La position de Berlin sur le statut du Sahara occidental est la cause des frictions entre l'Allemagne et le Maroc    Un projet d'attentat déjoué à Alger    «Un courant obscurantiste tente de faire dévier la révolution»    Beldjoud préside l'installation du wali    Bou-Arréridj Verdict le 10 mars    La défense dénonce un mauvais traitement du détenu    À quel scénario s'attendre ?    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Améliorer d'abord les conditions de vie    Tebboune reçoit les présidents de 3 partis    L'ambassade de France s'explique    Le parti AfD placé sous surveillance policière    Derbies au Centre, duels à l'Est et à l'Ouest    Mouassa s'éclipse, Abbès s'annonce    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    5 décès et 163 nouveaux cas    Mahrez, étincelant    2 armes à feu récupérées par les services de sécurité    Le Comité scientifique préconise une démarche spécifique    Le nouveau geste de Macron    Participation de 216 maisons d'édition    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    Quel impact sur l'industrie de raffinage?    Varane, signature imminente?    La disette de Suarez inquiète    Messi fixe une deadline pour son avenir    RASD: la guerre contre l'occupant sera étendue jusqu'à la libération des territoires occupés    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaine    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    La mafia du foncier dénoncée    Bourita sur des charbons ardents    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Du caviar pour les siens    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    El quinqui de ma grand-mère et l'antonomase    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





AIEA : Téhéran espère que l'Agence reste "neutre" dans sa mission
Publié dans Algérie Presse Service le 31 - 10 - 2019

L'Iran a salué jeudi l'élection de l'Argentin Rafael Grossi à la tête de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), exprimant le vœux que celle-ci reste "neutre" dans l'accomplissement de sa mission.
M. Grossi a été élu mardi à la tête de l'AIEA après le décès du directeur général de l'agence onusienne Yukiya Amano en juin.
L'AIEA est chargée notamment du contrôle des activités nucléaire de l'Iran, soumis au régime d'inspection le plus strict jamais supervisé par l'Agence.
La République islamique espère que sous le mandat de M. Grossi, l'agence onusienne "pourra assurer ses responsabilités internationales et sa délicate mission de façon neutre et professionnelle", a déclaré le porte-parole des Affaires étrangères iranien, Abbas Moussavi, dans un communiqué, relayé par des médias.
"L'Iran est prêt à maintenir et étendre ses interactions et sa coopération avec l'Agence dans un esprit de bonne volonté et de respect mutuel", ajoute M.Moussavi.
Le régime d'inspection des activités nucléaires de l'Iran découle de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu en juillet 2015 à Vienne entre l'Iran et le Groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne).
Cet accord prévoit un allégement des sanctions internationales contre l'Iran en échange de garanties destinées à prouver que le programme nucléaire iranien n'a aucune visée militaire.
Avec le retrait unilatéral des Etats-Unis de ce pacte en mai 2018, et le rétablissement et le renforcement de sanctions américaines punitives contre l'Iran, Téhéran est privée des bénéfices économiques qu'elle escomptait de l'accord.
En mai 2019, la République islamique a commencé à réduire certains de ses engagements pris aux termes de l'accord de Vienne afin de contraindre les autres parties à l'accord, surtout les Européens, à lui permettre de commercer avec le monde extérieur en contournant les sanctions américaines, et principalement de pouvoir exporter son pétrole.
Faute de progrès pour satisfaire cette exigence, Téhéran pourrait annoncer le 4 novembre une nouvelle phase de réduction de ses engagements.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.