Accusations, révélations et des milliards dilapidés    Un plan de sabotage fomenté par le MAK déjoué    Le Hirak n'abdique pas    Arrestation d'activistes présumés du PNP    Les Verts affronteront la Belgique en mars    Le ministère répond aux grévistes    Chelsea : Abramovich offre un gros chèque à Lampard    Massimiliano Allegri va patienter jusqu'en juin    La fin de la récréation !    OM – Villas-Boas: «Brahimi était dans nos plans, mais…»    Mobilisation exceptionnelle à Alger    OIT: "faire du travail décent une réalité pour la jeunesse africaine"    MDN: large campagne sanitaire pour les habitants de zones enclavées à Ouargla    MASCARA : Création d'une zone industrielle à Mohammadia    ANSEJ MOSTAGANEM : 352 projets validés en 9 mois    PROGRAMME DE LOGEMENTS LPA : Les souscripteurs d'Alger convoqués fin décembre    A TAMANRASSET : Tebboune s'engage à faire de la wilaya un pôle touristique    CAMPAGNE ELECTORALE : La campagne de Benflis visée par un plan d'infiltration    TISSEMSILT : Saisie de 80 kg de viandes blanches impropres à la consommation    BECHAR : Arrestation de 4 braconniers à Beni Ounif    SURETE DE WILAYA DE TIARET : 307 permis de conduire retirés en novembre    Cancer de la prostate : des spécialistes plaident pour "un dépistage de masse précoce"    Harbi s'attaque à l'Armée     Championnats arabes de Cyclisme sur route: deux autres médailles pour l'Algérie en clôture de la compétition    Gaïd Salah : l'Algérie mérite de la part de ses enfants qu'ils demeurent la "forteresse impénétrable"    Loukal rappelle en Egypte l'engagement de l'Algérie pour l'autonomie financière de l'UA    Sonatrach "qualifiée" pour évaluer les actifs d'Anadarko en Algérie    Jeux Paralympiques Tokyo-2020: l'Algérie candidate à l'organisation de deux tournois qualificatifs    Lutte antiterroriste: Une bombe artisanale détruite à Tlemcen    Le projet de loi relative à l'organisation territoriale du pays adopté, un acquis pour la redynamisation du développement dans le Sud    La pièce de théâtre "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    "L'Algérie contemporaine, cultures et identités", un nouvel essai en ligne de Ahmed Cheniki    LOPIS: vulgarisation du contenu du guide scientifique au niveau des établissements éducatifs    JM Oran-2021 : la "nouvelle dynamique" des préparatifs de la 19e édition saluée    Prix Assia-Djebar 2019: les noms des lauréats dévoilés    LOPIS : des laboratoires politiques oeuvrent à susciter "une crise de terminologies"    54 appareils distribués aux handicapés    L'ONU lance un appel de près de 29 milliards de dollars    Nouvelle réunion tripartite à Washington lundi    Projecteurs braqués sur Vienne    La commission du renseignement du Congrès accable Trump    ACTUCULT    Ligue des champions d'Afrique. ES Tunis – JS Kabylie (demain à 20h à Radès) : Mission compliquée pour les Kabyles    Malgré des divergences entre ses pays membres : L'Otan adopte une déclaration consensuelle    Intérêts d'Anadarko en Algérie: Sonatrach va exercer son droit de préemption    France-Algérie : Nadia Kaci, le prix de la liberté    70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Bulgarie Ouverture à Sofia d'une exposition d'art sino-bulgare    Projection du film "Le voleur de bicyclette" le 7 décembre à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival international de danse contemporaine: l'Algérie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie à l'honneur
Publié dans Algérie Presse Service le 12 - 11 - 2019

Des chorégraphies conçues dans des thématiques en lien avec le droit de la femme à s'émanciper, la tradition ancestrale, la lutte des classes et l'aspiration au changement, ont été présentées, lundi soir à Alger, par des troupes de danse, d'Algérie, Mali, Egypte, Maroc et Tunisie, dans le cadre du 10e Festival international de danse contemporaine, devant un public peu nombreux.
