LDC : Facile victoire de Chelsea face à Krasnodar    Ligue 1-MCA: "nous avons porté l'affaire de Rooney devant la Justice"    Sahara occidental: le Conseil de sécurité reporte à vendredi    Les mines capables de fournir plus de 30 matières premières fondamentales    Mawlid Ennabawi-1er Novembre: Sonelgaz met en place un plan spécial pour assurer la continuité de ses services    Tebboune transféré en Allemagne pour des "examens médicaux approfondis"    Conférences autour de l'Homme et de la Culture dans la pensée de Malek Bennabi    Mawlid Ennabaoui à Tlemcen: les enfants en tenues traditionnelles en force chez les photographes    Coronavirus : 320 nouveaux cas,191 guérisons et 10 décès    Forum de l'Algérie: les citoyens doivent lire le projet d'amendement constitutionnel et exprimer leur opinion en votant    Benzema : «Et pendant ce temps-là, les chiens aboient»    Chanegriha instruit la GN de prendre toutes les mesures pour sécuriser les centres et bureaux de vote    Lutte anti-terroriste: multiples opérations de l'ANP reflétant son haut professionnalisme    Taoufik Makhloufi: "Je suis un athlète propre"    Ouverture à la circulation automobile du tronçon El-Hamdania-Médéa    Cour d'Alger : début du procès en appel de Maheddine Tahkout    Arrestation d'un terroriste à Tlemcen    Mercato estival : marché déséquilibré, les grosses écuries ne dérogent pas à la règle    Assemblée générale ordinaire de la FAF : Les bilans adoptés    Quand les Etats-Unis s'en mêlent    Israël va construire de nouveaux logements à Hébron    Tlemcen: mise en service du gaz de ville au village de Maaziz    Une nouveauté pour les routiers algériens    Le groupe Condor reprend les exportations    L'inflation amorce une nouvelle accélération    «Il y a alliance entre la bande en prison et les ennemis à l'étranger»    Changement dans la continuité    USM El Harrach : Sept recrues en un jour    JSM Béjaïa : Chihati, Saïed, Saidoune et Kherraz en renfort    Toyota en leader dans l'automobile    Succès annoncé pour le colosse électrique    Les communaux protestent devant le siège de la Wilaya    Fondant au chocolat    Universités : Inscriptions et portes ouvertes en ligne    Lancement d'un projet de bande verte    La mercuriale en roue libre à Sétif    Libye: Le Conseil de sécurité de l'ONU entérine l'accord de cessez-le-feu    La médiation demande l'accès au chef de l'opposition en Guinée    Abou Leila et les autres    Si on cale déjà sur un dossier pareil...    Mawlid: lancement de la caravane culturelle "El Manara"    Pour une révolution d'encre !    Farid Abache revient avec un album musical poétique    Lancement des travaux de restauration du site Haouch El-Bey    UN COMBAT CONTRE SOI    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Le Vote Des Expatriés En Question    La campagne référendaire s'achève aujourd'hui à minuit. Place au silence électoral    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival international de danse contemporaine: l'Algérie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie à l'honneur
Publié dans Algérie Presse Service le 12 - 11 - 2019

Des chorégraphies conçues dans des thématiques en lien avec le droit de la femme à s'émanciper, la tradition ancestrale, la lutte des classes et l'aspiration au changement, ont été présentées, lundi soir à Alger, par des troupes de danse, d'Algérie, Mali, Egypte, Maroc et Tunisie, dans le cadre du 10e Festival international de danse contemporaine, devant un public peu nombreux.
"Le rêve", "Les sorciers", "Moch hilm" (ce n'est pas un rêve), "Dhadjidj Es'Semt" (le bruit du silence) et "Kayen ?" (Y a t-il ?), sont les intitulés des performances accueillies à l'Opéra d'Alger et exécutées avec autant d'intensité et de grâce, par les ballerines et les danseurs des troupes, "Mosta. Stars", Karembastudio et les compagnies, de danse contemporaine d'Egypte ainsi que "Col Jam", marocco-tunisienne, respectivement.
Fatma Chikh Djaoutsi, de la troupe, "Mosta. Stars" de Mostaganem, rêve de devenir une danseuse étoile, malgré les regards obliques et les brimades qu'elle subit au quotidien, de la part d'une société sclérosée qui refuse d'entendre raison, jusqu'au moment où Khaled Gourinete et Khelifa Benbrahim Rachid, deux danseurs aux talents confirmés, s'invitent dans un de ses rêves pour la libérer à travers une courte danse qu'ils exécuteront à trois, dans la beauté du geste et la grâce du mouvement.
S'inspirant d'une histoire familiale, le chorégraphe, metteur en scène et danseur malien, Aly Karembe entendait, à travers "Les sorciers", performance à huit tableaux, répercuter sur la scène artistique, une tradition ancestrale, qui voulait que les "membres d'une même famille", élisent celui qui devait "partir travailler en terre d'exil" et qui devait être, pour cela, le plus "fort" et le plus "dynamique".
Soutenu par la ballerine, Sylvie Kouame et les danseurs, Bocar Dembelé et Chek Djalou, Aly Karembe retournera au village paternel, malgré toutes les contraintes, récupérer le titre de son père, élu par sa famille et assassiné par ses détracteurs, "jaloux de sa force et ses succès commerciaux".
Dans une prestation qui aura franchi les limites du 4e art, "Moch hilm" de l'Egyptienne Sally Ahmed, fait appel à l'utilisation de dialogues et d'accessoires pour une mise en situation universelle, plus crédible, avec une plus grande sensibilisation sur le traitement que les gens aisés réservent à leurs employés qu'ils considèrent comme des "sujets".
La trame de la performance égyptienne, menée par les ballerines, Sherly Ahmed, Youmna Mosaâb, Halla Imam et Rasha Wakiel, ainsi que les danseurs, Amer Atef et Nour Henidy, raconte l'histoire de deux servantes dans une grande propriété privée, très mal traitées par la maîtresse des lieux, renvoyant ainsi à une époque supposée révolue dans un "appel de détresse" qui a fait interagir l'assistance avec les artistes.
Plus dans le questionnement encore, le jeune, Abdessamad Seddouki de Sidi Bel Abbès, un habitué du festival avec huit participations à son compteur, est venu pour faire entendre le "bruit du silence", où il met brillamment en scène un personnage dépressif et agité qu'il interprète, "certainement victime d'une société impitoyable à l'égard des faibles", dira t-il, utilisant judicieusement, comme leitmotiv, le geste récurrent du renversement de la main, synonyme de toutes les interrogations, dans une courte chorégraphie empreinte du sentiment d'"anxiété et de colère".
La Compagnie marroco-tunisienne "Col'Jam", composée par Wajdi Gagui, chorégraphe et concepteur du spectacle, Ahlam El Morsli, Soufiane Naym et Ester Lozano Torné, est venue avec "Kayen ?", une mise en garde contre la société de consommation, présentée dans une prestation dominée par des mouvements, exprimant, sous un éclairage vif, la colère et la violence et des personnages qui finissent par se souiller le corps de poudre blanche, gardée jusque là dans des sacs déposés le long de la scène.
En présence de représentants, du ministère de la Culture, et des missions diplomatiques accrédité à Alger des pays au programme de la soirée notamment, l'assistance a apprécié de belles poésies en mouvement, savourant chaque moment de la soirée dans l'allégresse et la volupté.
Outre les troupes algériennes, douze pays prennent part au 10e Festival international de la danse contemporaine d'Alger qui se poursuit jusqu'au 13 novembre, avec au programme de la journée de mardi des ballets d'Algérie, de Hongrie et de Syrie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.