L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Faire du partenariat avec les start-up "un chantier ouvert" à toutes les volontés sincères
Publié dans Algérie Presse Service le 16 - 11 - 2019

Le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Salah-Eddine Dahmoune a affirmé, samedi à Alger, que son département aspirait à faire du partenariat avec les startups "un chantier ouvert à toutes les jeunes volontés sincères et les compétences scientifiques et technologiques qualifiées".
"Nous aspirons à faire de ce partenariat un chantier ouvert à toutes les jeunes volontés sincères et les compétences scientifiques et technologiques qualifiées profitant au service public local avec leurs idées et innovations notamment le développement de leurs potentialités et l'intégration dans le tissu économique national", a déclaré le ministre qui présidait les travaux de la conférence internationale sur l'appui des start-up dans les domaines du service public.
Evoquant les mesures entamées par le ministère visant le soutien et l'accompagnement des startup notamment celles spécialisées dans les domaines de la gestion du service public, M. Dahmoune a cité "l'institution d'une plateforme numérique et sa contribution à travers les supports électroniques en vue de recenser et d'enregistrer les différents solutions et projets développés par les startup en matière de service public".
Entre autres ces mesures, le ministre a rappelé également le lancement de l'opération de recensement des startup au niveau des collectivités locales pour en connaitre les capacités et la mise en place des mécanismes de promotion de leurs activités. Les collectivités locales sont appelées à élaborer localement un programme de formation en faveur des fonctionnaires et des cadres du secteur sur le rôle des startup et les modalités à même de développer des partenariats efficaces avec elles.
Après avoir mis l'accent sur l'importance de la mise en place d'un cadre juridique "régissant avec beaucoup d'efficacité les délégations du service public en faveur des startup en les accompagnant dans l'accomplissement des missions qui lui sont déléguées", le ministre a mis en avant la nécessité d'assurer des crédits pour la réalisation de ces projets dans le cadre du partenariat avec les startup.
"Les instructions des collectivités locales seront adressées à l'effet d'affecter ces crédits à compter du budget de 2020 pour les collectivités locales dont la situation financière le permet".
Ces mesures portent également sur "la mise ne place d'une stratégie locale pour le développement des start-up au niveau des incubateurs, développer leurs activités dans le domaine des services publics prioritaires, outre la mise en place des cadres de partenariat entre les collectivités locales et les start-up à travers la signature de conventions", a ajouté le ministre.
"Nous avons grandement confiance en les capacités des jeunes, leurs formations et leur ouverture sur l'entourage, outre leurs hautes capacités en matière d'adaptation et de conformité aux nouvelles technologies et spécialités de pointe", a estimé M. Dahmoune ajoutant que "ce que nous attendons des membres de notre communauté à l'étranger active dans les différents pays du monde, c'est la contribution à la présentation des meilleures expériences, efficaces, des solutions innovantes dans les domaines de la gestion publique et du développement socio-économique de notre pays".
Partant de ce cette vision, le ministre a indiqué que l'implication des jeunes porteurs de projets en les écoutant à travers des mécanismes institutionnels "ne peut être que fructueuse", soulignant que la vision des pouvoirs publics doit être tournée vers les attentes et les espoirs de nos jeunes et de notre start-up.
Il a qualifié cette démarche d'approche "rationnelle visant à investir dans le capital humain, étant le meilleur choix à même de conduire le changement escompté vers l'instauration des bases de la bonne gouvernance dans la gestion des affaires publiques".
Lors des travaux de cette conférence, le ministre accompagné de membres du gouvernement et des représentants de plusieurs instances et départements ministériels ont visité une exposition de produits et de projets de start-up organisée à cette occasion, où ils ont reçu des explications sur ces produits et entendu les préoccupations des jeunes initiateurs de ces start-up.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.