JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Aokas, ville morte    16 décès et 242 nouveaux cas    Garrido : "Le CRB est un club qui m'intéresse"    Nekkache et Raiah rejoignent le CS Sfax    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    LDC : Les résultats des matchs de mercredi    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Formation de haut niveau    Installation du président de la cour de Saïda...    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Le président Saïed dénonce «une mafia qui gouverne la Tunisie»    Des dizaines de colons prennent d'assaut la mosquée sainte Al-Aqsa    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sage-femme: les pays en développement restent fortement démunis
Publié dans Algérie Presse Service le 06 - 05 - 2019

La Journée internationale de la sage-femme célébrée le 5 mai met en exergue l'importance de ces professionnelles de la santé pour les mères et les bébés, particulièrement dans les pays en développement où les besoins sont les plus grands et les pénuries les plus marquées, a-t-on indiqué dimanche sur le site officiel de l'ONU.
Dans de nombreux pays pauvres, les sages-femmes manquent souvent des compétences et de l'appui nécessaires pour bien faire leur travail. Les déficits sont les plus élevés dans les domaines où les besoins sont les plus grands.
Aujourd'hui, 73 pays auprès desquels des données ont été recueillies comptent 96% des décès maternels dans le monde, mais seulement 42% des sages-femmes, infirmières et médecins du monde. Quelque 30 millions de femmes n'accouchent pas dans un établissement de santé et 45 millions reçoivent des soins prénatals inadéquats.
L'agence des Nations Unies pour la santé sexuelle et reproductive, l'UNFPA indique que le taux de mortalité maternelle est aujourd'hui de 216 décès pour 100 000 naissances vivantes. Ainsi, plus de 800 femmes meurent chaque jour en donnant la vie. La plupart de ces décès sont évitables et la grande majorité de ces femmes ont perdu la vie en raison de complications et de maladies qui auraient pu être évitées avec des soins prénatals, obstétricaux et postnatals appropriés - services fournis par des sages-femmes.
Même si le taux de mortalité maternelle et néonatale est en baisse, la grossesse et l'accouchement restent dangereux pour la santé de nombreuses femmes dans le monde. Pour chaque femme qui meurt en couches, on estime qu'entre 20 et 30 sont victimes de blessures, d'infections ou d'incapacités pendant le travail.
Selon l'OMS, les sages-femmes peuvent fournir 87% de tous les services essentiels de santé sexuelle, reproductive, maternelle et néonatale. L'ONU plaide pour le renforcement de la main-d'œuvre sage-femme dans le monde entier.
L'OMS et l'UNFPA offrent une formation de sage-femme, des formations et des orientations politiques pour augmenter le nombre de sages-femmes qualifiées, en particulier dans les pays à faible revenu et les pays ayant les taux de mortalité maternelle les plus élevés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.