Djerad salue le rôle des agriculteurs pendant la pandémie: «Ils ont été à la hauteur du défi»    Des experts pour la révision des subventions: Soutenir le pouvoir d'achat et non les produits    Sabotage d'un centre nucléaire: Téhéran accuse Israël et crie «vengeance»    «Petits pas» et grand bruit    Ligue des champions d'Europe: PSG, Real et City en pole position    Ligue 2 - Groupe Ouest: Le bilan à mi-parcours    En perspective de la distribution des logements de la formule «à points»: Près de 6.000 dossiers rejetés par la daïra d'Oran    Grève à l'Education: «Un taux de suivi appréciable»    Sétif: Plus de 10 millions d'euros en faux billets saisis    Les frustrations du billettiste    Le maire d'Aïn Bouchekif décède dans son bureau    22 partis et quatre indépendants en lice    Les indépendants en «conquérants»    Le décryptage du journal Le Monde    La Russie pays des prouesses scientifiques    Les Houthis affirment avoir lancé 17 drones et missiles    Forte odeur de campagne électorale    Les opérateurs s'expliquent    Klopp apprécierait Pedri    Flick appelle au calme    Falcao sérieusement blessé    129 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Guerre virtuelle aux spéculateurs    Le baril desserre l'étau    Saïda Neghza accuse la CAPC (ex-FCE)    Les producteurs renouent avec les consommateurs    Des usagers, à la veille du Ramadhan    6000 morsures d'animaux sauvages chaque année    Le programme horaire du mois de Ramadhan dévoilé    Le P.-dg de Cagex met en garde    Chems-Eddine Chitour explique la stratégie du gouvernement    Les Editions Frantz-Fanon rebondissent    «La littérature exerce une influence sur la société»    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupations marocaines    Le Président Tebboune adresse ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'avènement du mois de Ramadhan    Des députés français réclament la publication des données sur les déchets nucléaires enterrés en Algérie    Le procès d'Abou Dahdah reporté au 9 mai    Incident sur le site nucléaire    La CAF «va voir»    290 millions DA dépensés depuis août dernier    Soufiane Djillali ne sera pas candidat    Actuculte    Le rapport à l'écriture littéraire présenté par des auteurs algériens    C'est la frénésie !    Fractures et manœuvres répugnantes    Les monarchies et les bibelots comme dieux    Le piège de la mémoire    Paris réagit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Blida: relogement avant la fin de l'année des familles résidantes au palais Aziza
Publié dans Algérie Presse Service le 15 - 05 - 2019

Les familles résidantes au monument historique "Palais Aziza" de Beni Tamou (Blida) seront relogées avant la fin de l'année en cours, en vue de sa transformation en musée, a appris l'APS de sources concordantes.
"Ces familles, au nombre de neuf, ont été programmées pour faire partie des bénéficiaires d'un projet de 150 logements destinés à l‘éradication de l'habitat précaire, actuellement en cours de concrétisation", a indiqué à l'APS, le secrétaire général de la commune de Beni Tamou, Mohamed Hadj Amar.
Le projet, en réalisation à la cité Zitouni dans la même localité, enregistre un taux d'avancement estimé à 85% et sera réceptionné en septembre prochain, ou au plus tard en fin d'année, a-t-il ajouté.
Selon le responsable, ces familles auraient pu bénéficier, dans le passé, de logements dans le cadre des grandes opérations réalisées dans la wilaya au titre de l'éradication de l'habitat précaire (la dernière en date étant celle de Meftah en 2016) , mais "elles ont à chaque fois refusé d'être évacuées en exprimant leur souhait de rester dans la commune de Beni Tamou", a-t-il fait savoir.
"Cette doléance a été prise en considération et nous avons du attendre l'affectation de ce lot de logements au profit de la commune", a-t-il souligné.
Un fois ces familles, résidantes depuis 1962 au "palais Aziza" évacuées, l'édifice bénéficiera, selon le directeur de la culture de la wilaya, Lhadj Meshoub, d'une "opération de restauration visant l'élimination de toutes les modifications apportées par les habitants en son sein, et la restitution de son cachet originel".
Le responsable a annoncé, par la même, une décision de transformation de la bâtisse, une fois restaurée, en un musée public, parallèlement à l'exploitation de l'assiette y attenante pour en faire un jardin englobant toutes les commodités nécessitées pour ce type de monuments historiques.
M. Meshoub n'a pas manqué, en outre, de souligner l'importante contribution attendue de ce projet de musée, dans "la promotion de la commune de Beni Tamou en une destination touristique culturelle de choix, pour les visiteurs nationaux et étrangers, outre ses dividendes financières, pour la localité", a-t-il observé.
Le palais Aziza remonte a l'époque de la présence Ottomane en Algérie, précisément à l'année 1797, quand le Dey Hocine avait construit deux palais à sa fille Aziza, suite à son mariage avec le Bey de Constantine, le 1er à la Casbah d'Alger et le 2eme à Beni Tamou, mais Aziza avait une préférence particulière pour ce dernier, selon des historiens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.