Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 8ème journée    Real - Zidane : "Que voulez-vous, que nous quittions la saison ?"    Real Madrid: Jovic bien prêté à Francfort (off.)    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    Casoni plie bagage    Le match à ne pas rater pour les Verts    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Ce que peut apporter Slimani à Lyon    Le rabatteur    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Le déluge    Football - Ligue 1: Sétif, Alger et Tlemcen pôles d'attraction    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





10e Fica : projection de "L'envers de l'histoire", parcours d'une militante en Serbie
Publié dans Algérie Presse Service le 11 - 11 - 2019

Le long métrage documentaire "L'envers de l'histoire", portrait de la militante et universitaire serbe Srbijanka Turajlic et de sa famille avec un focus sur son parcours durant les années1990, réalisée par la Serbe Mila Turajlic a été projeté dimanche au public.
D'une durée de 103 mn, ce film a été projeté en compétition documentaire du 10e Festival international du cinéma engagé qui se tient depuis jeudi à la salle Ibn Zaydoun.
Le film commence par une conversation entre la réalisatrice et sa mère militante dans un appartement de Belgrade que possède la famille depuis trois générations et qui a été divisé à la fin des années 1940, jugé trop grand pour une seule famille par les services de sécurité yougoslave.
Cet appartement divisé à l'époque communiste puis réunifié plus de cinquante ans plus tard représente à lui seul l'histoire de ce pays qui a pris plusieurs formes et plusieurs couleurs politiques.
Professeur de mathématique à l'université de Belgrade, Srbijanka Turajlicraconte son parcours de militante qui a accompagné et encadré les mouvements de protestation des étudiants contre l'instabilité politique, la politique de Slobodan Milosevic et la guerre civile qui a déchiré le pays.
Avec ses amis universitaires la militante raconte le déchirement de l'élite intellectuelle mais aussi au sein de la population qui s'est
souvent retrouvée face à face dans des confrontations sanglantes ainsi que la dureté de la crise économique qu'a traversé la Serbie.
Entre deux tâches ménagères ou deux passages à la télévision la militante évoque sa prise de responsabilité et les conséquences en résultant avec des images d'archives de ces discours. Elle explique également des conflits ethnique et religieux créés de toute pièce pour accroître l'intensité de la crise.
Près de vingt ans après la chute de Slobodan Milosevic (en octobre 2000), Srbijanka Turajlic porte un regard très critique sur l'évolution de la vie politique de son pays avouant de manière très philosophique son "échec en matière de lutte pour les libertés" et reprochant à l'élite de ne pas avoir tracé l'après octobre 2000.
Inauguré jeudi, le 10e Fica se poursuit jusqu'au 16 novembre avec encore au programme de la catégorie documentaire "Sur les traces de Mamani Abdoulaye" de la nigérienne Amina Abdoulaye Mamani ou "L'école du changement" co réalisé par l'Algérien Chergui Kharroubi et la Belge Anna Shiffmann.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.