui, estimant qu'il s'agit "d'une nouvelle tentative de ternir l'image du Front Polisario et de l'affabuler encore une fois, et à travers lui le peuple sahraoui en entier, de nouvelles fausses accusations s'inscrivant en droite ligne de sa stratégie les qualifiant à une ancienne époque de +séparatistes+, de +communistes à la solde de l'Union soviétique+ et même de +terroristes+ semant le trouble".
Soulignant que "ce sont là des allégations auxquelles le Maroc est habitué depuis son occupation du Sahara Occidental", M. Taleb Omar q relevé que "cette fois-ci, il (le Maroc) est aller jusqu'à impliquer des parties étrangères, à commencer par l'Iran, le Hezbollah, puis l'Algérie, qui ont tous apporté un démenti formel à ces propos irresponsables et infondés.
Evoquant la responsabilité de l'ONU et de l'UA dans le règlement du conflit au Sahara occidental et "l'absence de progrès de leur part pour permettre au peuple sahraoui d'exercer son droit à l'autodétermination", le diplomate sahraoui a indiqué que la partie sahraouie est en contact permanent avec l'émissaire onusien et que le Front Polisario souhaite voir M. K?hler honorer ses engagements et effectuer, dans les plus brefs délais, une visite dans la région pour s'enquérir de la situation des Sahraouis dans les territoires occupés et libérés ainsi que dans les camps de réfugiés.
Pour l'ambassadeur sahraoui, l'impasse que connait la question sahraoui est le fait du Maroc mais aussi de la France qui, a-t-il dit, porte une "grande responsabilité" de par le blocage, à chaque fois, du processus de paix, affirmant que "sans la protection de la France, le Maroc n'aurait pu pérenniser ce conflit autant".
Déplorant, dans ce sens, que la France a empêché la mise en oeuvre du plan Baker et qu'elle s'est opposée à l'élargissement du mandat de la Minurso à la surveillance des droits de l'Homme et à la décision de la Cour de justice européenne (CJUE) concluant clairement que le Maroc et le Sahara occidental sont deux territoires distincts et séparés, M. Taleb Omar a affirmé que "Paris s'emploie aujourd'hui à influencer la Commission européenne pour contourner la décision de la CJUE et renouveler l'accord de pêche illicite entre le Maroc et l'Union européenne".
Pour le diplomate sahraoui "la France empêche, de par sa philosophie coloniale, tout avancement dans la question sahraouie pour maintenir sa domination sur la région", appelant le gouvernement français à reconsidérer sa position et à se rallier au droit international et à l'unanimité de la communauté internationale et du Conseil de sécurité sur cette cause juste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.