Djerad présente la démission de son gouvernement au Président Tebboune    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    L'Afrique du Sud réaffirme son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Djerad présente ce jeudi la démission de son gouvernement    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    L'usage de la langue anglaise renforcé    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    La mauvaise note !    Comment vaincre les réticences    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'urgence de faciliter l'acte d'investir    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    Boukadoum prend part aux travaux de la conférence de "Berlin 2" sur la Libye    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Brèves Omnisports    Les affiches des deux événements dévoilées    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Tous les chemins mènent à Oran    Les recherches se poursuivent toujours    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Vers une agence d'accréditation et d'assurance-qualité ?    Arrestation de 8 éléments    Désormais valables pour l'Algérie    Redistribution des cartes    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc vise à faire sortir la cause sahraouie de son cadre de question de décolonisation
Publié dans Algérie Presse Service le 16 - 05 - 2018

L'ambassadeur de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) en Algérie, Abdelkader Taleb Omar a affirmé, mardi à Alger, que la politique marocaine de menaces et de chantage fondée sur l'accusation et le mensonge n'est qu'une manoeuvre pour faire sortir la cause sahraouie de son cadre juste de question de décolonisation.
"Le régime marocain a adopté récemment une politique de menaces et de chantage fondée sur l'accusation et le mensonge, et ce après qu'il ait été acculé aussi bien au vu de sa situation interne que de son isolement au plan externe", a déclaré l'ambassadeur sahraoui dans un entretien accordé à l'APS.
Taleb Omar a appelé, dans ce sens, les Nations-Unies (ONU) à assumer leur entière responsabilité et à accélérer la résolution du conflit en empêchant le Maroc de poursuivre sa politique d'entraves et de création de tensions dans la région.
"Depuis le cessez-le-feu (année 1991) et tout au long de ces 27 années, le régime marocain a montré ses véritables intentions, particulièrement depuis l'avant-dernière année en s'attaquant à l'Envoyé personnel de l'ONU, Christopher Ross puis à l'ex Secrétaire général onusien, Ban Ki-moon avant
l'expulsion de la composante politique et onusienne de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental, en raison de son échec à les faire basculer dans le sens de sa volonté, à savoir la légalisation de son occupation du Sahara Occidental", a précisé Taleb Omar.
"Par cette politique, l'occupant marocain a voulu imposer son diktat à l'ONU et à l'Union africaine (UA) et les amener ainsi à changer leur position et à abdiquer devant lui, sauf qu'il a été confronté à une réalité internationale, africaine et européenne qui a contrecarrer ses plans et resserré l'étau autour de lui, grâce aux décisions appelant à la nécessité de résoudre le conflit au Sahara Occidental conformément aux résolutions de l'ONU et à l'organisation d'un référendum d'autodétermination du peuple sahraoui", a-t-il encore souligné.
"Face à cette situation, l'occupant marocain a eu recours à la fomentation d'accusations mensongères comme prétexte pour se dérober à ses engagements et éviter les négociations", a expliqué le diplomate sahraoui, estimant qu'il s'agit "d'une nouvelle tentative de ternir l'image du Front Polisario et de l'affabuler encore une fois, et à travers lui le peuple sahraoui en entier, de nouvelles fausses accusations s'inscrivant en droite ligne de sa stratégie les qualifiant à une ancienne époque de +séparatistes+, de +communistes à la solde de l'Union soviétique+ et même de +terroristes+ semant le trouble".
Soulignant que "ce sont là des allégations auxquelles le Maroc est habitué depuis son occupation du Sahara Occidental", M. Taleb Omar q relevé que "cette fois-ci, il (le Maroc) est aller jusqu'à impliquer des parties étrangères, à commencer par l'Iran, le Hezbollah, puis l'Algérie, qui ont tous apporté un démenti formel à ces propos irresponsables et infondés.
Evoquant la responsabilité de l'ONU et de l'UA dans le règlement du conflit au Sahara occidental et "l'absence de progrès de leur part pour permettre au peuple sahraoui d'exercer son droit à l'autodétermination", le diplomate sahraoui a indiqué que la partie sahraouie est en contact permanent avec l'émissaire onusien et que le Front Polisario souhaite voir M. K?hler honorer ses engagements et effectuer, dans les plus brefs délais, une visite dans la région pour s'enquérir de la situation des Sahraouis dans les territoires occupés et libérés ainsi que dans les camps de réfugiés.
Pour l'ambassadeur sahraoui, l'impasse que connait la question sahraoui est le fait du Maroc mais aussi de la France qui, a-t-il dit, porte une "grande responsabilité" de par le blocage, à chaque fois, du processus de paix, affirmant que "sans la protection de la France, le Maroc n'aurait pu pérenniser ce conflit autant".
Déplorant, dans ce sens, que la France a empêché la mise en oeuvre du plan Baker et qu'elle s'est opposée à l'élargissement du mandat de la Minurso à la surveillance des droits de l'Homme et à la décision de la Cour de justice européenne (CJUE) concluant clairement que le Maroc et le Sahara occidental sont deux territoires distincts et séparés, M. Taleb Omar a affirmé que "Paris s'emploie aujourd'hui à influencer la Commission européenne pour contourner la décision de la CJUE et renouveler l'accord de pêche illicite entre le Maroc et l'Union européenne".
Pour le diplomate sahraoui "la France empêche, de par sa philosophie coloniale, tout avancement dans la question sahraouie pour maintenir sa domination sur la région", appelant le gouvernement français à reconsidérer sa position et à se rallier au droit international et à l'unanimité de la communauté internationale et du Conseil de sécurité sur cette cause juste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.