"Le rêve", "Les sorciers", "Moch hilm" (ce n'est pas un rêve), "Dhadjidj Es'Semt" (le bruit du silence) et "Kayen ?" (Y a t-il ?), sont les intitulés des performances accueillies à l'Opéra d'Alger et exécutées avec autant d'intensité et de grâce, par les ballerines et les danseurs des troupes, "Mosta. Stars", Karembastudio et les compagnies, de danse contemporaine d'Egypte ainsi que "Col Jam", marocco-tunisienne, respectivement.
Fatma Chikh Djaoutsi, de la troupe, "Mosta. Stars" de Mostaganem, rêve de devenir une danseuse étoile, malgré les regards obliques et les brimades qu'elle subit au quotidien, de la part d'une société sclérosée qui refuse d'entendre raison, jusqu'au moment où Khaled Gourinete et Khelifa Benbrahim Rachid, deux danseurs aux talents confirmés, s'invitent dans un de ses rêves pour la libérer à travers une courte danse qu'ils exécuteront à trois, dans la beauté du geste et la grâce du mouvement.
S'inspirant d'une histoire familiale, le chorégraphe, metteur en scène et danseur malien, Aly Karembe entendait, à travers "Les sorciers", performance à huit tableaux, répercuter sur la scène artistique, une tradition ancestrale, qui voulait que les "membres d'une même famille", élisent celui qui devait "partir travailler en terre d'exil" et qui devait être, pour cela, le plus "fort" et le plus "dynamique".
Soutenu par la ballerine, Sylvie Kouame et les danseurs, Bocar Dembelé et Chek Djalou, Aly Karembe retournera au village paternel, malgré toutes les contraintes, récupérer le titre de son père, élu par sa famille et assassiné par ses détracteurs, "jaloux de sa force et ses succès commerciaux".
Dans une prestation qui aura franchi les limites du 4e art, "Moch hilm" de l'Egyptienne Sally Ahmed, fait appel à l'utilisation de dialogues et d'accessoires pour une mise en situation universelle, plus crédible, avec une plus grande sensibilisation sur le traitement que les gens aisés réservent à leurs employés qu'ils considèrent comme des "sujets".
La trame de la performance égyptienne, menée par les ballerines, Sherly Ahmed, Youmna Mosaâb, Halla Imam et Rasha Wakiel, ainsi que les danseurs, Amer Atef et Nour Henidy, raconte l'histoire de deux servantes dans une grande propriété privée, très mal traitées par la maîtresse des lieux, renvoyant ainsi à une époque supposée révolue dans un "appel de détresse" qui a fait interagir l'assistance avec les artistes.
Plus dans le questionnement encore, le jeune, Abdessamad Seddouki de Sidi Bel Abbès, un habitué du festival avec huit participations à son compteur, est venu pour faire entendre le "bruit du silence", où il met brillamment en scène un personnage dépressif et agité qu'il interprète, "certainement victime d'une société impitoyable à l'égard des faibles", dira t-il, utilisant judicieusement, comme leitmotiv, le geste récurrent du renversement de la main, synonyme de toutes les interrogations, dans une courte chorégraphie empreinte du sentiment d'"anxiété et de colère".
La Compagnie marroco-tunisienne "Col'Jam", composée par Wajdi Gagui, chorégraphe et concepteur du spectacle, Ahlam El Morsli, Soufiane Naym et Ester Lozano Torné, est venue avec "Kayen ?", une mise en garde contre la société de consommation, présentée dans une prestation dominée par des mouvements, exprimant, sous un éclairage vif, la colère et la violence et des personnages qui finissent par se souiller le corps de poudre blanche, gardée jusque là dans des sacs déposés le long de la scène.
En présence de représentants, du ministère de la Culture, et des missions diplomatiques accrédité à Alger des pays au programme de la soirée notamment, l'assistance a apprécié de belles poésies en mouvement, savourant chaque moment de la soirée dans l'allégresse et la volupté.
Outre les troupes algériennes, douze pays prennent part au 10e Festival international de la danse contemporaine d'Alger qui se poursuit jusqu'au 13 novembre, avec au programme de la journée de mardi des ballets d'Algérie, de Hongrie et de Syrie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.