Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Le sort du RAJ connu ce mercredi    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    La recette du Président    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Belmadi en mode mondial    Mbappé - Neymar, soirée de mésententes    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ghali appelle l'ONU à mettre un terme aux violations marocaines à Guerguerat
Publié dans Algérie Presse Service le 13 - 08 - 2019

Le président sahraoui, Brahim Ghali a adressé une lettre au secrétaire général de l'ONU, dans laquelle il a exprimé sa profonde préoccupation face à la nouvelle tentative du Maroc de changer le statu quo dans la zone tampon Guerguerat, soulignant que la présence d'agents marocains dans la zone constituait une "violation grave" de l'accord de cessez-le-feu et de l'accord militaire n 1 ainsi qu'un acte "provocateur et déstabilisateur qui accroîtrait la menace à la sécurité dans la région".
Dans cette lettre envoyée lundi à Antonio Guterres et une copie de celle-ci au Conseil de sécurité, le président sahraoui a demandé l'intervention de l'ONU de "manière décisive" pour arrêter le déplacement et l'expansionnisme des forces marocaines dans la région du Guerguerat au sud du Sahara occidental, près de la frontière mauritanienne, a indiqué l'agence SPS.
Au cours des deux derniers jours, les autorités marocaines ont fait venir un groupe d'agents de sécurité et de renseignement marocains et les ont installés à proximité de la "route goudronnée" construite illégalement par le Maroc à travers la zone tampon située dans la région méridionale du Sahara occidental.
"Les autorités d'occupation marocaines ont récemment construit une cabane pour abriter le groupe et sont sur le point de construire d'autres bâtiments illégaux dans la région", a écrit M. Ghali dans sa lettre.
Affirmant que la présence d'agents marocains dans la zone tampon constituait une "violation grave de l'accord de cessez-le-feu de 1991 et de l'accord militaire n 1 de 1997, et un acte provocateur et déstabilisateur qui alimenterait la situation déjà tendue dans la région, le chef de l'Etat sahraoui a appelé le Conseil de sécurité à agir de manière décisive face à la nouvelle tentative du Maroc de changer le statu quo dans la zone tampon.
"Si ces actions marocaines ne sont pas maîtrisées, elles vont menacer la paix et la sécurité dans la région et saper le processus de paix déjà fragile des Nations Unies au Sahara occidental", a souligné, en outre, M. Ghali.
Dans ce contexte, le dirigeant sahraoui demande au Conseil de sécurité à veiller à ce que le Maroc retire immédiatement tous ses agents de la zone tampon et démantèle toutes les installations de cette région.
La Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO) a été aussi interpellée pour surveiller de près la situation sur le terrain pour veiller à ce que le Royaume marocain respecte pleinement les obligations qui lui incombent en vertu de l'accord du cessez-le-feu et des textes militaires y afférent.
Tout en respectant pleinement ses obligations en vertu de cessez-le-feu et des accords militaires applicables, le Front Polisario se réserve le droit légitime de réagir à toutes les actions de provocation de la puissance occupante marocaine visant à déstabiliser la zone tampon ou toute autre zone du territoire, a tenu à préciser M. Ghali.
Réaffirmant la position de principe du Front Polisario sur le cessez-le-feu et les accords connexes figurant dans le document du Conseil de sécurité du 24 octobre 2018, le président sahraoui a rappelé que la cause fondamentale de la tension croissante à Guerguerat demeure l'existence de la violation illégale commise par le Maroc sur la bande tampon, à travers la création de brèches ou de points de passage pour le "trafic commercial" ou d'autres activités de l'armée marocaine.
"Le Front Polisario n'a jamais donné son accord à cette échappatoire qui porte gravement atteinte à la paix fragile instaurée avec l'entrée en vigueur du cessez-le-feu sous les auspices de l'Organisation des Nations Unies", a souligné encore M.Ghali.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.